AccueilPuissance, résistances et tensions. Histoire des mobilités électriques, XIXe-XXIe siècle

Puissance, résistances et tensions. Histoire des mobilités électriques, XIXe-XXIe siècle

Power, Resistances and Tensions. History of Electric Mobilities, 19th-20th Centuries

*  *  *

Publié le jeudi 24 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

L'électricité est aujourd'hui employée pour de nombreuses formes de mobilité et nombreux sont les projets allant dans le sens d'un usage plus massif de cette énergie pour se déplacer. L'appel à communications de ce colloque se propose d'envisager sur le temps long cette relation entre électricité et mobilité, en interrogeant les pratiques et imaginaires d'une énergie qui, si elle a trouvé des applications concrètes dans le domaine des transports, s'est également bien souvent confrontée à des désillusions. Colloque organisé par l'Université Paris I (laboratoire IRICE UMR 8138) et l'Université Paris Diderot (laboratoire ICT EA 337) avec le soutien de l'ISCC-CNRS.

Annonce

Puissance, résistances et tensions. Histoire des mobilités électriques (XIXe-XXIe siècles), colloque international – 28 juin 2012

Argumentaire - version française

De la Jamais contente de 1899 à l'Autolib' ou du métro de 1900 au tramway contemporain, l'électricité a été utilisée depuis longtemps comme source d'énergie pour différentes formes de mobilité. Toutefois, alors que l'électricité est ultradominante dans les usages domestiques, les déplacements offrent encore un champ où elle peut paraître encore marginale. Si certains secteurs lui semblent acquis, tel le chemin de fer, elle paraît encore étrange dans beaucoup d'autres, notamment l'automobile. Sa présence, continuelle mais marginale, y est pourtant souvent ancienne.

Alors qu'elle est annoncée comme devant conquérir ces nouveaux secteurs du fait de la raréfaction des hydrocarbures et des effets climatiques de leur combustion, il convient de s'interroger sur l'inscription historique de l'électricité comme énergie de mobilité. Il ne s'agit pas uniquement de souligner que ce qui est présenté comme une innovation par l'époque contemporaine n'est généralement qu'une reformulation en des termes et objets actuels d'idées et de dispositifs ayant déjà existé. Le propos vise plutôt à comprendre quelles sont les relations qu'a pu lier l'électricité avec le monde de la mobilité, dans ses multiples aspects. Relations anciennes, symboliques et esthétiques, mais aussi industrielles et techniques.

Énergie réputée propre et plutôt féminine, l'électricité a joui de multiples attributs qui ont contribué à forger d'elle une image relativement unifiée, au risque de masquer les différentes origines de sa production. Pourtant, ces attributs méritent d'être revisités, leurs bases semblant parfois bien chancelantes, de l'énergie nationale qu'elle aurait été dans la France des années 1930-1940, à l'énergie renouvelable qu'elle serait aujourd'hui. Ces questions d'images sont-elles à l'origine du discrédit récurrent porté sur certains modes électriques ? Des fils d'alimentation aérienne à l'esthétique controversée aux batteries jugées trop peu efficaces, ne peut-on pas identifier les raisons de ce rejet de l'électricité par une société industrielle fonctionnant le plus souvent avec d'autres sources énergétiques ?

Parmi les attributs de l'électricité, l'un semble récurrent, celui d'être une énergie d'avenir. Elle est très régulièrement présentée comme devant s'imposer, au risque de reporter sans cesse son arrivée sur tel ou tel secteur. Il s'agit ici de s'interroger sur la dimension de rêve que l'électricité est capable d'incarner, mais également d'étudier les déceptions que ses échecs ont pu susciter

Mais l'électricité comme source de mobilité est également une réalité concrète pour de nombreux systèmes de mobilité. Y a-t-il des territoires plus spécialement investis par l'électricité et pour lesquels elle s'est plus facilement imposée ? Territoires locaux pour des transports urbains, comme ce peut être le cas pour l'hydroélectricité, ou territoires plus diffus mais à la morphologie proche de celle du réseau électrique, comme ce peut être le cas pour le chemin de fer.

Dans ce jeu d'images et de territoires, dans quelle mesure les logiques industrielles surdéterminent-elles les choix énergétiques ? Quel lien peut-on identifier entre les choix nationaux de production d'électricité, comme le nucléaire en France, et les choix énergétiques de systèmes de mobilité ? Peut-on lire l'histoire de l'utilisation de l'électricité dans le monde de la mobilité à l'aune de l'intérêt et du désintérêt des firmes électriques pour un secteur, qui n'en est pour elles qu'un parmi d'autres ?

Le passage d'une énergie vers l'autre pose la question des changements de pratiques – des concepteurs et des utilisateurs. Y a-t-il une esthétique propre à la mobilité électrique ? Des façons spécifiques de se déplacer en mode électrique ? De même, que se passe-t-il aux frontières du monde électrique ? Quelles formes d'hybridation ont pu voir le jour, de l'autobus Krieger pétroléo-électrique de 1905 à la Toyota Prius ?

Enfin, l'électricité pourra également être envisagée non pour ses effets comme force motrice, mais pour les effets indirects qu'elle a pu avoir sur la mobilité, notamment comme source d'éclairage (phares maritimes, éclairage de la voirie, phares des vélos, etc.).

Les contributions pourront envisager plusieurs de ces axes de réflexion ou proposer d'autres pistes. Elles porteront sur des études de cas français ou étrangers ou proposeront des éléments plus synthétiques et théoriques. Elles pourront relever de différentes approches (histoire, géographie, sociologie, etc.).

Le colloque est organisé par Mathieu Flonneau (université Paris I – Panthéon-Sorbonne) et Arnaud Passalacqua (université Paris Diderot).

Modalités de participation

Les propositions, d'une longueur maximale de 3000 signes seront envoyées à l'adresse arnaud.passalacqua@m4x.org

avant le 15 janvier 2012.

  • Elles seront accompagnées d'une courte présentation de leur auteur.
  • Une publication des contributions dans un numéro spécial d'une revue scientifique est envisagée.
  • Les communications se feront en français et en anglais.
  • Le colloque se déroulera à l'Institut des sciences de la communication du CNRS – 20, rue Berbier-du-Mets – 75013 Paris.

Le comité scientifique du colloque est composé comme suit :

  • Christophe Bouneau, professeur d'histoire contemporaine (Université Bordeaux III, CEMMC - MSHA)
  • Mathieu Flonneau, maître de conférences en histoire contemporaine (Université Paris I, IRICE)
  • Léonard Laborie, chargé de recherches au CNRS (IRICE)
  • Arnaud Passalacqua, maître de conférences en histoire contemporaine (Université Paris Diderot, ICT)

Le comité scientifique assurera la sélection des communications

Presentation - English version

Power, Resistances and Tensions. History of Electric Mobilities (XIXth-XXIth Centuries), International conference – June, 28th 2012, Call for papers*

Electricity has been used as a source of energy for various kinds of mobility since a long time : from the Jamais contente of 1899 to the future Parisian Autolib', from the undergrounds of the late XIXth century to the contemporary tramways. However, when electricity largely dominates home uses, mobility is a field where it still appears as marginal. Of course some sectors, like railways, have been conquered by electricity. But it still seems odd in many others, particularly motorcar industry. This must not hide long-established uses in many sectors of mobility, but that most often have remained marginal.

Nowadays electricity seems to be able to conquer these new sectors because of the diminishing hydrocarbons reserves and of the effect on climate of their combustion. It is then relevant to reflect on the historical uses and perceptions of electricity as energy of mobility. Historians must not just explain that contemporary innovations are most of the time a rephrasing in modern terms of older ideas and devices, that have already existed. The general purpose must be broader and aims at understanding the relationships between electricity and the world of mobility in its various aspects. Relationships which are ancient, symbolic, aesthetic, but also industrial and technical.

Electricity has enjoyed multiples qualities, as the reputation of being a clean energy for female. These attributes have contributed to draw a rather unified image, despite the different forms of production of this energy. But historians have to revisit this picture of electricity. For instance, the idea of a national energy able to guarantee energy self-sufficiency of France during the 1930s and 1940s, or the idea of electricity as a renewable energy deserves historical analysis. To what extent are these images at the origin of the recurrent disrepute of various electric system of mobility ? From the discussed aesthetic of overhead wires of tramways to the lack of efficiency of batteries, is it possible to identify the very reasons of the refusal of electricity by industrial societies using most commonly other energy sources ?

Among the attributes of electricity, one seems to be recurrent : the electricity is the energy of tomorrow. Regularly presented as due to win, electricity rather seems to wait for its success in a sector or another. Here, researches have to address the dimension of dream supported by electricity, but also to take into account disappointments and failures in the electric world.

But electricity as a source of mobility is also an actual reality for many systems. Can scholars identify specific territories more easily dominated by electricity ? Local territories as it is the case for urban transport in relationships to hydroelectricity. Or looser territories with a morphology matching the electric network, as it is the case for railways.

But, besides images and territories, to what extent do industrial stakes over-determine energetic choices ? How to draw a link between national choices on electricity production – such as nuclear power in France – and energetic choices of mobility systems ? Is the history of electricity uses in the world of mobility also the history of the interest and disinterest of electric companies for a sector among many others ?

The shifts from an energy to another lead to investigate the changes in the practices of designers as well as users. Is there a specific aesthetic of electric mobility ? Specific ways of moving on electric systems ? What happens at the frontiers of the electric world ? What are the forms of hybridisation that can be found, from the Krieger motorbus of 1905 to the Toyota Prius ?

Finally, electricity can also be analysed not as a motive power but for its indirect effects on mobility, particularly as a source of light (maritime lighthouses, street lights, lights for bikes, etc.).

Contributions may address one or various axes proposed here or give other ideas for reflection. They can give French or foreign case studies or propose more synthetic or theoretical analyses. They are encouraged to cross various disciplines, such as history, geography or sociology.

The conference is organized by Mathieu Flonneau (Paris I – Panthéon-Sorbonne University) and Arnaud Passalacqua (Paris Diderot University).

Submissions

Abstracts of a maximal length of 3000 signs should be sent to the address arnaud.passalacqua@m4x.org

before January, 15th 2012.

  • Authors should join a short presentation of themselves. Organizers plan a publication of papers in a special volume of a scientific journal.
  • Papers will be in English or in French.
  • The conference will be held in Paris (France).
  • The conference will take place at the Institut des sciences de la communication du CNRS – 20, rue Berbier-du-Mets – 75013 Paris – France.

Lieux

  • 20, rue Berbiers-du-Mets
    Paris, France

Dates

  • dimanche 15 janvier 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Electricité, mobilité, choix énergétiques

Contacts

  • Arnaud Passalacqua
    courriel : arnaud [dot] passalacqua [at] m4x [dot] org

Source de l'information

  • Arnaud Passalacqua
    courriel : arnaud [dot] passalacqua [at] m4x [dot] org

Pour citer cette annonce

« Puissance, résistances et tensions. Histoire des mobilités électriques, XIXe-XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 24 novembre 2011, http://calenda.org/206266