AccueilEspaces et identités en mouvement dans les aires germanique, néerlandophone et nordique

Espaces et identités en mouvement dans les aires germanique, néerlandophone et nordique

Séminaire des doctorants de l'EA 3556, Université Paris-Sorbonne

*  *  *

Publié le lundi 10 octobre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Ce séminaire organisé par des doctorants de l'UFR d'études germaniques (études allemandes, nordiques et néerlandaises) de l'université Paris-Sorbonne s'organise autour de six séances mensuelles (de janvier à juin 2012) dans lesquelles interviennent des doctorants et des chercheurs confirmés. Le but est de présenter ses recherches à partir d'une thématique commune.

Annonce

Argument

Pour sa troisième année d’existence, le séminaire poursuivra la réflexion engagée sur la notion d’identité (2009-2010 : identité et altérité ; 2010-2011 : identité(s) en crise). Cette année, l’accent sera mis sur l’espace dans lequel les identités se construisent et circulent, à l’échelle individuelle et collective.
Le « retour de l’espace » (Osterhammel 1998) constaté il y a une dizaine d’années a permis de dresser un bilan du spatial turn et de ses répercussions dans différents domaines de la recherche (histoire, sociologie, anthropologie, ethnologie, littérature, linguistique, histoire de l’art…) ; notre hypothèse de travail est que l’espace n’est pas seulement donné mais, lui aussi, construit : il est le produit de relations sociales, interindividuelles.
Dans les aires géographiques qui nous intéressent, ce retour à l’espace s’est produit de manière différenciée. En Allemagne, où la notion d’espace (Raum) était taboue depuis son instrumentalisation par l’idéologie nazie (« Lebensraum im Osten »), c’est seulement après la chute du Mur et la réunification que l’espace resurgit dans le champ scientifique, soit une dizaine d’années après les premières prises de position théorique sur le sujet, qui furent d’abord le fait de chercheurs étrangers. Ce « retard » montre bien le lien de l’espace à l’Histoire et à la constitution d’une identité nationale. Dans l’aire nordique, la fin de la Guerre froide a également eu un impact durable sur le plan géopolitique et sur les réflexions concernant une identité nordique, ou baltique. Ces questions sont encore présentes aujourd’hui dans le rapport à l’Union européenne, et renvoient à des enjeux géolinguistiques forts. La question du rapport entre langue nationale et frontières étatiques, de même que le multiculturalisme et l’expression des identités religieuses, est au cœur des débats actuels aux Pays-Bas et dans l’aire néerlandophone.
Toutes ces réflexions invitent à questionner sous un nouvel angle l’existence d’identités nationales, européennes, du Nord ou culturelles, et leurs manifestations historiques, politiques, sociales, linguistiques, culturelles ou artistiques. Le séminaire cherchera à interroger plus fortement l’espace constitué par les aires germanique, néerlandophone et nordique, en prenant en compte les différentes configurations et délimitations qu’il connaît au cours de l’Histoire.

Axes de recherche pour le séminaire :

Des exposés issus de toutes les disciplines sont souhaités. Ils pourront recourir aux outils conceptuels élaborés dans les différents champs de recherche évoqués ci-dessus à titre indicatif, mais aussi en proposer de nouveaux. Les contributions pourront porter sur (propositions non exhaustives) :

1. interactions entre espaces et identités

  • construction identitaire dans l’espace, constitution et redéfinition de l’espace sous l’action des phénomènes identitaires
  • entre espace et identité, le rôle de la langue (langue et identité politique, langue et identité sociale, langue et identité culturelle, langue et identité littéraire)

2. l’identité dans l’espace: quelles représentations?

  • espace physique et représentation de l’identité: paysages, architecture, monuments, et leurs représentations dans des oeuvres picturales et plastiques.
  • espace littéraire et espace social/ national : confrontation ? superposition ?
  • pratiques et discours de l’identité dans l’espace

3. identités en circulation

  • phénomènes de mobilité, moyens de diffusion des identités comme supports et incarnation de contenus immatériels. Circulation, réseaux.
  • mutations de l’identité au contact d’autres identités, ou d’autres espaces. influences réciproques, acculturation, assimilation, création d’une tierce identité, phénomènes de rejet ou d’assujetissement
  • reconfiguration des espaces face au danger de la logique de transferts qui peut créer des frontières artificielles au lieu de prendre en compte un espace aux limites différentes, qui lui est unifié et au sein duquel les identités peuvent également circuler. moments historiques où se cristallisent ces reconfigurations.

Modalités de soumission et de sélection

Les propositions de contribution, environ 400-500 mots, sont à envoyer

pour le 30 octobre 2011

aux adresses électroniques suivantes :

La sélection est effectuée par l'équipe organisatrice, constituée de trois doctorants de l'EA 3556 (Université Paris-Sorbonne Paris IV) : Stéphanie Chapuis-Després, Agathe Mareuge, Virgile Reiter.

Lieux

  • 108 boulevard Malesherbes (Centre universitaire Malesherbes)
    Paris, France

Dates

  • dimanche 30 octobre 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • identités, espace, monde germanique, Scandinavie, Pays-Bas

Contacts

  • Agathe Mareuge
    courriel : colloque [dot] objetsmediateurs [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Agathe Mareuge
    courriel : colloque [dot] objetsmediateurs [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Espaces et identités en mouvement dans les aires germanique, néerlandophone et nordique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 10 octobre 2011, http://calenda.org/205529