AccueilConflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations

Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations

Conflicts, resistance and the regulations of time in organisations

*  *  *

Publié le lundi 07 novembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Le numéro 16 de la revue Temporalités, à paraître fin 2012, portera sur les conflits complexes qui ont lieu dans les organisations (entreprises, entre autres) au sujet de la construction d'un temps commun. Temps économiques contre temps de la vie quotidienne, mais également injonctions contradictoires, les temporalités sont souvent concurrentes et les perceptions du temps, parfois antagoniques. Les moyens de résistance sont également multiformes. Les coordinateurs Frédéric de Coninck (ENPC) et François-Xavier Devetter (Clersé) souhaitent rassembler une diversité de chercheurs (en économie, sociologie, sciencepolitique, droit, psychologie, littérature...) autour de sources diverses pour réaliser un numéro multidisciplinaire autour des conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations.

Annonce

Argumentaire

L'affirmation est désormais classique : la rationalisation des temps, portée par certains acteurs économiques, s'est renforcée au cours des derniers siècles et les clivages entre les paramètres de temps maniés par les organisations  et les temps de référence de la vie quotidienne se sont accrus. La construction du temps ou d'un temps « commun » au sein d'une organisation donnée est ou a été l'objet de luttes sociales complexes et tendues. Ce sont de ces conflits que nous voulons rendre compte à l’occasion de ce numéro.

L'objectif est en effet de souligner la diversité des temporalités qui peuvent entrer en concurrence au sein d'une même entreprise ou association, d'un même lieu ou d'une même collectivité. Elles vont impliquer des conflits entre différents acteurs sur la répartition de cette ressource bien spécifique qu'est le temps. Derrière ces temporalités concurrentes se présentent ainsi des temporalités qualitativement différentes et conflictuelles (répartition des horaires, rapidité des délais, modalités de mesures et de contrôles, degré de prévisibilité, etc.).

Les conflits entre les temps économiques, rationalisés, inclus dans des calculs de rentabilité et  les temps de la vie quotidienne (temps choisi, temps pour soi, temps familiaux, etc.) sont probablement le premier type de conflit auquel nous pouvons penser, mais l'objectif de ce numéro est également (et surtout) d'explorer d'autres types de conflits comme ceux, internes à une organisation, entre des injonctions contradictoires en termes de délais, de gestion de l'incertitude, ou encore de conception de la rapidité et de son importance. La diversité des acteurs (les différents services, les prestataires externes, les clients, les usagers, les donneurs d'ordres, les acteurs publics, etc.) rend complexe la conciliation de perceptions du temps parfois antagoniques. La situation des services relationnels (santé, action sociale, activités récréatives et culturelles, etc.) est probablement assez emblématique de ces conflits sur la période la plus récente. Mais ceux-ci traversent également bien d'autres secteurs d'activité y compris l'industrie et l'agriculture, notamment si l'on s'intéresse à des conflits historiquement plus anciens comme ceux qui ont pu concerner l'imposition d'une discipline du temps industriel à des ouvriers encore liés au monde agricole. Les notions de productivité du travail (ratio entre une production et une durée) ou encore d’absentéisme (voire de présentéisme) pourraient ainsi être questionnées notamment à travers la façon dont elles sont (mal)vécues par les salariés. L'analyse ou l'illustration de la construction historique de ces dimensions est une des question au cœur de cet appel à propositions.

Au-delà de l'explicitation de ces conflits et de l'analyse de leurs conséquences (sociales, économiques, juridiques mais aussi parfois pathologiques) sur les travailleurs, ce numéro doit également être l'occasion d'explorer les formes de résistances qui peuvent (ou ont pu) se manifester face à des temporalités imposées par certains acteurs de l’organisation. Résistances individuelles, résistances collectives : comment construire les moyens permettant de préserver des temps fermés aux injonctions de l’employeur ou des clients ? Comment défendre une conception de la « bonne » temporalité (notamment en interrogeant les critères de légitimité mis en avant) ? Cette approche pourrait par exemple s'intéresser aux différentes formes d'appels au ralentissement qui tendent à émerger mais aussi aux justification de la réactivité. Des travaux historiques sur des formes plus anciennes de résistances sont également attendus. Au-delà des formes de résistances, il serait aussi intéressant d'analyser les situations de domination ou d'aliénation ainsi que les coûts collectifs et individuels (y compris en termes de pathologies et de souffrance au travail) que ces évolutions impliquent ou ont impliqués (lors de la mise en place et de la diffusion du taylorisme par exemple).

Enfin, ce numéro vise à interroger les modes de régulations de ces conflits. L'intérêt pourrait être porté sur les mécanismes et instances de négociations (actuelles ou passées) des temps au sein des organisations mais aussi au rôle (et à l'évolution) des outils techniques mis en place (calendriers, agendas puis agendas électroniques, technologies de la mobilité, informatisation des plannings, etc.). L'analyse d'autres modes de régulation comme l'utilisation de grilles tarifaires ou de systèmes de rémunérations prenant spécifiquement en compte les dimensions du temps (horaires, délais, etc.) au-delà de la seule durée serait également très intéressante. La notion de régulation peut également être entendue à un niveau plus général ou macro notamment à travers l'étude de l'évolution des temporalités dominantes. À nouveau, ces questions peuvent être abordées avec des méthodologies issues de disciplines différentes et traiter de situations contemporaines, ou revenir sur des périodes plus anciennes à l'image des conflits temporels qui ont pu prévaloir lors du développement de la grande industrie.

Ainsi, si ces différents éléments peuvent sembler, au premier abord, faire écho à des problématiques économiques et sociologiques, il nous semble essentiel de les enrichir par des travaux issus d'autres disciplines et notamment en mobilisant des apports de l'histoire, de la science politique, du droit ou de la psychologie. Plus encore, et conformément à l'objectif pluridisciplinaire de la revue, il pourrait être intéressant de mobiliser des sources diverses au-delà des enquêtes statistiques ou monographiques comme l'analyse de textes littéraires par exemple.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro (frederic.deconinck@enpc.fr ou francois-xavier.devetter@telecom-lille1.eu) et envoyer une copie de leur projet d’article au secrétariat de rédaction : clara.tomasini@uvsq.fr

Ce projet, composé d’un titre et d’un résumé d’une page, ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, doit être envoyé

avant le 20 décembre 2011.

Calendrier

  • Réception des propositions (résumés de 5000 signes maximum) : 20 décembre 2011
  • Réponse des coordinateurs : 20 janvier 2012
  • Réception des articles (50 000 signes maximum) : 1er mai 2012
  • Retour des expertises des évaluateurs : 20 juin 2012
  • Réception de la version révisée : 20 août 2012
  • Finalisation du numéro : 20 octobre 2012
  • Mise en ligne : 20 novembre 2012

La liste des membres du comité de rédaction et du comité scientifique de la revue Temporalités est disponible en ligne sur son site Revues.org : http://temporalites.revues.org/533

Dates

  • mardi 20 décembre 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • sociologie, travail, temporalités, conflits, organisations, entreprises, résistances

Contacts

  • Clara Tomasini
    courriel : clatomasini [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Clara Tomasini
    courriel : clatomasini [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 novembre 2011, http://calenda.org/205967