AccueilComment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ?

Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ?

Jacques Ellul's thought in the 21st century

*  *  *

Publié le mardi 18 octobre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

À l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Jacques Ellul (1912-1994), le Centre Montesquieu de recherches politiques organise les 7, 8 et 9 juin 2012 un colloque sur le thème : comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ?. Figure marginale du champ intellectuel français, plaçant la liberté de l'homme au cœur de son analyse critique, Jacques Ellul s'est confronté aux grandes questions de son époque : la technique, la propagande, le et la politique. Ce colloque pourra donner l'occasion de lui rendre hommage mais surtout de confronter son œuvre à l'épreuve du temps.

Annonce

Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ?, colloque à l’Université de Bordeaux, CMRP Centre Montesquieu de Recherches Politiques, Université Montesquieu Bordeaux IV les 7, 8, 9 juin 2012

Présentation

Le colloque international Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ? se déroulera dans les murs de l’université où enseignait Jacques Ellul (1912-1994). Il aura lieu à Bordeaux où il naquit et à Pessac où il vécut la plus grande partie de sa vie. Le centième anniversaire de sa naissance pourra donner l’occasion de lui rendre hommage mais surtout de confronter son oeuvre à l’épreuve du temps. Parmi les multiples lieux communs associés  au nom de Jacques Ellul (1912-1994), figure en bonne place le thème d’une pensée inclassable. Il faut d’emblée reconnaître que l’intéressé n’est pas pour rien dans cette réputation. Si tout au long d’une carrière riche d’une soixantaine d’ouvrages et de plusieurs centaines d’articles, il n’a poursuivi qu’un seul but : affirmer et défendre la liberté de l’homme face aux périls qui la menacent, les voies empruntées ont été trop diverses pour ne pas décourager les amateurs de frontières intangibles.

Dans une ère de spécialisation outrancière, particulièrement à l’Université malgré les appels rituels à la pluridisciplinarité, ce polygraphe prit le risque de passer pour un aimable touche-à-tout. Pratiquant pourtant les « sciences diagonales » avec la même rigueur qu’un Roger Caillois - dont la revue Diogène publiera du reste l’un de ses meilleurs articles consacrés à la propagande -, il prétendait seulement à l’honnêteté intellectuelle et non pas à l’objectivité scientifique. Jacques Ellul s’est confronté aux grandes questions de son temps : la technique (La Technique ou l’enjeu du siècle/1954 ; Le système technicien/1977 ; Le bluff technologique/1988), la propagande (Propagandes/1962), le et la politique (L’illusion politique/1965, Autopsie de la révolution/1969, De la Révolution aux révoltes/1972, Changer de révolution/1982). Son recul critique envers les régimes capitalistes aussi bien que communistes, affirmé dès les années 1930, lui a permis de porter en précurseur une analyse des sociétés modernes qu’il définissait comme des sociétés techniciennes. Le versant théologique de son oeuvre (notamment son Ethique de la Liberté en trois volumes) tendait pour sa part à montrer la libre détermination de l'homme dans la libre décision de Dieu. A travers la diversité de ses ouvrages se dégage une constante : la remise en question des conformismes (Exégèse des nouveaux lieux communs/1966) qui dépouillent les personnes de leur liberté et fondent un certain ordre politique et social qu’il s’agit de questionner en permanence.

Jacques Ellul s’est aussi engagé dans le monde où sa vie s’enracinait. Son parcours personnel a été marqué notamment par Bernard Charbonneau, avec qui il a partagé l’expérience de la création de groupes personnalistes dans le sud-ouest des années 1930, puis la lutte contre l’aménagement de la Côte Aquitaine au début des années 1970. Bien qu’il constitue une figure déterminante de la pensée contemporaine et qu’il ait inspiré un grand nombre de réflexions et d’engagements, Jacques Ellul est demeuré à la marge du champ intellectuel français. Il s’agit avec ce colloque de revenir sur son oeuvre, sur les difficultés de sa diffusion dans le champ universitaire et au-delà mais surtout de se demander en quoi la pensée ellulienne peut encore inspirer l’analyse du monde du XXIe siècle ainsi que l’engagement dans ce monde.

Les contributions pourront porter sur les thèmes suivants, qui restent toutefois non exhaustifs :

L’oeuvre d’Ellul

  • On pourra proposer un retour réflexif sur divers aspects de l’oeuvre d’Ellul, notamment en resituant leurs rapports avec certaines traditions de pensée et leurs enjeux dans les débats de son époque
  • On pourra s’interroger sur la réception de l’oeuvre d’Ellul, les influences qu’elle a suscitées mais aussi le sens de sa marginalisation relative

L’engagement d’Ellul dans le monde vécu

  • On pourra revenir sur ses engagements personnels dans divers champs : mouvements politiques dans les années 1930, lutte contre l’aménagement de la Côte Aquitaine, prévention de la délinquance à Pessac, etc.
  • On pourra s’interroger sur son influence interpersonnelle et les réflexions qu’il a pu suscitées chez d’autres aussi bien dans le cadre de ses enseignements que dans sa participation à des groupes de réflexion

L’actualité et les usages d’Ellul

  • On pourra voir en quoi l’héritage de la pensée ellulienne apporte un éclairage sur les problématiques contemporaines : malaise démocratique et crise de la représentation,  controverses techniques et scientifiques, crises sanitaires, globalisation, crise écologique, guerre et terrorisme, information et propagande, médias, etc.
  • On pourra explorer la signification des usages qui sont faits de son oeuvre notamment dans l’analyse des sociétés modernes en tant que sociétés industrielles

Modalités de participation

Les résumés (maximum de 3500 caractères espaces compris et références bibliographiques exclus) devront être adressés à carole.bergerot@u-bordeaux4.fr

avant le 28 novembre 2011

Informations

Le colloque consistera en des communications orales de 20 minutes. Les interventions des conférenciers seront suivies de discussion avec la salle sous la direction d’un modérateur.

L’entrée sera libre et gratuite, dans la limite des places disponibles, et il n’y aura pas de frais d’inscription.

Calendrier

  • 28 novembre 2011 : date limite de soumission des résumés
  • 30 janvier 2012 : notification d’acceptation aux auteurs
  • 7 Mai 2012 : date limite de remise des textes
  • 7, 8 et 9 Juin 2012 : colloque à l’Université de Bordeaux

La langue officielle du colloque est le français mais certaines communications auront lieu en anglais.

Comité scientifique :

  • Jorge David BARRIENTOS-PARA, Brésil, juriste, Professeur, UNESP/Araraquara
  • Daniel BOURMAUD, France, politiste, Professeur, Directeur du GRECCAP-CMRP, Université Montesquieu Bordeaux IV
  • Daniel CEREZUELLE, France, philosophe, Directeur du Programme Autoproduction et Développement Social
  • José Luis GARCIA, Portugal, sociologue, Professeur, Institut des sciences sociales Université de Lisbonne
  • David W. GILL, Etats-Unis, philosophe, Professeur, Gordon-Conwell Theological Seminary, Hamilton
  • Carl MITCHAM, Etats-Unis, philosophe, Professeur, Colorado School of Mines
  • Patrick TROUDE-CHASTENET, France, politiste, Professeur, GRECCAP-CMRP, Université Montesquieu Bordeaux IV

Comité local d’organisation :

  • Emilie Himeur
  • Isabelle Lamaud
  • Patrick Troude-Chastenet

Secrétariat du colloque : Université Montesquieu Bordeaux IV, Faculté de Droit et Science politique, Centre Montesquieu de Recherches Politiques, Carole Bergerot, Mail : carole.bergerot@u-bordeaux4.fr, Téléphone : +33 (0)5 56 84 29 43

Lieux

  • Université Bordeaux IV
    Pessac, France

Dates

  • lundi 28 novembre 2011

Contacts

  • Carole Bergerot
    courriel : carole [dot] bergerot [at] u-bordeaux4 [dot] fr

Source de l'information

  • Emilie Himeur
    courriel : emiliehimeur [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 18 octobre 2011, http://calenda.org/205737