AccueilGéographie militaire et conflits

Géographie militaire et conflits

Military geography and conflicts

*  *  *

Publié le mardi 20 septembre 2011 par Karim Hammou

Résumé

La relation entre la géographie et les conflits demeure une question problématique et forte, que ce séminaire de recherche mensuel du laboratoire Enec (CNRS), organisé par les professeurs Jean-Paul Amat et Philippe Boulanger, explore avec deux objectifs : 1 - aborder et expliciter cette relation en donnant la parole aux acteurs de la géographie militaire ; 2 – explorer les formes d’expression et d’exploitation de la géographie aux échelles stratégique, opérationnelle et tactique des conflits.

Annonce

La géographie militaire est aussi ancienne que la guerre entre les communautés humaines). Les premières références écrites proviennent de L’art de la guerre du Chinois Sun Tse, écrit au Ve siècle avant J.-C sous la dynastie des Han (206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.). Celui-ci est le plus ancien ouvrage de stratégie et de tactique opérationnelle connu, où il est précisé la « valeur inégale des lieux à la surface de la terre » : certains sont à rechercher, d’autres à fuir, mais tous doivent être parfaitement connus par le général (chapitre X, « De la connaissance du terrain »). Jusqu’au XIXe siècle, la réflexion militaire d’essence géographique reste cantonnée à quelques notions spécifiques. Elle renvoie à la notion d’aménagement de l’espace militaire à travers la poliorcétique (l’art de prendre ou de défendre des fortifications), la castramétration (l’art d’aménager un camp militaire) et la logistique (l’approvisionnement de l’armée). En Europe, cette pensée embryonnaire de la géographie militaire évolue et prend en compte les nouvelles données de l’art de la guerre napoléonienne de la fin du XVIIIe siècle. Dans toute l’Europe, du début du XIXe siècle jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, des écoles de géographie militaire s’imposent dans les institutions militaires nationales et forment la culture des militaires à la géographie physique et humaine (économique, politique, historique).

Depuis la fin de la Guerre froide, la valorisation de la connaissance du milieu, de la géographie physique comme humaine d’une aire géographique, est constante. Dans toutes les armées modernes, la géographie militaire connaît un nouvel essor. Elle répond à la nécessité d’anticiper les zones de crises grâce à la modernisation des outils géospatiaux et système d’informations. Le dernier Livre Blanc sur la Défense et la sécurité nationale (2008), en France, place le renseignement, y compris géographique, comme le premier pilier (« connaître et anticiper ») parmi les cinq définissant les missions des armées (« Prévenir, dissuader, protéger, intervenir »). « La connaissance des zones d’opération potentielles est un élément déterminant pour toute forme d’action militaire » (p. 144). En particulier, à des fins de prévention et de résolution de conflits ou pour répondre à des objectifs de coercition dans les conflits, les armées modernes demandent des connaissances géographiques très précises et adaptées au besoin du décideur politique et du stratège. Dans le cadre de la Politique européenne de défense et de sécurité, depuis 1997, l’Union Européenne a mené 24 opérations civiles et militaires, en utilisant toutes les dimensions spatiales (Terre, mer, air, cosmos), sur plusieurs continents (africain, moyen-oriental, Asie occidentale et européen). La planification, la conduite et l’exploitation de ces opérations nécessitent une connaissance du milieu dans des délais rapides, un partage des données entre plusieurs Etats, une mise à jour permanente de l’information.

La relation entre la géographie et les conflits demeure une question problématique et forte, que ce séminaire explore avec deux objectifs : 1 - aborder et expliciter cette relation en donnant la parole aux acteurs de la géographie militaire ; 2 – explorer les formes d’expression et d’exploitation de la géographie aux échelles stratégique, opérationnelle et tactique des conflits. 

GEOGRAPHIE MILITAIRE ET CONFLITS. Séminaire de recherche 2011-2012

Organisé par Philippe Boulanger (Université Cergy-Pontoise) et Jean-Paul Amat (Université Paris IV-Sorbonne)

UMR 8385 Espaces, Nature et Culture 

Maison de la recherche

190-198 avenue de France (75013)

Salle 007, 17h30-19h00 

Mercredi 19 octobre

  • De la pensée géographique militaire (Pr Philippe Boulanger et Pr. Jean-Paul Amat

Mercredi 9 novembre

  • Le milieu et la population, nouveau centre de gravité (Général Vincent Desportes)  

Mercredi 14 décembre

  • Le renouveau de la cartographie militaire dans les conflits (Colonel Danny Laude-Bazin, chef du Bureau Géographie, Hydrographie, Océanographie et Météorologie) 

Mercredi 18 janvier

  • Satellite et conflits : l’exploitation opérationnelle de la nouvelle dimension spatiale (Commandant Daniel Charignon, Etat-major de l’Armée de terre).

Mercredi 15 février

  • Géographie militaire maritime (Service hydrographique et océanographique de la Marine nationale)

Mercredi 14 mars

  • De l'utilisation de l'analyse géopolitique dans la lutte contre la grande criminalité : le cas du trafic d'ALPC (Capitaine Jean-Charles Antoine, docteur de l’Institut français de géopolitique et officier de gendarmerie).

Mercredi 16 mai

  • Climat et guerre (Pr Jean-Paul Amat et Pr Olivier Canta)

Lieux

  • 190-198 avenue de France
    Paris, France

Dates

  • mercredi 19 octobre 2011
  • mercredi 09 novembre 2011
  • mercredi 14 décembre 2011
  • mercredi 18 janvier 2012
  • mercredi 15 février 2012
  • mercredi 14 mars 2012
  • mercredi 16 mai 2012

Mots-clés

  • géographie militaire, conflits

Contacts

  • Philippe Boulanger
    courriel : PBoulanger1 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Philippe Boulanger
    courriel : PBoulanger1 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Géographie militaire et conflits », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 20 septembre 2011, http://calenda.org/205295