AccueilCinéma et géographie

Cinéma et géographie

Geography and the movies

*  *  *

Publié le lundi 14 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Les Annales de Géographie dédient un numéro spécial à l'exploration des liens entre le cinéma et la géographie. Il a pour ambition d’interroger la place des objets ou des processus géographiques dans le discours cinématographique, de montrer ce que les études filmiques peuvent apporter à la géographie, et inversement. On attend des propositions d’articles qui portent sur l’espace de l’écran et de la scène de tournage, mais aussi sur la géographie de l’univers filmique des spectateurs et spectatrices. Les articles sont à soumettre avant le 1er septembre 2012.

Annonce

Cinéma et Géographie : appel à articles. Numéro thématique des Annales de Géographie

Responsable : Jean-François Staszak, Université de Genève

Argumentaire

La géographie s’est intéressée au cinéma, essentiellement en tant qu’activité économique, analysant la localisation de la production (A. Scott, On Hollywood, 2004) ou de la distribution (Géographie et cultures, 53, 2005, « Les Multiplexes »). Mais les espaces que constituent les scènes de tournage et l’écran on été peu étudiés en eux-mêmes. Parmi les exceptions notables dans le monde francophone, le travail précurseur de G. Mauduy et J. Henriet sur la Géographie du Western (1989), le numéro spécial de Espaces et Sociétés dédié à « Ville et cinéma » (1996, 86), les analyses de M. Gravari-Barbas sur les lieux de tournage de film (Cybergeo, 1997) ou celles d’A. Musset sur les paysages urbains de Starwars (De New York à Coruscant, 2005).

Le festival bordelais Geocinema atteste depuis 2006 de la faculté et du désir des nombreux géographes qui y ont participé à engager le débat sur la production cinématographique, mais le succès de celui-ci ne s’est pas traduit pas une augmentation notable des publications sur le thème. Comme si les géographes hésitaient à écrire sur le cinéma malgré l’intérêt qu’ils manifestent pour lui. Ainsi, les géographes ne se sont pas (encore) saisis du cinéma à la manière des historiens, alors pourtant que l’image en mouvement pourrait interpeller les premiers autant, si ce n’est plus, que les seconds.

Au delà des réticences que l’on vient d’évoquer, on a l’impression que les géographes ont des choses à dire sur le cinéma, mais que les travaux réalisés jusque-là manquent de lisibilité et de cohérence, et du coup ne permettent pas de répondre de façon un peu systématique à la question de savoir ce que la géographie peut tirer des films ou apporter à leur analyse. Ce numéro des Annales de géographie sera l’occasion de vérifier ce qu’il en est en encourageant ceux qui veulent s’exprimer sur ce thème, et à dynamiser ce champ de recherche grâce à un numéro qui servirait de référence.

Quelles sont les pistes qui se présentent, au croisement de la géographie et des études filmiques ?

Si la littérature, la musique, la bande dessinée ou la peinture, ont retenu l’attention des géographes, ce n’est pas exactement au même titre que les autres que le 7ème art concerne la géographie. Il accorde en effet une importance première et spécifique à l’espace. Les lieux de tournage, la disposition du décor, l’angle, le cadrage, la profondeur de champs, les mouvements des acteurs et la caméra, etc. constituent autant de choix spatiaux qui déterminent ce qui vient se projeter sur l’espace à deux – ou trois, désormais ? – dimensions de l’écran.

Ce numéro spécial des Annales de géographie dédié au cinéma a pour ambition d’interroger la place des objets ou des processus géographiques dans le discours cinématographique, de montrer ce que les études filmiques peuvent apporter à la géographie, et inversement.

Quels sont lieux, espaces et paysages que privilégient le cinéma et ses genres ? Comment les filme-t-il et pourquoi ? Le cinéma cherche-t-il ou parvient-il à dépayser le spectateur ? Joue-t-il sur des émotions géographiques ? L’espace est-il mobilisé comme ressource narrative ou rhétorique ? Dans quelle mesure la sémiologie cinématographique est-elle d’ordre spatial ? Le (hors)champ, l’angle, le décor, le cadrage, etc. peuvent-ils donner lieu à des analyses géographiques ? Quelles sont les valeurs ou les idéologies géographiques dont les films sont porteurs, et comment sont-elles véhiculées ? Peut-on parler d’un genre de film géographique (le road-movie, le western, le travelog, ou peut-être simplement tout film centré sur un espace ou un processus géographique ?), comme on parle de film historique ? Autant de questions parmi d’autres auxquelles les articles pourraient tenter de répondre.

Modalités de soumission

On attend des propositions d’articles qui portent sur l’espace de l’écran et de la scène de tournage, mais aussi sur la géographie de l’univers filmique des spectateurs et spectatrices. La géographie d’une œuvre cinématographique concerne aussi bien ceux qui la produisent que ceux qui le reçoivent. Les enjeux du cinéma ne se réduisent pas à ceux de la géographie culturelle et des représentations. Ils relèvent aussi de la géographie sociale et des affects.

Il va de soi que le cinéma de tous les genres, de tous les pays et toutes les époques, peut être l’objet de propositions. On évitera toutefois des approches trop monographiques.

Les articles, de moins de 60 000 signes (espaces, notes et bibliographie compris), sont à faire parvenir à Jean-François Staszak, à l’adresse suivante : jean-francois.staszak@unige.ch

avant le 1er septembre 2012

Conseils aux auteurs et comités éditorial et scientifique : http://www.armand-colin.com/revue/5/2/annales-de-geographie.php  

Dates

  • samedi 01 septembre 2012

Mots-clés

  • cinéma, géographie

Contacts

  • Jean-François Staszak
    courriel : jean-francois [dot] staszak [at] unige [dot] ch

Source de l'information

  • Jean-François Staszak
    courriel : jean-francois [dot] staszak [at] unige [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Cinéma et géographie », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 novembre 2011, http://calenda.org/206099