AccueilHasard et ordres dans le vivant

Hasard et ordres dans le vivant

Déterminisme, devenir, individu

*  *  *

Publié le jeudi 03 novembre 2011 par Marie Pellen

Résumé

Nous envisageons cette journée de discussion comme une occasion d'approfondir ensemble les questions ouvertes par la théorie de l'ontophylogenèse et ses idées majeures : l'expression aléatoire des gènes, la stabilité acquise sous l'effet de contrainte d'une structure cellulaire triant les interactions aléatoires entre molécules, ou encore le rapprochement et l'unification des processus d'ontogenèse et de phylogenèse. Nous souhaiterions ainsi ouvrir une réflexion élargie sur les enjeux épistémologiques, spéculatifs (considérations d'ordre ontologique ou interprétations inspirées d'une « philosophie de la vie ») et éthiques de cette théorie.

Annonce

3ème journée du Colloque international “Chance at the heart of the cell” (http://cgphimc.univ-lyon1.fr/CGPHIMC/CHC2/Site/Front_page.html),
organisée par le Laboratoire Junior interdisciplinaire "Enquête sur l'homme vivant" (ehvi.ens-lyon.fr / ehvi.hypotheses.org).

Nous envisageons cette journée de discussion comme une occasion d'approfondir ensemble les questions ouvertes par la théorie de l'ontophylogenèse et ses idées majeures : l'expression aléatoire des gènes, la stabilité acquise sous l'effet de contrainte d'une structure cellulaire triant les interactions aléatoires entre molécules,  ou encore le rapprochement et l'unification des processus d'ontogenèse et de phylogenèse. Nous souhaiterions ainsi ouvrir une réflexion élargie sur les enjeux épistémologiques, spéculatifs (considérations d'ordre ontologique ou interprétations inspirées d'une « philosophie de la vie ») et éthiques de cette théorie.

Axes proposés

 Comme point de départ, nous proposons six axes de questionnement qui sont autant de directions possibles, assez ouvertes et tout à fait compatibles avec d'autres approches plus transversales :

1) quelle interdisciplinarité pour quel dialogue ?

D'un point de vue réflexif et méthodologique, est-il possible d'échanger sur un objet aussi technique qu'un modèle biologique en dehors du cadre strictement disciplinaire (paradigme explicatif, méthodes, etc.) ? Si une rencontre interdisciplinaire a lieu autour de ce problème, quel devra en être le niveau et la pertinence de discours ? Quelles en seraient les conditions ainsi que l'approche ?

2) une révolution indéterministe ? Le questionnement d'une conception réaliste des lois génétiques et la réflexion sur la portée explicative du hasard.

D'un point de vue épistémologique : quelles sont, en biologie, le statut et la pertinence du paradigme déterministe atteignant son paroxysme dans le modèle génétique ? Comment hasard et probabilité peuvent en constituer une réelle alternative ? dans l'explication en général, et dans celle de ce qui fait le propre du phénomène biologique ?

3) l'individu n'est-il qu'une façon de voir les choses ?

A la croisée de l'ontologie et de l'éthique : quel statut accorder à l'individualité, relativisée à un point dans une lignée généalogique ? La mise en évidence, par l'unification des processus d'ontogenèse et de phylogenèse, de l'unité du phénomène biologique nie-t-elle toute signification à cette échelle individuelle (qui reste largement celle de notre existence) ?

4) comment envisager l'intelligence de la vie (au sens d'un génitif subjectif et objectif) ?

Du point de vue du mode d'intelligibilité du vivant : que nous dit la critique du modèle de "programme génétique" comme projection anthropocentrique (biais finaliste) quant à "l'ordre" constitutif du vivant ? La réduction de l'homéostasie à un hasard sous contrainte (par la critique de la notion de stéréospécificité) ne signifie-t-elle pas la crise de la notion d'organisme ? Mais inversement, la réinterprétation de sa stabilité/robustesse ne rend-elle pas en même temps justice à la plasticité du vivant (son adaptabilité) ?

5) pris absolument, le terme de "vie" a-t-il encore un sens dans son acception biologique ?

Du point de vue d'une « philosophie de la vie » : comment se pose aujourd'hui, pour une philosophie qui reconnaît les concepts et les méthodes de la biologie, la question de l'originalité de la vie sur la matière ? La crise du modèle « d'ordre (informationnel) à partir de l'ordre » (Schrödinger) rend-elle caduque l'idée d' « ordres » séparés entre inerte et vivant ? Quelle signification biologique donner à l'expérience d'interaction avec le milieu qu'est la vie pour l'être vivant ?

Programme de la journée

8h30 – 9h : accueil des intervenants autour d’un petit-déjeuner

9h – 12h : présidence de séance par Julie Henry

9h – 9h30 : introduction de la journée par Barthélemy Durrive

9h30 – 10h15 : Charles Wolfe, « Hasard, holisme et réductionnisme »

Chercheur postdoctoral au Centre d’histoire des sciences au sein du Département de philosophie et de sciences morales de l’Université de Ghent, et membre associé de l’Unit for History and Philosophy of Science, Université de Sydney

10h15 – 11h : Giuseppe Longo, « Aléatoire et irréversibilité du temps : physique/biologie »

Directeur de Recherche CNRS au CREA, Ecole Polytechnique (et ancien Professeur de Logique Mathématique puis d’informatique à l'Université de Pise)

11h – 11h15 : pause-café

11h15 – 12h : Serge Duperret, « Le greffé ou celui qui ne s’appartient plus »

Anesthésiste-Réanimateur, service de réanimation chirurgicale de l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, en doctorat d’Ethique et philosophie

12h – 14h : pause-déjeuner

14h – 17h30 : présidence de séance par Mélodie Faury

14h – 14h45 : Anne Cambon-Thomsen, « Ontologies et analogies : ressorts de dialogue dans l’interdisciplinarité autour de la biologie »

Docteur en médecine, directrice de recherche au CNRS, spécialisée en immunogénétique humaine, titulaire d'un diplôme universitaire en éthique de la santé et responsable d'une équipe de recherche "Génomique, biothérapies et santé publique : approche interdisciplinaire ».

14h45 – 15h30 : Jérôme Rosanvallon, « Principe de Darwin et stratification organique »

Doctorant en philosophie des sciences à  l'université Paris VII

15h30 – 16h : pause-café

16h – 16h45 : Michel Morange, « Spécificité et intelligibilité du vivant : approche historique »

Professeur de Biologie à l'Ens, Directeur du Centre Cavaillès, CIRPHLES USR 3308

16h45 – 17h30 : discussion finale et conclusion de la journée par Julie Henry

Journée organisée par le Laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant : Philosophie, biomédecine, pratiques artistiques »

Responsables :

  • Julie Henry,
  • Barthélemy Durrive
  • Mélodie Faury

Avec le soutien financier du Fonds Recherche de l’ENS de Lyon

Lieux

  • 16 rue des arts (La Rotonde, INSA de Lyon)
    Villeurbanne, France

Dates

  • mercredi 23 novembre 2011

Mots-clés

  • Interdisciplinarité, philosophie, biologie, vivant, déterminismes, hasard, ordres, individus

Contacts

  • Julie Henry
    courriel : julie [dot] henry [at] ens-lyon [dot] fr
  • Mélodie Faury
    courriel : melodie [dot] faury [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Mélodie Faury
    courriel : melodie [dot] faury [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Hasard et ordres dans le vivant », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 03 novembre 2011, http://calenda.org/205945