AccueilPenia. La pauvreté en Grèce ancienne

Penia. La pauvreté en Grèce ancienne

Penia. Poverty in Ancient Greece

formes, représentations et enjeux

Forms, representations and issues

*  *  *

Publié le jeudi 17 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Journée d'étude organisée par l'équipe PLH-CRATA de l'université de Toulouse II-Le Mirail sur la pauvreté et ses représentations en Grèce ancienne.

Annonce

PENIA : La pauvreté en Grèce ancienne: forme, représentations et enjeux, Journée d’étude CRATA-PLH, 9 décembre 2011, Université Toulouse II-Le Mirail, UFR Histoire, histoire de l’art et archéologie, Salle H14

Argumentaire

Jusqu’à nos jours, peu d’études ont été consacrées au phénomène de la pauvreté en Grèce ancienne. À cause de la rareté des sources, l’intérêt des chercheurs s’est surtout porté sur les élites et leurs modes d’expression, comme en témoigne la publication récente du colloque La cité et ses élites. Pratiques et représentation des formes de domination et de contrôle social dans les cités grecques, Ausonius, 2010. Les élites, plus visibles par définition, sont à l’origine de notre documentation : ce sont elles qui s’expriment dans les discours de Démosthène ou de Lysias (même dans le plaidoyer prononcé par le « pauvre » Invalide), elles qui commandent les statues qui ornent les agoras, elles qui se font construire les belles demeures dont les vestiges nous ont été conservés. Elles gouvernent les cités et les idéologies ou les modèles s’élaborent en leur sein.
Dans le domaine iconographique, notamment, il n’existe pas de monographies sur les représentations dans le monde gréco-romain des membres de la classe populaire et des couches pauvres de la société. De plus, les documents de ce type, souvent qualifiés de « scènes de genre » ou de « sujets familiers », sont largement considérés comme anecdotiques et d’intérêt mineur. Il faut néanmoins mentionner l’ouvrage fondamental de N. Himmelmann, intitulé Alexandria und der Realismus in der griechischen Kunst, paru en 1983, qui a le mérite de présenter plusieurs types iconographiques qualifiés de « réalistes » (pêcheurs, acteurs, nains, etc.). Mais ces images ne sont pas abordées sous un angle sociologique.

Cette journée d’études a donc pour objectif d’aborder la notion de penia et les représentations de la pauvreté dans les mondes grecs antiques, pris spatialement au sens large (de la Grèce continentale à l’Asie Mineure, en passant par l’Égypte lagide) et considérés dans la longue durée (de l’époque archaïque à l’époque hellénistique).

Il s’agit en premier lieu de privilégier comme objet d’étude la notion de pauvreté en elle-même. Sans chercher à écarter le couple oppositionnel penia/ploutos, on concentrera l’analyse sur une définition « positive » de la pauvreté. Qui est le pauvre dans la cité ? S’agit-il de marginaux, de mendiants, de vagabonds apatrides ou bien de petits paysans ruinés, endettés ? Ou encore, plus précisément, qui est le citoyen pauvre dans une société où la citoyenneté contribue grandement à définir une élite ? Si la sociologie contemporaine se heurte à des difficultés de définition de la pauvreté, comment nos sources permettent-elles, dans leur diversité, de définir les facettes de la penia grecque ? Le recours à une approche diachronique impose d’aborder la question des origines et des circonstances de la pauvreté. S’interroger sur la pauvreté à l’époque archaïque, classique et hellénistique, dans les mondes grecs, revient à convoquer les périodes charnières d’instabilité économique et politique, afin de réévaluer, du point de vue des « pauvres », les conséquences sociales des phénomènes historiques de ce type. Le déclassement, les faillites en tout genre, l'endettement sont autant de facteurs conjoncturels qui font évoluer la notion même de pauvreté.

Un deuxième aspect, corollaire du premier, consiste à envisager la pauvreté en termes de représentations. La convocation de sources de type varié (littéraires, épigraphiques, archéologiques, iconographiques) invite le chercheur à prendre en considération le « filtre » que constitue le document, dans sa spécificité générique, et à discuter l’origine, la cohérence et la pertinence des différentes images que les Grecs anciens nous donnent de la pauvreté.

Une troisième approche, plus problématique, consiste à tenter de dégager des comportements, des pratiques, des croyances, associés à la pauvreté. Il s’agit, dans cette perspective, de s’interroger sur l’existence, dans les mondes grecs, à différents moments de leur histoire, de ce qu’on pourrait interpréter comme des formes de société marginales ou parallèles.

Programme

8h30 : Accueil

1. Questions de définition

  • 9h: Noël Jouenne (ethnologue, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse) : Pourquoi vouloir éradiquer la pauvreté ?
  • 9h30: Estelle Galbois, Sylvie Rougier-Blanc (UTM): La pauvreté dans les mondes grecs, un faux sujet de recherche ?
  • 10h: Marie Joséphine Werlings (université Paris X-Nanterre) : Qui sont vraiment les pauvres dans les cités grecques archaïques ?

10h30: échanges et pause

2. Pratiques des pauvres

  • 11h : Jean-Manuel Roubineau (Université de Rennes II-Université libre de Bruxelles) : Pauvreté, misère et abandon d’enfants dans les cités grecques
  • 11h 30 : Lorenz Baumer (université de Genève), « Où le paysan fit une pause pour offrir quelque modeste don ». Les sanctuaires ruraux en Grèce : entre tradition romantique et réalité archéologique.
  • 12h : Sylvie Rougier-Blanc (UTM) : Une architecture de la pauvreté ? Habitats modestes, cabanes et « squats » en Grèce ancienne.

12h30 échanges

3. Représentations de la pauvreté

  • 14h30 : Estelle Galbois (UTM) : Scènes de genre et images des pauvres dans les terres cuites hellénistiques.
  • 15h : Charalambos Orfanos (UTM) : Éloge de la pauvreté. La tragédie, la comédie et la hiérarchie sociale athénienne au Vème siècle av. J.-C.

15h30 : échanges et pause

4. Pauvreté et philosophie

  • 16h : Emmanuelle Jouët-Pastré (UTM) : Erôs, fils de Pauvreté chez Platon.
  • 16h30 : Christophe Pébarthe (Université de Bordeaux III) : Les sophistes, les philosophes et la pauvreté.

17h : échanges et conclusions

Catégories

Lieux

  • 5 allées Antonio Machado (Département Histoire, art et archéologie, salle H14, université Toulouse II-Le Mirail)
    Toulouse, France

Dates

  • vendredi 09 décembre 2011

Mots-clés

  • Grèce ancienn, pauvreté, eprésentations du pauvre

Contacts

  • Sylvie Rougier-Blanc
    courriel : srougierblanc [at] gmail [dot] com
  • Estelle Galbois
    courriel : estellegalbois [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvie Rougier-Blanc
    courriel : srougierblanc [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Penia. La pauvreté en Grèce ancienne », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 17 novembre 2011, http://calenda.org/206200