AccueilTransformation ou rupture des équilibres internationaux

Transformation ou rupture des équilibres internationaux

The transformation or rupture of international equilibria

Repenser la structure du système international contemporain

Rethinking the structure of the contemporary international system

*  *  *

Publié le mercredi 02 novembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

À l'occasion du Congrès 2012 de la Société québécoise de science politique qui se déroulera du 23 au 25 mai, à l'Université d'Ottawa, il est organisé un atelier en relations internationales ayant pour thème « Transformation ou rupture des équilibres internationaux : repenser la structure du système international contemporain ».

Annonce

Atelier : Transformation ou rupture des équilibres internationaux : repenser la structure du système international contemporain

Discipline : Relations internationales

Argumentaire

L'influence grandissante des puissances émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique) dans les sphères économique et politique internationales, couplée à la prétendue érosion de la suprématie américaine, interroge sur la redistribution des cartes de la puissance au sein du système international et, ce faisant, sur la stratification du pouvoir mondial. S'il est admis par tous que le monde bipolaire de la Guerre froide constitué par les pôles américain et russe a définitivement disparu, il n'existe, en revanche, aucun consensus sur la nature du système international contemporain qui reste encore à définir (Santander, 2009).

Ainsi, pour Moravcsik (2003), le monde est toujours bipolaire, mais cette bipolarité est désormais incarnée par les États-Unis et l'Union européenne. Or, pour Serfaty (2010; 2011), ce monde qui a vu naître le partenariat euro-américain n'existe plus : le système international est par conséquent zéro-polaire. Pour Haas (2008), la caractéristique principale des relations internationales contemporaines est de tendre vers une non-polarité: un monde dominé non pas par un ou deux, ou même, plusieurs États, mais plutôt par des dizaines d'acteurs possédant et exerçant différents types de puissance. Quant à Nye (2011), la réalité du système international est plus complexe, ressemblant davantage à ce qu‘il qualifie de « jeu d'échecs à trois dimensions » (three dimensionnal chess game) : en haut de l'échiquier, la puissance militaire est unipolaire avec les États-Unis; au milieu, la puissance économique est multipolaire avec les États-Unis, l'Europe, le Japon et la Chine comme grands joueurs; et en bas de l'échiquier, au sein de la multitude d'acteurs transnationaux qui échappent aux contrôles étatiques, la puissance est très largement dispersée.

Dans un exercice de projection, Ferguson (2004) pensait déjà qu'avec la fin de l'hégémonie américaine, l'alternative à un monde unipolaire, que certains commentateurs ont crû entrevoir avec l'effondrement du bloc soviétique, ne serait en aucun cas un monde multipolaire, mais plutôt un monde apolaire qui pourrait bien signifier un retour à l'anarchie du Moyen âge. Or, nombreux sont les tenants de la thèse d'un monde multipolaire à l'instar de Laïdi (2003) qui appelle, par ailleurs, à envisager trois configurations différentes : la multipolarité de fait, la multipolarité construite et l'idée d'un système mondial pluraliste.

Dans ce qui apparaît d'ores et déjà comme l'un des débats les plus controversés et les plus stimulants en Relations internationales (RI) en ce début du XXIème siècle, la guerre des conceptualisations bat donc son plein pour décrire le système international dans lequel nous vivons actuellement; et ceci, soit par la persistante mobilisation de la notion historique de polarité, soit par la réfutation pure et simple de celle-ci parce que jugée obsolète depuis la fin de la Guerre froide. Par conséquent, l'opportunité offerte par le thème général du Congrès de 2012 méritait d'être saisie pour faire le point sur la place qu'occupe l'analyse des transformations dans l'ordre international au sein de notre discipline, et les diverses manières par lesquelles les recherches s'évertuent à les appréhender.

Cet atelier se veut être l'occasion pour les chercheurs en RI, aussi bien confirmés qu'en devenir, de présenter leurs travaux empiriques ou leurs réflexions théoriques et méthodologiques sur les différents aspects de l'étude des mutations qui s'opèrent au sein du système international depuis la fin de l'affrontement est-ouest, et qui, par le fait des nombreux jeux d'influences militaire, économique et culturel donnant lieu à de nouvelles configurations de rapport de force, concourent à en redéfinir les caractéristiques. Notre ambition est que le résultat des discussions, lors de ce rendez-vous, donne lieu à la publication d'un ouvrage collectif ou d'un dossier dirigé dans une revue à comité de lecture établie dans le champ d'étude.

Modalités de soumission et de sélection

Les propositions de communications, rédigées en anglais ou en français, doivent comprendre le titre, une description d'au plus 250 mots, le nom du ou des auteurs, leur(s) statut(s) et leur(s) affiliation(s) institutionnelle(s), ainsi que leurs coordonnées complètes (adresse postale et courriel), et doivent être envoyées simultanément aux deux responsables de l'atelier

d'ici au 15 novembre 2011

aux adresses suivantes : kim.fontaine-skronski.1@ulaval.ca ; irving.lewis.1@ulaval.ca .

Les auteurs des propositions seront avisés le 30 novembre de l'acceptation ou non de leur communication. Toute question ou demande d'information complémentaire sur l'atelier peut également être envoyée aux mêmes adresses courriels.

Responsables :                

  • Kim Fontaine-Skronski, département de science politique, Université Laval
  • Irving Lewis, département de science politique et Programme Paix et Sécurité internationales, Université Laval

Références bibliographiques

Ferguson, Niall, 2004, A World Without Power, Foreign Policy, July/August.

Haass, Richard N., 2008, The Age of Nonpolarity, Foreign Affairs, 87(3): 44-56.

Moravcsik, Andrew, 2003, “The World is Bi- polar After All,” Newsweek International, 26, 5 mai.

Nye, Joseph, 2011, The Future of Power, New York: Public Affairs.

Santander, Sebastian (sous la dir. de), 2011, L’émergence de nouvelles puissances: vers un système multipolaire?, Paris: Ellipses.

Serfaty, Simon, 2010, L’atlantisme dans un monde zéro-polaire, Revue Défense Nationale, 733 (octobre).

Serfaty, Simon, 2011, Repenser l’atlantique dans un monde à repenser, Politique étrangère, 1 (printemps) : 185-196.

Laïdi, Zaki, 2003, Vers un monde multipolaire, Études 10 (Tome 399) : 297-310.

Lieux

  • Canada, Université d'Ottawa
    Ottawa, Canada

Dates

  • mardi 15 novembre 2011

Mots-clés

  • systéme international, puissance, bipolarité, apolarité, non-polarité, zéro-polarité, unipolarité, multipolarité

Contacts

  • Kim Fontaine-Skronski
    courriel : kim [dot] fontaine-skronski [dot] 1 [at] ulaval [dot] ca
  • Irving Lewis
    courriel : irving [dot] lewis [dot] 1 [at] ulaval [dot] ca

Source de l'information

  • Irving Lewis
    courriel : irving [dot] lewis [dot] 1 [at] ulaval [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Transformation ou rupture des équilibres internationaux », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 02 novembre 2011, http://calenda.org/205890