AccueilLes cultures musicales en France : clivages, rapprochements, interactions (années 1760-1830)

*  *  *

Publié le vendredi 04 novembre 2011 par Marie Pellen

Résumé

La journée d’études se propose d’interroger le jeu complexe de la différentiation culturelle en recherchant, dans les discours et dans les pratiques, la matérialité des clivages, interactions ou rapprochements, propres à tracer des lignes de partage entre culture savante et culture populaire au sein du champ musical. Elle a vocation à susciter des échanges entre les historiens des périodes moderne et contemporaine et les musicologues, mais aussi des spécialistes d’autres champs disciplinaires concernés par ces enjeux. Le cadre hexagonal et la période 1760-1830 – époque d’intenses recompositions sociales, institutionnelles, esthétiques ou techniques – offrent les limites spatiales et temporelles de ces appropriations différenciées, sans que soit privilégié un modèle déterminé de culture musicale.

Annonce

«Les cultures musicales en France: Clivages, rapprochements, interactions (années 1760-1830)»

Journée d’études organisée par Sophie-Anne Leterrier, David Hennebelle et Youri Carbonnier

Vendredi 18 novembre 2011

Université d’Artois, 9 rue du Temple 62000 Arras

Salle des colloques, Maison de la recherche

Il est courant dans nos sociétés occidentales post-modernes d’opposer les cultures musicales savantes aux cultures musicales populaires. Pour autant, ce qui peut apparaître aujourd’hui comme une évidence conceptuelle n’est pas sans poser de multiples problèmes. D’abord parce qu’il n’existe pas de position claire et unanime sur les définitions respectives des unes et des autres et ceci doit nous interroger sur la validité de cette catégorisation. Ensuite parce que son utilisation induit une évolution schismatique qui passe largement sous silence les formes multiples d’interaction, de mobilité et de rapprochement. Enfin, il apparaît difficile, voire illusoire, de dater l’avènement d’une ligne de fracture incontestable, pourtant nécessaire pour donner un contenu et un sens aux unes et aux autres. N’est-il d’ailleurs pas largement arbitraire de fixer temporellement ou géographiquement, même de manière approximative, un phénomène qui, à l’image de la dérive des continents, est toujours à l’œuvre? L’Histoire n’est pas friande de manichéismes et nous enseigne plus sûrement la multiplicité des cultures musicales.

Pour autant, il est difficile de contester que c’est dans le cours du XIXe siècle que se dégagèrent un certain nombre de changements marquants, concomitants et conscients, propres à créer de la frontière au sein de la sphère musicale. L’apparition de lieux (conservatoires, théâtres, salles de concerts…), d’acteurs nouveaux (comme les revues musicales et la critique) et de modèles de diffusion nouveaux produisirent toujours plus de diversité, de hiérarchie et de distinction. Simultanément pourtant, des forces agissaient en sens inverse. L’intérêt affiché pour les musiques populaires, le lien conservé entre musique écrite et orale, le développement accru de la formation et de la pratique musicales, les institutions nouvelles de médiation en constituant les principales illustrations.

Sous l’Ancien Régime, il existait déjà des compartimentages marqués dans les modes de production et de diffusion, les supports, les auditoires et les répertoires. Cependant, les dénominateurs communs étaient suffisamment nombreux pour créer un véritable et large espace musical partagé – et pas seulement à l’église – où les dynamiques de mobilité étaient grandes.

La présente journée d’études se propose d’interroger le jeu complexe de la différentiation culturelle en recherchant, dans les discours et dans les pratiques, la matérialité de ces clivages, interactions ou rapprochements, propres à tracer des lignes de partage au sein du champ musical. Elle a vocation à susciter des échanges entre les historiens des périodes moderne et contemporaine et les musicologues, mais aussi des spécialistes d’autres champs disciplinaires concernés par ces enjeux. Le cadre hexagonal et la période comprise entre les dernières décennies de l’Ancien Régime et le premier tiers du XIXe siècle – époque d’intenses recompositions sociales, institutionnelles, esthétiques ou techniques – offrent les limites spatiales et temporelles de ces appropriations différenciées, sans que soit privilégié un modèle déterminé de culture musicale.

Programme :

Matinée 9h30-12h45

- Youri Carbonnier (Université d’Artois) : Introduction et problématique

- David Hennebelle (Université d’Artois) : « Un théâtre aristocratique et populaire : les Petits Comédiens du Comte de Beaujolais (1784-1790) ».

- Joann Élart (Université de Rouen) : « Le Boieldieu du peuple : autour du centenaire de sa naissance à Rouen en 1875 ».

- Hervé Audéon (CNRS-IRPMF) : « Romances et airs dans les concertos pour piano en France, du Directoire à la Restauration : citations, modèles et enjeux ».

- Jean Gribenski (Université de Poitiers) : « Mozart et la France (1764-vers 1825) ».

Après-midi 14h30-16h30

- Georges Escoffier (Université de Lyon II - Université de Clermont-Ferrand) : « Usage et limites des références populaires : l’exemple de la Messe en Noëls de Louis Grénon (1763) ».

- Jean-François Heintzen : « Les musiques discrètes sortent du bois… Musiques traditionnelles et populaires en Révolution ».

- David Chaillou (Université d’Artois – Université de Paris IV) : « La chanson Vive Henri IV et sa transposition au théâtre en 1814 : une utilisation politique du "populaire" sous la première Restauration ».

- Sophie-Anne Leterrier (Université d’Artois) : Conclusions provisoires

17h30 Concert

Salle de spectacle – Maison de l’étudiant (rue Raoul François)

Autour de « Vive Henri IV » et de chansons de Béranger

Musiques traditionnelles et savantes (Grétry, Cherubini, Rossini)

Vielle à roue, flûte, piano et chant

Lieux

  • Université d'Artois, Maison de la recherche, 9 rue du Temple 62000 Arras
    Arras, France

Dates

  • vendredi 18 novembre 2011

Mots-clés

  • musique, cultures musicales, différentiation culturelle, musique et société, culture savante, culture populaire, XVIIIe siècle, début XIXe siècle

Contacts

  • Nathalie Cabiran
    courriel : nathalie [dot] cabiran [at] univ-artois [dot] fr

Source de l'information

  • Youri Carbonnier
    courriel : youri [dot] carbonnier [at] univ-artois [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les cultures musicales en France : clivages, rapprochements, interactions (années 1760-1830) », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 04 novembre 2011, http://calenda.org/205964