AccueilMémoires des sciences, traces du développement en Afrique

Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique

Memories of sciences, traces of development in Africa

Archives, ruines, nostalgie

Archives, runis, nostalgia

*  *  *

Publié le mercredi 12 octobre 2011 par Julien Gilet

Résumé

Ce séminaire (SPHERE-CEMAf) aura lieu un jeudi par mois au CEMAf-Paris. Il s’intéresse à la manière dont les traces du passé sont commémorées, effacées ou appropriées au sein des institutions scientifiques, des populations et des paysages africains. Il réunit anthropologues et historiens des sciences, autour d’une série de lectures, d’études de cas et d’explorations thématiques sur la présence matérielle et affective du passé des sciences et du développement en Afrique.

Annonce

ANR Mereaf. Traces et lieux de mémoires de la recherche médicale en Afrique. Anthropologie des paysages, des ruines et des artefacts scientifiques

Séminaire commun (SPHERE-CEMAf), 2011-2012

Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique. Archives, ruines, nostalgie.

Présentation du séminaire 

Le paysage des sciences, de la médecine et du développement en Afrique a été profondément bouleversé au cours des quinze dernières années. Politiques néolibérales, conflits et crises ont littéralement ruiné les institutions publiques héritées de l’Etat dévelopmentiste colonial et post-colonial, alors que de nouveaux acteurs et de nouvelles dynamiques – l’essor de la big philanthropy, l’ONGisation croissante de la recherche et de l’intervention – amorcent, ou en tout cas mettent un scène, une « renaissance » qui prend souvent les traits d’une privatisation.

Dans ce contexte, le passé colonial et post-colonial des sciences fait l’objet en Afrique d’investissements affectifs complexes, où s’expriment et se confondent souvenirs du colonialisme, critique du présent néolibéral et nostalgie pour le projet même de développement. Monuments, bâtiments ruinés ou rénovés, archives, vieilles machines et « anciens »  témoignent d’un passé où l’Etat et la science projetaient un futur et promouvaient des formes spécifiques d’appartenance, de participation et de citoyenneté. Des stations expérimentales, des « projets-pilote » et des laboratoires actualisent et prolongent, comme des enclaves ou des vestiges, une histoire de collaborations et d’interventions transnationales qui ont façonné des lieux, des communautés et des subjectivités.

Ce séminaire s’intéresse à la manière dont les traces du passé sont commémorées, effacées ou appropriées au sein des institutions scientifiques, des populations et des paysages africains. Il réunit anthropologues et historiens des sciences, autour d’une série de lectures, d’études de cas et d’explorations thématiques sur la présence matérielle et affective du passé des sciences et du développement en Afrique.

Programme des séances

Jeudi 13 octobre - Introduction

Guillaume Lachenal (SPHERE, Université Paris Diderot & IUF) :
Présence du passé des sciences et du développement en Afrique: Introduction au thème

Aïssatou Mbodj-Pouye (CNRS, CEMAf) :
Présentation du programme

Jeudi 10 novembre: Débris d’Empires

Ann Stoler (Newschool for Social Research, chercheuse invitée au CRESSPA- CNRS & Université Paris 8) :
The Rot that Remains: On Colonial Ruins and Ruination

Mardi 6 décembre, 14h-17h: Utopies perdues et nostalgie du futur (Attention changement de date et horaires)

Séverine Awenengo Dalberto (CNRS, CEMAf) :
« Au bon temps des SICAP » : traces mémorielles, matérielles et nostalgies du futur d’un programme de cité idéale à Dakar

en présence de Charles Piot (Duke University).

Jeudi 5 janvier : Inscriptions, archives et mémoire

Aïssatou Mbodj-Pouye (CNRS, CEMAf) :
Traces écrites des pratiques médicales : enjeux et pistes de travail

Jeudi 2 février: La culture matérielle du souvenir

Séance reportée

Jeudi 1er mars: La vie sociale des vestiges

Eric Jennings (University of Toronto) :
Vestiges en mutation. L'héritage thermalo-climatique français en Afrique, dans l'Océan Indien et en Asie: entre kitsch, nostalgie et utilité

Jeudi 24 mai: Architecture, traces urbaines et patrimoine colonial et La culture matérielle du souvenir

Séance double, attention horaire modifié 14h-17h

Clément Verfaillie (doctorant au SEDET, Université Paris Diderot)
Les traces d'une disparition et la disparition des traces : le cas de l'architecture Saint-Louisienne du temps de l'esclavage

Ashley Ouvrier (post-doctorante à l’IRD, UMI 233)
De la raison humanitaire aux uniformes de l'IRD : recherche médicale et mémoire à Niakhar (Sénégal)

Jeudi 7 juin: Mélancolie, race et ruin porn aux Etats-Unis

Jean-Paul Lallemand (doctorant au CENA, EHESS) et Aurélien Gillier (doctorant au CENA, EHESS)
"Ce qui nous appartient", mémoire et mobilisation politique autour des hôpitaux communautaires de Mound Bayou (Mississippi)

Lieux

  • 9 rue Malher (CEMAf, Salle Person)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 13 octobre 2011
  • jeudi 10 novembre 2011
  • mardi 06 décembre 2011
  • jeudi 05 janvier 2012
  • jeudi 02 février 2012
  • jeudi 01 mars 2012
  • jeudi 10 mai 2012
  • jeudi 07 juin 2012

Contacts

  • Aïssatou Mbodj-Pouye
    courriel : retour [dot] foyers [at] gmail [dot] com
  • Guillaume Lachenal
    courriel : lachenal [at] univ-paris-diderot [dot] fr

Source de l'information

  • Aïssatou Mbodj-Pouye
    courriel : retour [dot] foyers [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Mémoires des sciences, traces du développement en Afrique », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 12 octobre 2011, http://calenda.org/205594