AccueilJean-Baptiste d'Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières

Jean-Baptiste d'Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières

Jean-Baptiste d’Anville, a scholar at work at the age of Enlightenment

*  *  *

Publié le mardi 13 septembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

A l'occasion de ce colloque consacré au géographe français des Lumières Jean-Baptiste d'Anville, ainsi qu'à ses contemporains, il s’agira pour les contributeurs de cerner les dimensions scientifiques, sociales, économiques, culturelles et politiques du travail savant au XVIIIe siècle, dans ses manifestations concrètes comme dans l’imaginaire collectif. Le propos de ce colloque est élargi à d'autres savants contemporains du géographe, qu'ils appartiennent ou non à son réseau afin de cerner au mieux la spécificité (ou l'absence de spécificité) du parcours du géographe. Une grande partie des archives concernant d'Anville sont disponibles sur le blog http://danville.hypotheses.org/

Annonce

Présentation

Le blog d’Anville (http://danville.hypotheses.org/) s’attache depuis plus d’un an à rassembler et à mettre en ligne l’oeuvre de Jean-Baptiste d’Anville et les archives relatives à ce géographe français des Lumières. Il a été créé dans le cadre d’un programme triennal de recherches validé par la Bibliothèque nationale de France en 2010.

D’une belle ampleur, cette documentation ne peut donner sa pleine mesure qu'à travers un regard collectif. Voilà pourquoi nous nous proposons d'organiser un colloque intitulé  Jean-Baptiste d'Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, et si possible l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Les actes du colloque seront publiés.

Repenser les conditions de la vie savante au siècle des Lumières par l'exploitation d'un fonds d'archives unique et considérable, tel est en effet le projet qui s'est dégagé au fur et à mesure de la constitution de ce carnet électronique de recherches.

Argumentaire

“Strabon français”, “immortel géographe”, tels étaient les lauriers qui couronnaient encore le géographe Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) au XIXe siècle. Sa renommée dépassait les frontières de la France. De fait, l’homme, né en 1697 à Paris, a connu une carrière exceptionnelle. Membre de l’académie des Inscriptions (1754), puis de l’académie des Sciences (1773), il occupe une place centrale dans la cartographie française du XVIIIe siècle.

Par le seul exercice d’une critique aiguisée et d’un croisement systématique des sources (textes anciens, récits de voyage, mesures astronomiques, informations orales …), il remodèle la carte du monde et frappe ses contemporains par l’exactitude obtenue, validée dans de nombreux cas par les mesures de terrain (cartes d’Italie et d’Égypte).

Son influence se prolonge bien après sa mort tant en géographie (Malte-Brun, Vivien de Saint-Martin lui rendent entre autres hommage), qu’en archéologie (Edme-François Jomard se réclame de d’Anville dans ses tentatives de déchiffrement des hiéroglyphes). En 1881, sa statue fut la première à être posée sur la façade du nouvel Hôtel de ville, à Paris.

Figure complexe, charnière, d’Anville est à l’image du siècle des Lumières : paradoxal. Ses méthodes de travail ne sont pas novatrices: il se contente de pousser les anciennes à leur point de perfection. Il éprouvait également de la méfiance à l’égard des constructions théoriques. Pourtant, d’Anville a contribué à l’avènement de la cartographie moderne : il systématise l’invention du blanc cartographique, perfectionne l’étude des mesures antiques et de leur valeur, il généralise l’usage de l’adjonction à la carte d’un démonstration qui justifie le contenu des cartes.

Malgré son influence manifeste sur la vie savante aux XVIIIe et XIXe siècles, il existe encore peu d’études sur d’Anville. Ce n’est pas faute de sources pourtant. Au contraire, des ressources documentaires tout à fait exceptionnelles ont été conservées jusqu’à aujourd’hui.

La BnF dispose ainsi de l’intégralité de sa bibliothèque cartographique (près de 8700 articles), d’une grande partie de ses notes et esquisses géographiques, et bien sûr de l’intégralité de ses ouvrages imprimés.

Depuis 2010, un blog lui est consacré par la BnF (http://danville.hypotheses.org/). Il met à la disposition de tous, de manière organisée, les ressources électroniques le concernant déjà disponibles sur internet, mais aussi un certain nombre de documents inédits, provenant de différents fonds d’archives.

Thématiques proposées

Le géographe à l’œuvre

Parmi les thématiques à développer, les pratiques de savoir tiennent une place essentielle. Les brouillons du géographe, ses notes, sa bibliothèque cartographique, devraient nous permettre de reconstituer le quotidien de son travail, dans ses dimensions intellectuelles comme pratiques, d’évaluer l’importance du contexte culturel, économique et politique de leur production, de déterminer l’existence et le rôle d’éventuels assistants.

Cette étude peut être envisagée par pays (La Grèce, l’Égypte, Constantinople sont particulièrement bien documentés), par contexte de production (selon le type de commande: éditoriale, politique ou judiciaire: par exemple, la Carte pour servir au jugement du procès d’entre le Duc d’Orléans au sujet d’un canal). Le rapport du géographe de cabinet au terrain devra aussi être redéfini à la lumière de cas spécifiques, comme celui de la carte du diocèse de Lisieux, réalisée sur place d’après les instructions du géographe.

L’érudition antiquaire dans l’art du géographe

Au XVIIIe siècle encore, la géographie demeure « l’oeil de l’histoire ». La cartographie du monde antique fait donc partie intégrante du travail du géographe. Pour y parvenir, le savant utilise les connaissances disponibles sur le monde actuel: le présent éclaire le passé. Et réciproquement, les textes antiques constituent des sources de premier ordre pour cartographier le monde moderne, faute de sources récentes plus précises.

Une réflexion sur cette utilisation réciproque des sources pourrait être menée, ainsi que sur le soin apporté à l’étude des unités de distance, sensible dans son Traité des mesures itinéraires.

L’économie de la vie savante

L’économie de la vie savante joue un rôle-clef dans la production du savoir : elle pèse sur son élaboration et sa diffusion. Les questions relatives à l’autonomie du savant (souvent dépendant d’un mécène), au financement de ses publications (gravure, marché éditorial...), aux modalités d’acquisition de ses sources, parfois coûteuses, constituent autant de pistes à explorer.

Les réseaux du géographe

L’étude des réseaux savants et académiques de d’Anville demeure indispensable pour l’histoire de la construction des savoirs. Elle pourra être élargie à d’autres cercles, comme celui des commanditaires (prince, mécène, auteur), des partenaires (du secrétaire du géographe à l’éditeur, en passant par le graveur), du cercle intime (famille et amis).

La question des réseaux devrait permettre d’en savoir davantage sur le voyage des documents et des connaissances, à la fois d’un point de vue pratique (comment d’Anville entre-t-il en contact avec ses correspondants étrangers ? Comment les documents se déplacent-ils d’un pays à l’autre) et d’un point de vue économique (comment parvient-il à accumuler des milliers de documents sans fortune personnelle ?)

La réception de l’oeuvre du géographe

Un travail savant vit à travers l’écho qu’il rencontre, chez les spécialistes et auprès d’un public plus large. L’influence peut être mesurée à ses mentions récurrentes dans la littérature scientifique, mais aussi à la place qu’il occupe dans l’imaginaire collectif, en France ou à l’étranger

L’histoire d’une collection

L’histoire des archives qui alimenteront ce colloque mériterait aussi une mise au point. La collection d’Anville de la BnF ne correspond pas strictement à la bibliothèque du savant : certains documents manquent, d’autres ont été ajoutés. La collection devrait être virtuellement reconstituée.

L’histoire de l’entrée dans les collections nationales des archives manuscrites devrait aussi permettre d’en savoir plus sur les héritiers du géographe et sur l’influence qu’ils ont pu avoir sur la diffusion de l’œuvre.

Informations pratiques

  • Organisation du colloque: Programme de recherches de la Bibliothèque nationale de France, Département des cartes et plans
  • Date et lieu de la manifestation:  Début septembre 2012, Paris, à la Bibliothèque nationale de France.
  • Date limite de réception des communications: 30 octobre 2011

  • Les propositions de communications devront comporter: Un titre, un résumé (3000 signes environ), un bref CV

Contact (envoi des propositions/questions diverses): colloque.anville@gmail.com

Lieux

  • 5 rue Vivienne (Bibliothèque nationale de France)
    Paris, France

Dates

  • mardi 30 octobre 2012

Mots-clés

  • D'Anville, histoire des sciences, XVIIIe siècle

Contacts

  • Lucile Haguet
    courriel : lucile [dot] haguet [at] bnf [dot] fr

Source de l'information

  • Lucile Haguet
    courriel : lucile [dot] haguet [at] bnf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Jean-Baptiste d'Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 septembre 2011, http://calenda.org/205204