AccueilSilence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique

Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique

Silence and voice in societies of the Soviet type

Pratique d'entretiens de témoins du monde communiste : atelier méthodologique (1)

Practical and methodological issues of oral history of the Communist world (1)

*  *  *

Publié le vendredi 14 octobre 2011 par Julien Gilet

Résumé

Planning du programme formation-recherche (CIERA), Dans le cadre de la préparation du colloque des 13-15 juin 2013 (Berlin) : « Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique. Étude de cas : les intellectuels communistes ». Articulé autour de trois ateliers méthodologiques, d’une journée d’étude et d’un colloque, ce programme de formation-recherche se déroulera du mois de novembre 2011 au mois de juin 2013. Sa durée sera de 19 mois.

Annonce

Méthodologie

Les ateliers méthodologiques sont destinés à familiariser avec la pratique de sources telles que les autobiographies, les journaux personnels, les correspondances ou encore les entretiens, soit les « ego-documents » d’un côté, les archives des institutions de surveillance et des partis communistes de l’autre. Ils s’adressent aux étudiants en master et aux doctorants rattachés à l’institution dans laquelle se déroulera chaque atelier. Ces ateliers – qui se tiendront respectivement les 11 novembre 2011, le 17 février 2012 et le 24 mai 2012 – seront ouverts aux doctorants des départements d’histoire, de sociologie et de science politique des universités locales et des centres de recherche intéressés qui seront encouragés à répondre à l’appel à communications du colloque final.

La journée d’étude du 16 novembre 2012 portera sur le parcours spécifique des intellectuels communistes et s’attachera à finaliser le colloque qui se tiendra à Berlin les 13-14 et 15 juin 2013. Il clôturera cette recherche et pourra s’intégrer dans le cadre des manifestations commémoratives du soulèvement populaire du 17 juin 1953 à Berlin-Est. 

Programme

  • Atelier 1. Date : 11 novembre 2011

Lieu : Vienne, Ludwig Boltzmann Institut

Responsable : Muriel Blaive, Ludwig Boltzmann Institut (mblaive@gmail.com)

Intervenante extérieure : Agnes Arp, Université de Iéna (FSU)

Cet atelier méthodologique consacré à la pratique d'entretiens sera dirigé par deux historiennes, Agnès Arp et Muriel Blaive, qui pratiquent l'histoire orale dans leurs travaux et recherches sur le monde communiste et post-communiste.

  • Enseignante à l'Université de Iéna (Friedrich-Schiller-Universität) et collaboratrice du Prof. Lutz Niethammer, Agnès Arp abordera les enjeux de l'histoire orale en expliquant les conditions d'émergence en Europe post-communiste, pour parler ensuite de ses expériences d'entretiens
    • 1) qui vont à contre-courant du discours dominant - ainsi la collecte d'entretiens sur la mémoire de la RDA dans les générations de ceux qui avaient de 20 à 40 ans à la chute du Mur (Entretiens publiés dans Mein Land verschwand so schnell. Sechszehn Lebensgeschichten und die Wende, Agnès Arp et Annette Leo (dir), Wtv-Campus, 2009)
    • 2) qui portent sur des sujets qui génèrent peu de traces écrites, ainsi les "Heimkinder" (enfants placés dans des homes) en RDA. Faire des entretiens biographiques avec des personnes issues de l'assistance publique (et par conséquent en partie traumatisées) révèle les limites de la méthode.
  • Chercheuse au Ludwig Boltzmann Institut et enseignante au département de Science politique de l'université Charles de Prague ainsi qu'à l'Institut d'histoire européenne de l'université de Vienne, Muriel Blaive a mené un long travail de terrain sur une ville-frontière, Ceske Velenice, et son quotidien (Alltagsgeschichte) sous le communisme. Cette enquête a fait l'objet d'une publication, avec Berthold Molden, intitulée "Grenzfälle. Osterreichische und tschechische Erfahrungen am Eisernen Vorhang", Weitra, Bibliothek der Provinz, 2009.

Ce séminaire aura lieu le vendredi 11 novembre 2011 de 10h à 12h au Ludwig Boltzmann Institut, Nussdorferstrasse 64, 1090 Wien, Autriche.

  • Atelier 2 Date : jeudi 16 février 2012

Ego-documents et écriture de l’histoire / Ego-documents and the writing of history

Lieu : Paris-Nanterre, Institut des Sciences sociales du Politique

Responsable : Sonia Combe (ISP-Centre Marc Bloch)

Intervenant extérieur :

  • Bernhard Bayerlein, Zentrum für Zeithistorische Forschung (ZZF, Berlin), éditeur scientifique du journal de G. Dimitrov (Georgi Dimitroff, Tagebücher 1933-1945, Aufbau, 2000) et
  • Régine Robin, UQAM, Montréal, historienne et sociologue, sur l’auto-fiction.
  • Modération : Sonia Combe (ISP-Centre Marc Bloch)

Atelier sur la pratique de sources telles que les autobiographies, les journaux personnels, les biographies, les correspondances ou encore les entretiens, soit les « ego-documents » et leurs effets heuristiques. Pour comprendre le monde communiste disparu il y a à peine vingt ans, la parole de ceux qui l’ont vécu doit nécessairement être entendue. Il convient toutefois de savoir neutraliser les effets de reconstruction du souvenirde décoder « l’illusion biographique » (Bourdieu), d’analyser à quel « groupe » social, ethnique etc., aussi peu homogène soit-il, appartient la parole énonciatrice, mais aussi à quel objectif répond la pratique d’écriture. Tandis que Bernhard Bayerlein dégagera l’apport du journal de Georgi Dimitroff à l’historiographie communiste, Régine Robin montrera en quoi l’autobiographie peut rejoindre (et jouer avec) la fiction - sans que cela n’altère forcément sa qualité de source pour l’historien.

Cet atelier/séminaire aura lieu le jeudi 16 février de 14h à 16h à l’ISP-CNRS, Bâtiment T, Université de Nanterre, salle Tr11. Ouvert à tous.

  • Atelier 3 Date : 28 septembre 2012

Les activités artistiques à travers les dossiers de la Stasi. Prises de positions et légitimité à parler

Lieu : Berlin, Centre Marc Bloch

A partir de l’étude des activités artistiques observées par la Stasi dans la ville de Dresde, Jérôme Bazin, historien de l’art et maître de conférence à l’université de Paris-Est, propose d'examiner quatre situations différentes :

  • les réunions mondaines dans le salon d’une amatrice d’art
  • l’attitude d’un artiste face au 17 juin 1953
  • les activités commerciales d’un marchand d’art
  • la visite par un groupe d’ouvriers d’une exposition dans une maison de la culture.

Le but est d’interroger, dans le cas d’une société socialiste, l’articulation complexe entre les positions sociales de chacun des acteurs et leurs prises de position, entre la légitimité à parler et son inégale distribution d’une part et la question du silence et de la prise de parole d’autre part.

Cette communication de Jérôme Bazin sera discutée par Jens Gieseke, historien au ZZF (Potsdam) et ancien chercheur à la BStU qui traite, conserve et communique les dossiers de la Stasi.

Le séminaire se déroulera le 28 septembre, de 14 à 17h, au Centre Marc Bloch, 191 Friedrichstrasse, 10117 Berlin.

En plus de ces trois ateliers, une journée d’étude aura lieu le 16 novembre 2012 et un colloque en juin 2013

  • Journée d'étude : Date : 16 novembre 2012

Lieu, Paris, EHESS

Responsable : Catherine Gousseff (EHESS)

Cette journée d’étude fera un état des lieux et des recherches consacrés à l’héritage et à la transmission des élites communistes dans l’Europe post-soviétique. Elle abordera la question de la mémoire (et de ses usages) relative à la catégorie des intellectuels communistes étudiés.

Intervenants : Marie-Claire Lavabre (ISP), Thomas Lindenberger (Ludwig Boltzmann Institut),  Catherine Gousseff (EHESS/ Centre Marc Bloch), Sonia Combe (ISP/Centre Marc Bloch)

  • Colloque : « Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétiques : les intellectuels communistes »

Lieu : Berlin / Centre Marc Bloch

Date : 13-14 et 15 juin 2013

Responsables : Sonia Combe (ISP/CMB), Catherine Gousseff (EHESS/CMB)

Comité scientifique du colloque :

  • Muriel Blaive, historienne, Ludwig Boltzmann Institut, Vienne,
  • Mihai Dinu Gheorghiu, sociologue, Centre de sociologie européenne (EHESS)/Université de Iasi.
  • Jens Gieseke, historien, ZZF, Potsdam
  • Thomas Lindenberger, historien, ZZF, Potsdam et Ludwig Boltzmann Institut, Vienne
  • Anne-Marie Losonczy, anthropologue, EPHE
  • Nadège Ragaru, politiste, CERI,
  • Jean-Charles Szurek, sociologue, ISP/CNRS

Le comité scientifique aura pour tâche d’évaluer les réponses à l’appel à communications qui sera lancé en juin 2012. Une session du colloque sera consacrée à chacun des pays. Elle réunira un chercheur « autochtone » (de préférence doctorant) et un chercheur confirmé. Le (la) discutant(e) sera un(e) spécialiste d’un autre pays afin de favoriser le croisement de regard et la comparaison. Historienne de l’URSS, Catherine Gousseff tentera de dégager l’écart lié aux différentes périodicités entre l’expérience soviétique et celle des autres sociétés de type communiste.

Catégories

Lieux

  • 64 Nussdorferstrasse (Ludwig Boltzmann Institut), ISP-CNRS (Université de Nanterre), 191 Friedrichstrasse (Centre Marc Bloch) et 105 bd Raispail (EHESS)
    Vienne, France
  • 64 Nussdorferstrasse (Ludwig Boltzmann Institut), ISP-CNRS (Université de Nanterre), 191 Friedrichstrasse (Centre Marc Bloch) et 105 bd Raispail (EHESS)
    Nanterre, France
  • 64 Nussdorferstrasse (Ludwig Boltzmann Institut), ISP-CNRS (Université de Nanterre), 191 Friedrichstrasse (Centre Marc Bloch) et 105 bd Raispail (EHESS)
    Paris, France

Dates

  • vendredi 11 novembre 2011
  • jeudi 16 février 2012
  • vendredi 28 septembre 2012

Mots-clés

  • histoire orale, communisme, post-communisme, stasi, activités artistiques, dossiers

Contacts

  • Muriel Blaive
    courriel : mblaive [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Sonia Combe
    courriel : sonia [dot] combe [at] bdic [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Silence et prise de parole dans les sociétés de type soviétique », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 14 octobre 2011, http://calenda.org/205675