AccueilQuelles formes spatiales pour le développement urbain durable ?

Quelles formes spatiales pour le développement urbain durable ?

What spatial forms for urban sustainable development?

*  *  *

Publié le jeudi 22 septembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Ce colloque, organisé par l'l'UMR Citeres (CNRS, Université de Tours) est inscrit dans le programme du 137e congrès du CTHS. Il porte sur les formes spatiales pour le développement urbain durable et veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine pour trois échelles spatiales imbriquées privilégiées : 1. Celle allant du bâtiment à l’opération. 2. Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place dela végétation dans la composition urbaine. 3. Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations.

Annonce

Argumentaire

En France et ailleurs dans le monde développé, les acteurs des territoires sont confrontés de manière croissante à des exigences sociétales quant au respect de normes, lois ou référentiels relatifs au « développement durable ». Ceci impacte certaines dimensions sectorielles de l’action publique (gestion des déchets, maîtrise de la demande en énergie, préservation de la biodiversité, gestion de la ressource en eau...), mais aussi la forme donnée ou prônée pour la ville. Mais peut-on parler de forme urbaine durable ?

Certains travaux essaient d’inventorier les critères à prendre en compte pour tendre vers cet objectif. Sont ainsi abordées les notions de contexte urbain, de typologie bâtie, de dimensionnement, de mixité fonctionnelle, d’économie de l’espace, d’énergie, etc. Néanmoins, des débats scientifiques nourris ont lieu sur l’unicité ou la pluralité des formes urbaines durables, sur les échelles spatiales permettant de les appréhender, voire sur les possibilités de faire de la durabilité un objectif atteignable pour la planification spatiale, l’urbanisme et la gestion de l’environnement. Ainsi, par exemple, l’application du cadre du développement durable à l’interaction entre forme urbaine et mobilité quotidienne aboutit à une stigmatisation de l’étalement, mais aussi à l’émergence d’une controverse sur l’avantage de la compacité.

Pour cette journée, qui veut rendre compte des controverses scientifiques actuelles en géographie, en aménagement de l’espace ou dans l’action urbaine, trois échelles spatiales imbriquées seraient privilégiées :

  1. Celle allant du bâtiment à l’opération, à travers la figure qui commence à être décryptée, des écoquartiers ;
  2. Celle de la ville. On reviendra ici sur le débat entre étalement et densité, mais on abordera aussi la place de la végétation dans la composition urbaine, du point de vue des fonctionnalités écologiques ;
  3. Celle de la région urbaine, grand territoire des grandes agglomérations, qui prend des formes variables (monocentrique, polycentrique…) et conduit à ménager dans l’espace les enjeux de qualité environnementale et de rayonnement économique.

Modalités de participation

Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots-clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit. Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque (congres@cths.fr)

avant le 1 novembre 2011.

Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin décembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque. Les actes seront publiés dans une ou plusieurs revues à comité de lecture.

PROGRAMME PRÉVISIONNEL

Deux sessions seront organisées, chacune sur une demiejournée. Sur la base des intentions de communications reçues et évaluées par le comité scientifique, ces sessions pourront se décliner en ateliers parallèles.

  • Session 1 - Durabilité de la ville consolidée, du bâtiment à l’opération La mise en oeuvre du développement urbain durable consiste pour partie à adapter le parc immobilier, les espaces publics, ou encore les modes de déplacement aux contraintes liées notamment aux changements du climat. Adapter les bâtiments existants ou pratiquer le renouvellement urbain recouvrent des dimensions techniques ou économiques, mais aussi des dimensions patrimoniales, juridiques, sociales. Il s’agira de dresser l’état actuel des connaissances dans ces domaines, en examinant leurs interrelations.
  • Session 2 : Le ménagement des fonctions économiques et naturelles dans les villes et régions urbaines Il s’agira ici d’aborder les controverses scientifiques portant sur la densité et l’étalement urbain. Les modalités actuelles de l’urbanisation modifient l’occupation des sols en milieu périurbain et sont génératrices de déplacements. L’organisation spatiale qui en résulte peut être envisagée à différentes échelles, dont celle de la région urbaine (city-region). En portant le regard sur le grand territoire, mais aussi sur les espaces « vides » en ville, on examinera comment les choix de forme urbaine ménagent ou non la biodiversité animale et végétale, qui contribue à l’amélioration de l’environnement urbain.

COMITÉ SCIENTIFIQUE ET D’ORGANISATION :

  • Jean-Paul Carrière, PR aménagement-urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS
  • Yves Chalas, PR aménagement-urbanisme, UMR PACTE, Université Grenoble 2 (sous réserve)
  • Christophe Demazière, PR aménagement-urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS
  • Laurent Devisme, Maître-assistant en architecture, LAUA, ENSA Nantes
  • Frédérique Hernandez , MCU aménagement-urbanisme , CIRTA, Université Aix-Marseille 3
  • Corinne Larrue, PR aménagement-urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS
  • Mindjid Maizia, PR aménagement-urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS
  • Didier Paris, PR aménagement-urbanisme, TVES, Université de Lille 1
  • Vincent Piveteau, directeur de l’Ecole du paysage de Versailles
  • Sylvie Servain, MCU géographie, ENSNP, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS
  • Laura Verdelli, MCU aménagement-urbanisme, UMR 6173 CITERES, Université de Tours – CNRS

RESPONSABLES :

  • Christophe Demazière (Département Aménagement - EPU Tours) : christophe.demaziere@univ-tours.fr,
  • Sylvie Servain (ENSNP de Blois) Cités, Territoires, Environnement et Sociétés (UMR CITERES 6173,CNRS et Université François-Rabelais de Tours), servain@ensnp.fr

Lieux

  • Université de Tours François-Rabelais
    Tours, France

Dates

  • mardi 24 avril 2012

Mots-clés

  • ville,formes spatiales, développement durable

Contacts

  • Sylvie Servain-Courant
    courriel : colloque [at] ensnp [dot] fr
  • Christophe Demazière
    courriel : christophe [dot] demaziere [at] univ-tours [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Sylvie Servain-Courant
    courriel : colloque [at] ensnp [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Quelles formes spatiales pour le développement urbain durable ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 22 septembre 2011, http://calenda.org/205316