AccueilFormes d'éducation et processus d'émancipation

Formes d'éducation et processus d'émancipation

Forms of educaiton and emancipation processes

Colloque International CREAD

*  *  *

Publié le jeudi 22 septembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Le Colloque International du CREAD (EA3875), intitulé « Formes d'éducation et processus d'émancipation » se tiendra à l'Université Rennes 2 du 22 au 24 mai 2012. Date limite de soumission des propositions de symposiums : le 7 novembre 2011.

Annonce

Argumentaire

Dans une période de forte interrogation sociale sur les caractéristiques de la démocratie et d’importants remaniements des relations contractuelles entre acteurs, en particulier dans l’organisation du travail, il apparaît pertinent de réétudier, à la lumière d'analyses diachroniques et pluridisciplinaires, les principes du « contrat éducatif » qui fonde nos sociétés.

Dans le cadre des travaux du Colloque, l’éducation est comprise dans son acception la plus large, englobant la diversité de ses processus, modalités et publics. La démocratie quant à elle est définie, à la suite de John Dewey (1939), moins comme un système politique ou un ensemble de procédures instituées, qu’en tant que croyance fondatrice d’une démarche anthropologique d’éducation pour le développement humain. Elle passe par la prise de conscience et l’explicitation de l’expérience, dans une perspective à la fois réflexive et critique, de telle manière que l’expérience ultérieure soit plus riche et fondée en raison[1]

La mise en acte de cette croyance par une diversité de conduites sociales est nourrie par des formes d’éducation qui préparent les générations successives dans une telle perspective et mettent en place les conditions de son actualisation dans le temps. Cette dernière est conditionnée par l’inscription des formes d’éducation dans des processus d’autonomisation individuelle et collective, visant l’émancipation des sujets, acteurs d’institutions, qui en n’étant ni totales (Goffman[2], 1979), ni totem (Castoriadis[3], 1999), permettent aux agents institués de se concevoir et de se construire en acteurs instituants.

Dans le prolongement du Colloque organisé en 2008 sur le thème « Efficacité et équité en éducation », les trois journées scientifiques proposées en 2012 ont donc pour objectif de confronter les analyses de chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) pour chercher à savoir dans quelle mesure les principes de l’éducation, ses formes et ses incidences correspondent aux structures et fondements normatifs des sociétés à visée démocratique permettant ainsi leur actualisation.

Proposer un symposium

Chaque équipe de symposium est composée d'un coordonnateur, d'intervenants et d'un réactant.

Entre 2 et 4 intervenants, il s'agit d'un symposium court, d'une durée de 2h.

Entre 4 et 6 intervenants, il s'agit d'un symposium long, d'une durée de 4h.

Le coordonnateur fixe librement l'organisation des interventions.

Principes de constitution du symposium : recommandations

Le symposium doit donner lieu à la confrontation de points de vue différents. On évitera donc les symposiums dans lesquels tous les intervenants viendraient du même laboratoire. On cherchera autant que possible à inclure au moins un chercheur étranger. Les symposiums ont également vocation à promouvoir les jeunes recherches ; il est donc recommandé que l'un au moins des intervenants soit un doctorant.

Demande pour soumission

Une proposition de symposium comporte un texte introductif (500 mots maxi) et un résumé pour chaque intervention (250 mots maxi).

Demande pour texte colloque et actes

Le texte à fournir pour les actes comporte :

  • un texte introductif de 1500 mots maximum
  • un texte de 5000 mots maximum par intervention.

Dates

1ère étape : 07 novembre 2011

envoi des propositions de symposiums

5 décembre 2011 : Notification d’acceptation

2ère étape : 21 février 2012

envoi des versions définitives

Contact

  • jean-noel.blocher@bretagne.iufm.fr
  • jerome.eneau@uhb.fr

Comité scientifique 

  • Yvan ABERNOT, Université d'Aix en Provence, AECSE, France
  • Michel ALADEFF-JONES, Columbia University, USA
  • Matthis BERHENS, SGBF/SSRE, Suisse
  • Evelyne CHARLIER, FUNDP, ABC'Educ, Belgique
  • Laurence CORNU-BERNOT, Université de Tours, France
  • Marc DEMEUSE, Université deMons-Hainaut, ADMEE et ABC'Educ, Belgique
  • Mathieu DOAT Université de Bretagne Occidentale, France
  • Jean-Claude QUENTEL, Université Rennes 2, LAS, France
  • Ingrid GOGOLIN, Hamburg University, EERA, Allemagne
  • Aïcha SANDI GOZA, ENS Niamey, Niger
  • Brigitte GRUSON, Université de Bretagne Occidentale, France
  • Jürgen HELMCHEN, Université de Münster, DGFE, Allemagne
  • Renaud HETIER UCO Angers, ISCEA, LAREF, France
  • Anne JORRO, Université Toulouse 2,ADMEE, France
  • Arnim KAISER, UBW, Munich   Allemagne
  • Françoise LAOT, Université Paris 5, GEHFA, France
  • Emmanuel DE LESCURE, Université Paris Est, GEHFA, France
  • Francia LEUTENEGGER, Université de Genève, ARCD, Suisse
  • Lejf MOOS, Aerhus University, EERA, Danemark
  • Lucie MOTTIER LOPEZ, Université de Genève, ADMEE, Suisse
  • Christian NIDEGGER, SGBF/SSRE, Suisse
  • Dominique OTTAVI, Université de Caen, CERSE, France
  • Didier PAQUELIN, Université Bordeaux 3, A-GRAF, France
  • Pierre PERIER, Université Rennes 2, CREAD, France
  • Marie-Christine PRESSE, Université Lille 1, AECSE, France
  • Gérard SENSEVY, IUFM de Bretagne-UBO, CREAD, France
  • Luc TROUCHE, ENS Lyon, IFE, France
  • Iabelle VINATIER, Université de Nantes, CREN, France
  • Yves WINKIN, ENS Lyon, IFE    France
  • Richard WITTORSKI, Université de Rouen, CIVIIC, France
  • Philippe JONAERT, UQAM, Canada
  • Teresa YUREN, Universidad Autónoma del Estado de Morelos, Mexique

[1]     « La démocratie est croyance en la capacité de l'expérience humaine de générer les buts et méthodes qui permettront à l'expérience ultérieure d'être riche et ordonnée. Toutes les autres formes de foi morale et sociale reposent sur l'idée que l'expérience doit, à un moment quelconque, être soumise à une forme de contrôle extérieur, à quelque ‘autorité’ censée exister en dehors des processus de l'expérience. La démocratie est la conviction que le processus de l'expérience importe davantage que tel ou tel résultat particulier - les résultats particuliers ayant une valeur ultime uniquement s'ils servent à enrichir et à ordonner la suite du processus. Puisque le processus de l'expérience peut être éducatif, la foi en la démocratie est inséparable de la foi en l'expérience et en l'éducation. Toutes les fins et toutes les valeurs qui sont coupées de ce processus constant deviennent des arrêts, des formes de fixation. Elles tendent à figer ce qui a été gagné au lieu de s'en servir pour ouvrir la voie à des expériences nouvelles et meilleures », Dewey, J. (1939). Creative democracy. In The Latter Works, Vol. 14. Carbondale : Southern Illinois University Press.

[2]     Goffman, E. (1979). Asiles. Paris : Minuit.

[3]     Castoriadis, C. (1999). Figures du pensable. Paris : Seuil.

Lieux

  • Place du Recteur Henri le Moal (Université Rennes 2, Campus Villejean)
    Rennes, France

Dates

  • lundi 07 novembre 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • éducation, émancipation, Dewey, démocratie

Contacts

  • Blocher Jean-Noël
    courriel : jean-noel [dot] blocher [at] bretagne [dot] iufm [dot] fr
  • Eneau Jérôme
    courriel : jerome [dot] eneau [at] uhb [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Noël Blocher
    courriel : jean-noel [dot] blocher [at] espe-bretagne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Formes d'éducation et processus d'émancipation », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 septembre 2011, http://calenda.org/205301