AccueilRepenser la famille dans l'Égypte médiévale

Repenser la famille dans l'Égypte médiévale

Rethinking the Family in Medieval Egypt

dossier spécial des Annales islamologiques 47

Special issue of Annales islamologiques 47

*  *  *

Publié le jeudi 06 octobre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

L’ambition de ce dossier est d’inviter à repenser l’histoire de la famille dans l’Islam médiéval. En limitant les contributions à l’Égypte, on entend profiter d’une configuration documentaire exceptionnelle pour favoriser la contextualisation d’un objet trop souvent envisagé comme une évidence, égale et semblable d’une époque à l’autre. On abordera par exemple l’histoire de la parenté et de la formation du groupe familial ; l’histoire de l’héritage, des normes légales et des pratiques sociales en matière patrimoniale, mais aussi des autres formes de transmission familiale (des biens, des pratiques, des savoirs) ; l’histoire de l’éducation, de l’apprentissage et plus largement celle de l’enfance ; l’histoire des rôles sociaux au sein de la famille et de leurs représentations collectives. Les propositions sont à envoyer avant le 30 novembre 2011. Une table ronde réunira les auteurs à Montpellier en mai 2012.

Annonce

Appel à publication (Annales islamologiques, 2013) : Repenser la famille dans l’Égypte médiévale

Présentation

L’histoire de la famille est un parent pauvre dans le renouveau que connaissent aujourd’hui les études sur le monde islamique médiéval. Le souci de rompre avec une approche essentialiste, de ne pas introduire artificiellement des catégories modernes dans l’approche de sociétés plus anciennes, l’intérêt également que représentent d’autres unités d’analyse comme la tribu ou la maison, la séduction enfin de cadres conceptuels nouveaux comme le genre, ont contribué à cette désaffection. Seules des trouvailles documentaires, portant sur certaines institutions qui règlaient la vie familiale dans le champ social, ont suscité des études ponctuelles – à l’image de ce que les documents du Haram al-Sharif de Jérusalem ont pu révéler des pratiques légales et sociales du mariage et du divorce.

L’histoire de la famille apparaît pourtant en filigrane dans bon nombre de champs de recherche aujourd’hui timidement ou largement renouvelés : histoire du savoir et de sa transmission, histoire des élites sociales et de leur reproduction, histoire des patrimoines et de leur consolidation, histoire du droit et de la production de ses normes, histoire des formes collectives du religieux et de leur dynamique sociale, histoire de la ville et des manières d’habiter… L’importance accordée à la reconstitution des réseaux (marchands, savants, spirituels, de pouvoir ou d’influence) donne également une visibilité nouvelle à des logiques de transmission dans lesquelles entrent de puissantes considérations familiales. La (re)découverte récente des méthodes et des objets de l’anthropologie historique, dont la greffe n’avait pas pris dans le champ des études islamiques, invite aussi à repenser en contexte historique des formes de relations que l’approche ethnologique avait contribué à figer. Le vif intérêt que suscitent à nouveau les corpus de documents médiévaux (papyri, ostraca, lettres, documents d’archives), constitue enfin une opportunité remarquable pour tenter de repenser des objets d’étude comme la famille sur la base d’une documentation renouvelée.
Encore faudrait-il pleinement comprendre ce que « famille » veut dire dans la société islamique médiévale, quelles réalités économiques elle recouvre, quelles formes sociales elle recoupe, quelles relations elle polarise. Le jeu, de ce point de vue, est d’autant plus ouvert que la question de la famille n’a guère été posée en tant que telle dans le champ des études sur l’Islam médiéval et que les rares réponses disponibles à ce jour méritent d’être revisitées.

C’est l’ambition de ce dossier thématique des Annales islamologiques que d’inviter à repenser l’histoire de la famille, à la poser en objet d’histoire loin de toute forme d’évidence et que de contribuer à la faire émerger comme un champ autonome au croisement des recherches et des questions les plus variées. En limitant les contributions à l’Égypte médiévale, on entend profiter d’une configuration documentaire exceptionnelle dans l’histoire de l’Islam, en terme de diversité des sources possibles, et favoriser ce faisant la contextualisation rigoureuse d’un objet trop souvent envisagé comme une évidence, égale et semblable d’une époque à l’autre. Parmi les nombreuses thématiques concernées, on abordera par exemple l’histoire de la parenté, de la formation et de la reconfiguration du groupe familial, des différents périmètres que recoupent les liens familiaux ; l’histoire de l’héritage, des normes légales et des pratiques sociales en matière patrimoniale, mais aussi des autres formes de transmission (des biens, des pratiques, des savoirs) au sein de la famille ; l’histoire de l’éducation et de l’apprentissage, et plus largement celle de l’enfance ; l’histoire des rôles sociaux au sein de la famille et de leurs représentations collectives… La liste n’est pas limitative.

Modalités de participation

La préparation de ce dossier thématique, à paraître dans le numéro 47 (2013) des Annales islamologiques, donnera lieu à une table ronde intermédiaire, organisée à Montpellier au mois de mai 2012, afin de favoriser les échanges et les interrogations croisées entre les auteurs.

Les propositions (titre, résumé de 15 à 20 lignes, mots-clés) sont à envoyer à sdenoix@ifao.egnet.net et julien.loiseau@univ-montp3.fr

avant le 30 novembre 2011

La sélection des propositions sera effectuée par les coordinateurs du numéro

English version

Call for paper (Annales islamologiques, 2013): Rethinking the Family in Medieval Egypt

Presentation

The history of the family is still the poor relation in the current renewal of Islamic studies. Such a neglect may be explained by various reasons: the wish to break with essentialism and to avoid modern categories in the study of ancient societies, the attention paid for different groups such as tribes and households, or the success of new concepts such as gender. Most of the studies conducted in the past decades were focused on new findings (for instance the documents of the Haram al-Sharif) and devoted to social institutions regulating family life, such as marriage and divorce.

The history of the family is however implicit in many fields of research partly renewed today in Islamic studies: knowledge and its transmission, social elites and their renewal, estates and their consolidation, law and the formulation of its standards, religious life and its dynamics, city and the ways to inhabit it… Transmission within the family is underlined too in studies devoted to the reconstitution of various networks, either merchant, scholar, spiritual or political. The belated attention paid in Islamic studies for the method and concepts of historical anthropology also invites to reconsider family relations in historical contexts. Lastly, the renewed interest for medieval documents (such as papyri, ostraca, private letters, or legal acts) offers an opportunity to rethink the issue on the basis of new evidence.

Still it would be necessary to understand what family means in medieval Islam, what kinds of facts (either economical, social, or anthropological) it implies. The question has not been raised as it ought to be and remains open. The aim of this special issue of the Annales islamologiques is thus to invite scholars to rethink the family as an historical object and a field of its own right in Islamic studies.

The issue will be limited to medieval Egypt in order to exploit an unparalleled documentation and to further a greater contextualization of the inquiry. Issues such as kinship and family groups’ composition, inheritance and its legal and social practices, transmission within the family, education and childhood, family roles and their social representation, are welcomed. This list is unlimitative.

Participation

This special issue will be published in the Annales islamologiques 47 (2013). A workshop to be held in Montpellier (France) in May 2012 will bring together the authors in order to further the crossing of methods and inquiries. January 2013 will be the due date for papers. Submissions (titles, abstract, key words) are to be sent either to sdenoix@ifao.egnet.net or julien.loiseau@univ-montp3.fr

 before the 30th of November 2011

The selection will be done by the coordinators.

Lieux

  • Route de Mende (Université Montpellier III)
    Montpellier, France

Dates

  • mercredi 30 novembre 2011

Mots-clés

  • famille, Égypte, Islam, patrimoine, transmission, éducation, femme, enfance

Contacts

  • Sylvie Denoix
    courriel : denoix [at] mmsh [dot] univ-aix [dot] fr
  • Julien Loiseau
    courriel : julien [dot] loiseau [at] univ-montp3 [dot] fr

Source de l'information

  • Julien Loiseau
    courriel : julien [dot] loiseau [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Repenser la famille dans l'Égypte médiévale », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 06 octobre 2011, http://calenda.org/205485