AccueilInterroger le régime d’historicité de la démocratie moderne

Interroger le régime d’historicité de la démocratie moderne

Asking questions of the historicity regime in the modern democracy

*  *  *

Publié le lundi 24 octobre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

À l'occasion du congrès annuel de la Société québécoise de science politique, qui aura lieu à l'Université d'Ottawa du 23 au 25 mai 2012, le Groupe d’études de la modernité anthropologique et politique (GEMAP) organise un colloque sur le thème du mode d'historicité propre au régime démocratique, et plus largement de la modernité politique dans son ensemble. Poursuivant une exploration de l'anthropologie philosophique de la modernité débutée depuis plusieurs années, il s'agira d'interroger les diverses dimensions temporelles qui spécifient l'idéologie moderne, que ce soit sous la forme des philosophies de l'histoire, des concepts de présentisme ou de postmodernité, ou encore sur les compréhensions du passé et de la tradition.

Annonce

Argumentaire

Une part importante de la pensée politique contemporaine renoue avec le concept de régime pour penser la modernité. S’ouvre dès lors un débat sur la nature du régime moderne. Certains l’estiment essentiellement démocratique, d’autres y voient une oligarchie ou du moins un régime mixte. Bien sûr, la notion de régime est prise ici dans son sens le plus englobant, qui dépasse l’enjeu des formes politiques institutionnelles. Elle désigne la donation politique d’un sens de la justice et du bien, mais également d’un sens de l’action et donc aussi de l’histoire.

Mais peut-on réellement rapporter à la nature du régime moderne les principales conceptions de l’histoire qui se manifestent dans le monde contemporain ? Faut-il accepter l’image d’elle-même qu’offre la démocratie, par exemple, qui se voit comme le vecteur d’un changement continu et du progrès moral de l'humanité ? Ou faut-il à l'inverse lui associer la négation post-moderne des grands récits ou même ce que certains appellent le présentisme de l’esprit contemporain ? Cette coexistence de diverses conceptions de l’histoire ne serait-elle pas plutôt elle-même le reflet d’une situation politique complexe et disparate ?

Notre atelier visera à mieux comprendre l’orientation et l’arrière-plan politique des modes d’historicité propres aux sociétés actuelles. Ouverte à plusieurs perspectives, la démarche poursuit l’exploration d’une anthropologie politique de la modernité.

Appel à contribution :

Merci d’envoyer un titre et un résumé d’une dizaine de lignes à Stéphane Vibert, professeur agrégé, Université d’Ottawa : svibert@uottawa.ca

avant le 20 novembre 2012

Un comité scientifique composé des trois co-organisateurs du colloque sera chargé de retenir les propositions les plus pertinentes.

Comité scientifique :

  • Stéphane Vibert, professeur, département de sociologie et anthropologie, Université d’Ottawa
  • Yves Couture, professeur, département de science politique, UQAM (Montréal)
  • Marc Chevrier, professeur, département de science politique, UQAM (Montréal)

Lieux

  • Ottawa (Canada)
    Ottawa, Canada

Dates

  • dimanche 20 novembre 2011

Mots-clés

  • historicité, politique, démocratie, régime, modernité, postmodernité, tradition, histoire

Contacts

  • Stéphane Vibert
    courriel : svibert [at] uottawa [dot] ca

Source de l'information

  • Stéphane Vibert
    courriel : svibert [at] uottawa [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Interroger le régime d’historicité de la démocratie moderne », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 24 octobre 2011, http://calenda.org/205809