AccueilDes corps masculins entre textualité et matérialité

*  *  *

Publié le mercredi 28 septembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Cette journée d’étude vient conclure le projet innovant « Identités de genre en représentation », qui a donné lieu à un séminaire de recherche de deux ans. Centrée sur les masculinités trop longtemps passées sous silence, elle prend comme point d’appui le trajet intellectuel de Judith Butler elle-même, à qui l’on a reproché, à tort ou à raison, qu’à trop vouloir élargir la notion de productivité performative du genre, on risquait de perdre la matérialité des corps genrés. Nous nous proposons donc de confronter une théorie du genre centrée sur les discours à la question de l’incarnation.

Annonce

Argumentaire

Cette journée d’étude vient conclure le projet innovant « Identités de genre en représentation », qui a donné lieu à un séminaire de recherche de deux ans. Centrée sur les masculinités trop longtemps passées sous silence, elle prend comme point d’appui le trajet intellectuel de Judith Butler elle-même, à qui l’on a reproché, à tort ou à raison, qu’à trop vouloir élargir la notion de productivité performative du genre, on risquait de perdre la matérialité des corps genrés. Nous nous proposons donc de confronter une théorie du genre centrée sur les discours à la question de l’incarnation. Le féminisme, en exhibant les phénomènes de pouvoir, a donné à (certains) hommes l’outillage intellectuel nécessaire pour réfléchir de manière subversive à leur propre place dans le dispositif de domination masculine. Parmi ces hommes féministes, certains, dépassant sciemment le niveau discursif, vont jusqu’à préconiser la mise
en oeuvre de technologies corporelles alternatives, inventant divers agencements individuels pour composer avec la masculinité.

Actuellement, les études sur les masculinités et les études queer ont largement déconstruit le masculin et affirmé, dans la droite ligne de Butler, que les corps masculins – au même titre que les autres corps – n’existent pas hors de leurs interprétations et projections culturellement situées!: ils sont, eux aussi, le produit de la structure idéologique qui crée la différence sexuée. À tel point qu’il est possible – depuis les travaux de Judith Halberstam notamment – de penser des incarnations de masculinité indépendantes des corps biologiquement masculins. Il semble donc que les études sur les masculinités achoppent parfois sur l’écueil de la matérialité, qui nous conduit à nous interroger sur la tension entre matérialité et textualité du corps masculin.

La journée d’étude fera une large place à la question d’un retour dans l’action des analyses en termes de genre, c’est-à-dire à ce que Ricoeur appelle « mimèsis III » : cette opération de médiation entre le texte « poétique » et le monde réel « éthique », rendu possible par le plaisir de la reconnaissance comme compréhension, dans les limites du vraisemblable et en accord avec un concept prospectif de vérité dont l’agir humain est le champ représenté. On s’interrogera sur les facultés d’incitation à l’action sur le monde genré que véhicule l’analyse des représentations. Car pour Ricoeur, l’enjeu n’est autre que « le procès concret par lequel la configuration textuelle fait médiation entre la préfiguration du champ pratique et sa refiguration par la réception de l’oeuvre ».

Organisateurs

Institutions

  • EA 172 - Centre d’études et de Recherches comparatistes (CERC)
  • EA 4223 - Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG)
  • EA 3556 - Expressions historiques, culturelles et esthétiques de l’identité. Espaces germanique, nordique et néerlandophone

Programme

9h00 Accueil des participants

  • 9h15-9h30 Patrick Farges (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Introduction : Des corps masculins entre textualité et matérialité
  • 9h30-10h30 Anna De Biasio (Università degli Studi di Bergamo), Notes on the (U.S.)-Debate on Masculinity

10h30-10h45 Pause

  • 10h45-11h20 Anne Isabelle François (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Mon oncle. Dispositifs de visibilité, corps masculin et pouvoirs de l’empathie dans Les émigrants de W. G. Sebald
  • 11h20-12h00 Jean-François Laplénie (Université Paris Sorbonne – Paris 4), La quête du masculin chez Hermann Broch : entre écriture romanesque et pratique psychothérapeutique

Modération Klaus Wieland (Université de Strasbourg)

12h00-14h00 Déjeuner

  • 14h-15h Michel Lehmann (Université Toulouse 2 – Le Mirail), La voix du masculin!: les tensions entre identité et rhétorique à l’opéra
  • 15h-15h45 Marguerite Chabrol (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), « See what the boys in the back room will have, and tell them I’m having the same » : Marlene Dietrich et la théâtralisation du (corps) masculin à Hollywood
  • 15h45-16h30 Cécile Schenck (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Corps masculins en représentation sur la scène chorégraphique contemporaine

Modération Bernard Banoun (Université Paris Sorbonne – Paris 4)

Lieux

  • 4, rue des Irlandais (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la recherche, Salle Claude Simon)
    Paris, France

Dates

  • samedi 08 octobre 2011

Contacts

  • Patrick Farges
    courriel : patrick [dot] farges [at] univ-paris3 [dot] fr

Source de l'information

  • Annette Schläfer
    courriel : schlafer [at] ciera [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Des corps masculins entre textualité et matérialité », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 28 septembre 2011, http://calenda.org/205379