AccueilLe retour de la société de l’expérimentation ?

Le retour de la société de l’expérimentation ?

Back to the Experimenting Society ?

Perspectives historiques et interdisciplinaires

Historical and interdisciplinary perspectives

*  *  *

Publié le mercredi 16 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Les contributions cherchent à donner un panorama des expérimentations sociales (usage de la randomisation) présentes ou passées, françaises ou étrangères, européennes en particulier, en cherchant à en présenter les contextes historiques et politiques de leur émergence et de leur développement et leurs logiques. La question du rapport entre les pratiques scientifiques et les sociétés dans lesquelles elles se développent fournit un fil transversal de réflexion.

Annonce

Journées d’études : « Le retour de la société de l’expérimentation ? Perspectives historiques et interdisciplinaires » /  “Back to the Experimenting Society ? Historical and interdisciplinary perspectives”

  • F. Bardet, Université de Lyon – EVS (ENTPE)
  • R. Cussó, Université Paris 8 – LaDéHiS (CRH-EHESS)
  • A. Desrosières, Centre Koyré d’histoire des sciences
  • A. Labrousse, Université de Picardie - CRIISEA, CEMI-EHESS
  • G. Pollet, Université de Lyon, Triangle (Science-po Lyon)
  • F. Azimont, EMLYON Ecole de management (OCE Research Centre)

les 25 et 26 novembre 2011, Lyon, Sciences Po Lyon, Salle du Conseil, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

Introduction

D’une société de l’expérimentation à l’autre

A la fin des années 1980, après deux décennies d’expérimentations sociales aux Etats-Unis pour tester de « manière scientifique » l’efficacité et les effets secondaires des programmes d’action publique en projet, les premiers experts français de l’évaluation des politiques publiques semblaient convaincus de la nécessité de rejeter le modèle de la « société de l’expérimentation » [Monnier, 1987]. Les expérimentations en cause avaient pourtant d’abord suscité un enthousiasme considérable, conduisant à la mise en œuvre des dispositifs mobilisant des milliers de personnes pendant plusieurs années et nécessitant des sommes importantes, estimées à plusieurs centaines de millions de dollars. Mais les controverses nombreuses qui animèrent à leur sujet le champ académique de l’administration publique américaine convergèrent progressivement pour souligner le caractère rigide du cadre scientifique de l’expérimentation dite « randomisée contrôlée » qui était au cœur du projet de la société de l’expérimentation. En France de fait, l’alternative proposée par les tenants d’une évaluation dite « pluraliste » remporta les faveurs des responsables politiques et écarta la perspective des expérimentations sociales.

A peine un quart de siècle plus tard, on assiste à la montée en puissance d’une entreprise scientifique et gestionnaire qui ressemble à s’y méprendre à celle qui avait été finalement abandonnée. Proposée au début des années 2000 par des économistes installés dans une prestigieuse université de la côte Est des Etats-Unis [Banerjee et Duflo, 2009], « l’approche expérimentale » connaît très vite un succès retentissant en économie du développement, au point de susciter progressivement des interrogations chez quelques économistes [Rodrik, 2008 ; Deaton, 2009 ; Labrousse, 2010]. Le succès est d’ailleurs tel que les acteurs traditionnellement au centre du secteur de l’économie du développement, comme la Banque Mondiale, ajustent leurs programmes d’action selon des logiques qu’on peut également questionner [Bardet et Cussò, 2010].

Plus surprenante encore est l’absence de référence aux controverses qui ont conduit à l’abandon du projet d’Experimentating Society. Les promoteurs de l’approche expérimentale la présentent volontiers comme une révolution, un nouveau Gold Standard [Cartwright, 2007], alors même qu’ils ont installé leur camp de base sur le sol étasunien, théâtre de ces mêmes controverses. Est-ce à dire que les entrepreneurs des ERC actuels, qui ont pour terrain privilégié les pays du Sud, ne se considèrent pas comme les héritiers des expérimentations des années 1960-70 destinées au Nord ? Pourtant les expérimentations menées par le J-PAL, si elles ont d’abord pris place dans les pays du Sud sont de plus en plus souvent conduites dans des pays du Nord comme la France (Revenu de solidarité active [Gomel et Serverin, 2009], mallette des parents, CV anonymes etc.). Ces acteurs auraient-ils trouvé un contexte politique et idéologique plus favorable ou des techniques pour convaincre leurs contemporains que la donne a radicalement changé depuis les années 1980 ? Ces interrogations que certains cherchent aujourd’hui à rendre audibles [Allègre, 2008], renvoient à la manière dont les sociétés gèrent leur rapport à la science [Fagot-Largeault, 2010]. Elles fournissent les ressorts à partir desquels ce projet a été imaginé.

Regards croisés sur la société de l’expérimentation et ses acteurs

Tout aussi étonnante est l’impasse sur les riches débats épistémologiques, éthiques et pratiques qui ont cours sur les essais cliniques dans le domaine de la santé publique, alors même que la « révolution randomiste » se réclame de la méthodologie et de la scientificité des essais cliniques. Or ce secteur pionnier où les RCT sont apparus dès les années 1940 [Marks, 2010] offre d’importantes bases de réflexions, notamment à propos du traitement du SIDA [Dodier et Barbot, 2000]. Il importe d’intégrer ces réflexions dans les débats sur les expérimentations en sciences sociales.

De la médecine à l’économie, les expérimentations s’appliquent à des domaines scientifiques variés appelant à des regards croisés. Elles impliquent également des acteurs diversifiés, des administrations publiques et des organismes de recherche, aux ONG en passant par des entreprises privées [Bayart, 2005]. Dans le domaine de la santé, les essais cliniques sont conduits de manière croissante par des entreprises privées dans les pays du Sud, ce qui suscite une série de controverses éthiques et méthodologiques. On assiste également à l’émergence de programmes d’expérimentation financés par de grandes entreprises privées [Azimont, 2010] qui souhaitent s’installer sur le secteur émergent des produits ne portant pas atteinte à la santé des consommateurs, voire la favorisant (thématique controversée des alicaments). Le succès des expérimentations randomisées contrôlées s’étend également au secteur public, à l’image d’ailleurs de ce qui s’était produit à l’époque de la formulation du projet de société de l’expérimentation aux Etats-Unis. C’est ainsi que le Revenu de solidarité active a été récemment installé sur la base d’expérimentations, sur lesquelles il apparaît intéressant aujourd’hui de s’interroger [Gomel et Serverin, 2009 ; Gomel et Serverin, 2011].

Confrontés, d’une part, à l’apparente « tabula rasa » d’une partie des scientifiques et des gestionnaires des programmes d’action publique quant à leur histoire pourtant récente, et d’autre part à la multiplication d’expérimentations sociales, nous proposons de chercher à rassembler lors de ces journées d’étude quelques chercheurs qui ont travaillé à l’analyse des ERC et qui appartiennent à des champs académiques aux horizons disciplinaires divers. L’idée serait de chercher à renouer à la fois les fils historiques mais également analytiques des regards portés sur les différentes expérimentations y compris celles pionnières dans le domaine de la santé.

Il s’agirait ici d’aboutir à un panorama d’expérimentations présentes ou passées, françaises ou étrangères, européennes en particulier, en cherchant à en présenter les contextes historiques et politiques de leur émergence et de leur développement et leurs logiques. La question du rapport entre les pratiques scientifiques et les sociétés dans lesquelles elles se développent [Desrosières, 2003 ; Desrosières, 2008] pourrait fournir un fil transversal de réflexion.

Références bibliographiques

ALLÈGRE G. (2008), "L’expérimentation sociale des incitations financières à l’emploi, questions méthodologiques et leçons des expériences nord-américaines", Document de travail de l’OFCE.
AZIMONT F. (2010), "Valuation, metrologies and judgements. A study of market practices", PhD in Market Studies, sous la direction de L. ARAUJO, Lancaster University School of Management, 394 p.
BANERJEE A. V. et E. DUFLO (2009), "L’approche expérimentale en économie du développement", Revue d'économie politique, 119, 5, p. 691-726.
BARDET F. et R. CUSSÒ (2010), "De la science économique en lutte contre la pauvreté : l’approche expérimentale au prisme de son projet d’empowerment", Premier congrès de l’Association française d'économie politique, Lille.
BAYART D. (2005), "Le contrôle de qualité dans l'armement au début du XXè siècle : comment passer de la théorie des probabilités à la pratique industrielle ?", dans Deux siècles d'histoire de l'armement en France, de Gribeauval à la force de frappe, D. PESTRE (dir.), CNRS, Paris, 57-80.
CARTWRIGHT N. (2007), "Are RCTs the Gold Standard?", BioSocieties, 2, p. 11-20.
DEATON A. (2009), "Instruments of development: Randomization in the tropics, and the search for the elusive keys to economic development", British Academy, London.
DESROSIÈRES A. (2003), "Historiciser l'action publique : l'Etat, le marché et les statistiques", dans Historicités de l'action publique, P. LABORIER et D. TROM (dir.), PUF, Paris, 207-221.
DESROSIÈRES A. (2008), Pour une sociologie historique de la quantification, Presses des Mines, Paris.
DODIER N. et J. BARBOT (2000), "Le temps des tensions épistémiques. Le développement des essais thérapeutiques dans le cadre du sida", Revue française de sociologie, 41, 1, p. 79-118.
FAGOT-LARGEAULT A. (2010), Médecine et philosophie, Presses universitaires de France, Paris.
GOMEL B. et E. SERVERIN (2009), "Expérimenter pour décider ? Le RSA en débat", Document de travail du CEE.
GOMEL B. et E. SERVERIN (2011), "Évaluer l’expérimentation sociale", Documents de travail du CEE, http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/143-evaluer-experimentation-sociale.pdf.
LABROUSSE A. (2010), "Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d'un outil de preuve et de gouvernement", Revue de la régulation, 7, http://regulation.revues.org/index7818.html.
MARKS H. M. (2010), "What does evidence do? Histories of therapeutic research", dans Harmonizing Drugs.l Standards in 20th-Century Pharmaceutical History, C. BONAH (dir.), Editions Glyph, 81-100.
MONNIER E. (1987), Evaluations de l'action des pouvoirs publics. Du projet au bilan, Economica, Paris, 170 p.
RODRIK D. (2008), "The New Development Economics: We Shall Experiment, but How Shall We Learn?", Brookings Development Conference, May 29-30.

Programme des journées

Vendredi 25 novembre

10h30-10h40 Introduction

10h40-11h55 Les outils de la randomisation, présidence Alain Desrosières

  • « Aux origines de la randomisation : de l'agronomie expérimentale de R. Fisher à la gestion des risques sanitaires après guerre », Michel Armatte, Université de Paris-Dauphine
  • « Controverses internes à l’orthodoxie : Heckman versus Imbens », Laurent Davezies, CREST-GENES
  • « La voie pragmatiste de l’expérimentation sociale randomisée », Emmanuel Didier, EHESS

12h00- 13h00 La Société de l’expérimentation étasunienne, exemple ou contre-modèle ? présidence Gilles Pollet

  • « 20 ans après : Retour sur les réceptions françaises des expérimentations étasuniennes », Eric Monnier, Euréval et Université de Genève
  • « Une comparaison des expérimentations sociales aux Etats-Unis et en Europe », Elisa Chelle, PACTE
  • « L’engagement de la DG REGIO de l’Union européenne pour la promotion de la randomisation », Jacques Toulemonde, Euréval et Sciences Po Lyon

13h00-14h15 Collation

14h15-15h45 De la médecine des preuves à l’économie du développement, présidence Daniel Benamouzig

  • « De l’evidence-based medecine à l’evidence-based policy: les enjeux d’un transfert technologique », Agnès Labrousse, Université de Picardie-Jules Verne, CRIISEA et CEMI-EHESS
  • « La question de la validité externe des ERC : glissements et contradictions internes dans les publications du J-PAL », Arthur Jatteau, Université de Picardie-Jules Verne, CURAPP
  • « Les essais randomisés contrôlés, révolution des politiques de développement ? Une évaluation par la Banque mondiale de l’empowerment au Bangladesh », Roser Cusso, Université Paris 8 – LaDéHiS (CRH-EHESS) et Fabrice Bardet, Université de Lyon, EVS-ENTPE

16h00-17h00 Les ERC, un outil trop rigide pour l’action publique ? présidence Renaud Payre

  • « Les ERC : un instrument trop rigide pour le cadre négocié de l’action publique européenne ? », Agathe Devaux-Spatarakis, Euréval et Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux
  • « La réception des ERC dans l’industrie agro-alimentaire : la promotion de nouvelles offres de santé », Frank Azimont, EMLYON Ecole de management, OCE Research Centre et Fabrice Bardet, Université de Lyon, EVS-ENTPE

Samedi 26 novembre

9h30-10h45 L’Europe nouvelle terre de randomisation ? présidence Patrice Duran

  • « Les registres de l'expérimentation dans les politiques publiques », Evelyne Serverin, IRERP, Université de Paris-Ouest Nanterre / Centre d'études de l'emploi
  • « Les registres empiriques de l'expérimentation randomisée à travers trois exemples (expérimentation du RSA, expérimentations sur la jeunesse, et expérimentation du placement des chômeurs », Bernard Gomel, Centre d'études de l'emploi
  • « Des expérimentations pour un éclairage "neutre" de la décision politique ? Le cas d'un dispositif de reclassement des demandeurs d'emploi », Claire Vivès, doctorante IDHE Paris X – Nanterre

11h00-12h00 Perspectives

  • « Le chantier des ERC pour les sciences sociales », Alain Desrosières

12h30-14h00 Echanges sur les journées et travaux ultérieurs

Lieux

  • 14 avenue Berthelot (Sciences Po Lyon, Salle du Conseil)
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 25 novembre 2011
  • samedi 26 novembre 2011

Mots-clés

  • Expérimentation, ERC, statistiques

Contacts

  • Roser CUSSO
    courriel : rosercusso [at] hotmail [dot] com

Source de l'information

  • Roser CUSSO
    courriel : rosercusso [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le retour de la société de l’expérimentation ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 16 novembre 2011, http://calenda.org/206177