AccueilPenser et produire la ville au XXIe siècle : modernisation écologique, qualité urbaine et justice spatiale

Penser et produire la ville au XXIe siècle : modernisation écologique, qualité urbaine et justice spatiale

Thinking and production in the 21st century: ecological modernisation, urban quality and spatial justice

*  *  *

Publié le vendredi 25 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Comment se redessinent les espaces de l’urbain généralisé en ce début de siècle ? À quoi les villes du XXIème siècle vont-elles ressembler ? Quels nouveaux défis l’urbanisme doit-il relever ? Comment composer ensemble un espace urbain de qualité, cohérent et lisible ? Comment travailler à la modernisation écologique des espaces urbains sans compromettre l’équité des usages ? De quelles manières l’urbanisme peut-il produire une offre urbaine (logements, transports, services, équipements, espaces communs, ambiances, etc.) à la fois écologique et attentive aux impératifs de la justice urbaine ? Comment prendre davantage en compte le souci de l’usage, le fonctionnement du projet et son insertion urbaine aux différentes échelles d’interférence ? Tels sont les grands questionnements autour desquels ce colloque souhaite (re)ouvrir le débat et alimenter la réflexion.

Annonce

Colloque International, APERAU « Association pour la Promotion de l'Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme » : Penser et Produire la Ville au XXIème Siècle. Modernisation écologique, qualité urbaine et justice spatiale, Université de Lausanne, du 5 au 7 juin 2012

Organisation : Institut de géographie de l’Université de Lausanne

PROBLEMATIQUE GENERALE : PENSER LA VILLE ET L’URBANISME

On dit souvent que le monde devient urbain. Mais c’est l’urbain qui devient le monde. Inscrite dans le temps, la ville est un phénomène social total. Lieu majeur de toutes les accumulations matérielles et symboliques, elle se recompose sans cesse articulant et intensifiant tous les changements. La métropolisation, la métamorphose des espaces urbains hérités, l’émergence de territoires à urbanité diffuse, la transformation des mobilités, le rétrécissement des espaces urbains soumis à de fortes pressions économiques, les usages fragiles de la ville, l’impératif écologique, l’exigence de qualité des cadres de vie, invitent en permanence à repenser les formes et les structures de la ville contemporaine.

Marquée par la variété, hybride, dispersée, multipolaire, réticulaire, de plus en plus numérique, mais toujours inégale et énergivore, l’urbanité contemporaine s’étend au territoire et en modèle l’organisation. Son analyse intègre des échelles d’espace et de temps multiples et appelle des représentations diverses et des savoirs partagés. Elle interroge aussi l’urbanisme contemporain, ses valeurs, ses objectifs, ses concepts, ses outils de gestion, de régulation et de gouvernance, ses paradigmes et ses acteurs suscitant un renouvellement des concepts et des modes d’aménagement.

Comment se redessinent les espaces de l’urbain généralisé en ce début de siècle ? A quoi les villes du XXIème siècle vont-elles ressembler ? Quels nouveaux défis l’urbanisme doit-il relever ? Comment composer ensemble un espace urbain de qualité, cohérent et lisible ? Comment travailler à la modernisation écologique des espaces urbains sans compromettre l’équité des usages ? De quelles manières l’urbanisme peut-il produire une offre urbaine (logements, transports, services, équipements, espaces communs, ambiances, etc.) à la fois écologique et attentive aux impératifs de la justice urbaine ? Comment prendre davantage en compte le souci de l’usage, le fonctionnement du projet et son insertion urbaine aux différentes échelles d’interférence ? L’idée d’un nouvel urbanisme de projet, auquel ont été associées les notions de stratégie urbaine et de régulation concertée, constituent peut-être déjà les prémisses d’un nouveau paradigme, d’une alternative consolidée à la fois au « libéralisme urbain » et à la « planification réglementaire », d’une nouvelle culture de l’action et de la conception. Quels outils pour orchestrer, mettre en oeuvre et conduire des projets de plus en complexes dans des situations d’incertitude ? Comment l’aménagement urbain peut-il contribuer à « changer le changement » ? Quels projets urbains exemplaires ? Quelles stratégies pertinentes ? Tels sont les grands questionnements autour desquels ce colloque souhaite (re)ouvrir le débat et alimenter la réflexion.

Dans le menu très copieux des débats sur les formes, les structures et les logiques d’acteurs des villes contemporaines nous avons sélectionné, sans doute de manière quelque peu arbitraire, quatre axes majeurs pouvant être structurés par une réflexion transversale sur les outils et les modes de fabrication de la ville contemporaine. Ils renvoient plus au moins explicitement à la question de l’entrelacement des échelles d’analyse et d’aménagement.

Axe I : Intensités : formes urbaines, mobilités et transition énergétique

L’avenir des villes dépend en partie de notre façon d’orienter leur développement spatial, de réguler les problèmes de mobilité et de maîtriser le tournant énergétique. Les structures de l’habiter et les modes de réalisation de la mobilité marqués par l’utilisation des énergies fossiles appartiendront bientôt au passé. Le durcissement des crises énergétiques peut-il encore laisser la place au doute ? Le secteur du bâtiment pourrait connaître un formidable essor s’il mettait à profit les opportunités offertes par l’architecture écologique. Mais la régénération et la modernisation écologique du bâti ne font pas la ville écologique. D’autres exigences plus larges se dessinent. Construire la ville en ce début de siècle signifie accepter aussi de nouvelles manières de réaliser la mobilité. La voiture ne sera plus le spiritus rector de l’urbanisme. L’est-elle encore ? Assiste-t-on déjà à une recomposition des modes et pratiques des déplacements autour du nouveau paradigme de la ville postcarbone, dense, compacte, multipolaire et intermodale ? Aménager durablement la ville signifierait peut-être moduler les registres de l’intensité urbaine (densité, compacité, diversité architecturale, polycentralité, etc.) et concevoir une approche globale des mobilités et des cadres bâtis, nouveaux et existants dans une triple visée : reconvertir l’offre et la demande énergétiques aux ressources renouvelables, maîtriser l’empreinte écologique, mieux qualifier les espaces urbains en mutation ? 

Axe II : Ambiances : espaces publics, qualités urbaines, usages pluriels de la ville

Depuis les années 1980, la question de la qualité des espaces publics est devenue un objet significatif des débats et des pratiques d’aménagement. Le thème a été engagé par une attention croissante consacrée à la relation entre la qualité de la vie urbaine et l’aménagement des espaces communs. L’urbanisme est ainsi invité à compléter les cadres de réflexion de la morphologie urbaine et de la nouvelle écologie urbaine qui se limite à explorer les relations entre l’organisation des tissus urbains et le bilan environnemental de leur fonctionnement. S’agit-il simplement d’un nouvel urbanisme de communication au service de la « ville stratège » ou encore une expression de plus de la « ville générique » ? Est-ce que l’urbanisme de ce début de XXIème siècle recherche aussi une meilleure adéquation entre l’organisation des structures matérielles des lieux et les aspirations différenciées des individus à la qualité urbaine ? Depuis quelques années, l’urbanisme végétal émerge comme instrument majeur de la composition urbaine, de la création de nouveaux espaces d’urbanité accueillant une diversité d’ambiances et d’usages. L’art, les scénographies nocturnes et de nouvelles conceptions du mobilier urbain investissent les places, les rues, les parcs et les jardins de la « ville créative ». Espaces publics et nouvelles technologies fusionnent aussi, constituant une alternative intéressante au couple que forment depuis plusieurs décennies l’hyper-commerce et l’automobile, produisant une « réalité augmentée » et offrant peut-être une nouvelle chance à une ville « marchable » ? Partout on s’interroge : comment toucher les sens, intensifier, embellir, enchanter, étonner par ce qu’offre l’espace commun aux habitants ? De quelles manières les approches sensibles peuvent-elles enrichir l’analyse urbaine et les outils de qualification des espaces communs ? A quels élargissements innovateurs du répertoire des outils de conception, de fabrication et de gestion de la ville la prise en compte de l’aspiration à la qualité urbaine nous oblige-t-elle ?

Axe III : Solidarités : faire la ville juste

Dans sa genèse, la ville accumule les richesses en même temps qu’elle révèle et cristallise les divisions de la société et les fragmentations de l’espace vécu. Ce début du XXIème siècle nous apporte un changement profond des modes de production et de distribution de la richesse. Le nouvel ordre marchand et financier de la ville contemporaine révèle chaque jour son incapacité à assurer le lien social structurant notre présent et notre avenir proche. La ville postindustrielle, informationnelle, globalisée, sans cesse redéfinie par les mutations technologiques et économiques, renverse les images de la ville et transforme le rapport des groupes sociaux à l’espace. Autrefois enraciné dans la ville, le bourgeois, le « riche », est désormais celui qui peut tirer le meilleur avantage de la « ville à la carte » et jouer sur des échelles de relations spatiales multiples. Il est privilégié par son capital « mobilitaire » et sa capacité à se déterritorialiser parfois dans l’entre-soi sécuritaire des « gated communities ». En revanche, le « pauvre » est « assigné à résidence », dans un espace qu’il n’a pas choisi, limité dans ses possibilités de tirer avantage de l’accès aux qualités d’un environnement urbain complexe et multiscalaire. Le menu ordinaire de la « ville à la carte » est-il à portée de tous ? Comment faire la ville juste ? Comment  s’assurer que les qualités de la ville peuvent être équitablement partagées dans un contexte de diversité radicale ? Quelle est au « plus juste » la signification de la ville juste ? Quels sont les leviers de la fabrication d’une qualité urbaine partagée, de la capacité d’accès à l’offre urbaine des populations en situation de précarité ? Comment éviter les effets d’éviction inhérents aux nouvelles formes de gentrification ? Comment éviter le glissement vers « la ville franchisée », payante ? Au sein des projets urbains, quelles sont les innovations conceptuelles, techniques et organisationnelles qui émergent pour prendre en compte les usages fragiles de la ville ?

Axe IV : Confluences : la ville diffuse, l’entre-deux et les échelles du grand territoire

A la lisière des régions métropolitaines l’agriculture occupe toujours une grande partie des territoires laissés en héritage par le XXème siècle. Mais l’urbain s’y installe avec ses nouvelles résidentialités, ses activités économiques, ses équipements de loisirs et ses réseaux multiples. L’urbanisme de la ville compacte et de la densification intelligente reste en grande partie discursif et le retournement de la tendance démographique des centres annoncé par les observateurs de la gentrification n’a pas désamorcé l’étalement urbain. Des tiers espaces, « multi-appartenants », se constituent ainsi à la confluence de la ville et de la campagne. Dans les régions de montagne, des zones d’urbanisation insulaire, des terrains de jeu touristiques des métropoles, se constituent pour répondre aux demandes renouvelées de ludicité des citadins. Le bilan global de ces évolutions est contrasté. Lieux de concurrences et de conflits, les nouveaux périmètres urbanisés s’enrichissent aussi de nouvelles fonctionnalités. Si les politiques de régulation mises en œuvre ces dernières années ont été faites pour mieux gérer les zones plus intensément urbanisées et construire la ville vers l’intérieur, il n’est plus certain que la question de l’organisation de l’espace, dans les zones à urbanisation dispersée ou insulaire soit seulement subsidiaire. Comment faire la ville dans ces territoires de l’entre-deux en recomposition accélérée ? Faut-il limiter à tout prix l’étalement urbain ou plutôt accompagner ou structurer les nouvelles extensions urbaines ? Peut-on concevoir des démarches d’aménagement intégrées permettant de conjuguer urbanité et ruralité dans de nouveaux périmètres de concertation et de projet dans une triple visée de limitation de l’enfrichement agricole, de préservation des paysages et de maîtrise du mitage urbain ? La matrice de travail des démarches projectuelles doit-elle se déporter davantage vers l’échelle des grands territoires où se mêlent l’hyperville, les espaces périurbains et les zones encore rurales ou naturelles ? 

JOURNEE DES DOCTORANTS

Une journée est consacrée à la présentation des travaux de doctorants issus des formations membres du réseau APERAU.

COMITE D’ORGANISATION

  • Antonio da Cunha
  • Sandra Guinand
  • Magali Henry
  • Federico Schiffrin
  • Marta Alonso

COMITE SCIENTIFIQUE

  • Antonio da Cunha, Institut de géographie de l’Université de Lausanne
  • Didier Paris, Institut d’aménagement et d’urbanisme de l’Université des sciences et techniques de Lille
  • Jean-Luc Quoistiaux, Institut d’urbanisme et d’aménagement du territoire, Université Libre de Bruxelles
  • Lionel Prigent, Université de Brest
  • Pierre-Yves Delcourt, Fédération suisse des urbanistes
  • Thierry Merle, Fédération suisse des urbanistes
  • Gaétan Cherix, Centre de recherches énergétiques et municipales, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne
  • Jean-Philippe Leresche, Institut d’études politiques et internationales, Université de Lausanne
  • Stéphane Nahrath, Institut universitaire Kurt Bösch et Institut d’études politiques et internationales Université de Lausanne
  • Giuseppe Pini, Observatoire universitaire de la mobilité, Université de Genève et Institut de géographie, Université de Lausanne
  • Laurent Matthey, Fondation Braillard et Institut de géographie de l’Université de Lausanne

CALENDRIER

Les propositions de communication (max. 4'000 signes  espaces compris) sont à envoyer au comité d’organisation : sandra.guinand@unil.ch

jusqu’au 15 janvier 2012

Le comité scientifique donnera sa réponse avant le 10 février 2012.

Une première version du texte complet sera à remettre avant la conférence au plus tard le 30 avril 2012.

INFORMATIONS DIVERSES

LIEU 

Institut de géographie de l’Université de Lausanne

www.unil.ch/igul

LANGUE DU COLLOQUE

Les communications sont en principe rédigées et présentées en français. Des communications en anglais peuvent être acceptées.

PUBLICATION 

Une publication électronique des actes du colloque est prévue. Un ouvrage thématique sous format papier est envisagé.

PRE-PROGRAMME

  • Mardi 5 juin : Accueil et journée des doctorants
  • Mercredi 6 juin : Ouverture officielle du colloque, conférence plénière et ateliers parallèles, soirée APERAU
  • Jeudi 7 juin : Ateliers parallèles, séance plénière et clôture du colloque, excursion

FRAIS D’INSCRIPTION AU COLLOQUE

  • Inscription au colloque
    • Chercheurs, enseignants-chercheurs, institutionnels : 50 euros (soit 60 Frs)
    • Etudiants, doctorants : gratuit
  • Les frais d’inscription comprennent la participation au colloque, la documentation liée, deux repas du midi (6 et 7 juin)et les pauses café.
  • Excursion et soirée de clôture : l’excursion du jeudi 7 juin et la soirée APERAU du mercredi 6 juin sont en sus : 50 euros (soit 60 Frs).

Lieux

  • Lausanne, Confédération Suisse

Dates

  • dimanche 15 janvier 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • projet urbain, urbanisme, forme urbaine, mobilité, espace public, ambiances, justice urbaine, usages

Source de l'information

  • Sandra Guinand
    courriel : sguinand [at] gc [dot] cuny [dot] edu

Pour citer cette annonce

« Penser et produire la ville au XXIe siècle : modernisation écologique, qualité urbaine et justice spatiale », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 25 novembre 2011, http://calenda.org/206283