AccueilPour le peuple, par le peuple contre le peuple

Pour le peuple, par le peuple contre le peuple

L’imaginaire social du peuple dans les littératures francophones d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et de la Caraïbe

*  *  *

Publié le jeudi 24 novembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Recherches sur les littératures francophones. Colloque : « Pour le peuple, par le peuple contre le peuple : l’imaginaire social du peuple dans les littératures francophones d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et de la Caraïbe ». Appel de communications. Université de Montréal, Université Concordia, 11-12 mai 2012.

Annonce

Recherches sur les littératures francophones

Colloque : « Pour le peuple, par le peuple contre le peuple : l’imaginaire social du peuple dans les littératures francophones d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et de la Caraïbe »

Appel de communications

Université de Montréal • Université Concordia

11 - 12 mai 2012

Argumentaire

La littérature et le peuple font-ils bon ménage ? Ce que lit le peuple, est-ce de la littérature ? La littérature qui nous parle du peuple, quelle image de cet objet de son discours nous renvoie-t-elle ? Il est bien connu que les institutions ont depuis longtemps tracé une frontière entre la littérature « lettrée » et celle dite « populaire ». Cependant, ces deux champs participent également à la production de l’imaginaire social et il y a lieu de se demander, à l’heure où l’on clame incessamment la nécessité des états du monde entier de cheminer dans les voies de la démocratisation, de quelles manières ces deux sphères du littéraire convoquent « le peuple ». Les représentations du «monde d’en bas» se transforment-elles lorsque « les masses » prennent la parole au lieu de s’en remettre à quelques porte-parole issus de la haute société et qui sont censés s’exprimer au nom de ceux qui n’ont pas de voix ?

De telles questions ont déjà été traitées de divers points de vue par différentes approches disciplinaires mais elles méritent d’être examinées de près dans le champ spécifique des littératures francophones d’Afrique subsaharienne, de la Caraïbe et du Maghreb où les enjeux ne sont pas les mêmes. Il existe en effet dans ces littératures un corpus d’œuvres appartenant aux genres populaires et comme ailleurs il été rapidement marginalisé par la critique littéraire institutionnelle. Qu’à cela ne tienne : l’on assiste actuellement à l’émergence d’une production accrue de romans ainsi rangés dans une certaine marge des canons littéraires en vigueur et, parallèlement, d’un lectorat populaire croissant, dans ces espaces francophones. En même temps, il n’y a pas que cette plus grande importance quantitative qui fait de ce corpus un objet méritant que la critique s’y intéresse de plus près. En effet, il s’avère que ces textes qu’on range dans des «sous-genres» comme le roman policier, le roman sentimental, le roman exotique, la science-fiction, etc., procèdent en fait à la modification de bon nombre des paramètres de ces genres populaires de sorte qu’on aboutit à des textes qui transgressent à la fois les conventions de ces genres et celles des canons littéraires dominants. Il semble ainsi probable que ces genres transgressent également les modalités antérieures de représentation de ce peuple lui-même, devenu lecteur sinon auteur d’une littérature dont il peut désormais être sujet et objet.

L’objectif du colloque sera donc de s’interroger sur ces constructions diverses de l’imaginaire social du peuple tel que traduit dans les littératures orales et écrites des régions ayant le français en héritage de l’époque coloniale. Lorsqu’une œuvre est destinée à un lectorat populaire, quel langage emploie-t-elle pour parler à ce «peuple» de lui-même ? Autrement dit, quand on quitte le champ de la production restreinte pour évoluer dans l’espace des formes hybrides, transgressives, ou encore dans celui de la production dite «paralittéraire», les représentations des classes et de la culture populaires, le discours déployé pour parler du peuple au peuple sont-ils encore les mêmes ? Quand l’œuvre littéraire s’ouvre à un lectorat plus large, se rapproche de «la masse», assiste-t-on pour autant à la textualisation de discours et représentations créés «par le peuple pour le peuple» ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, devront parvenir

au plus tard le 15 janvier 2012

à l’adresse suivante : colloquepeuple@yahoo.ca

Blog : http://colloquepeuple.blogspot.com/

Comité organisateur :

Françoise Naudillon, Christiane Ndiaye, Josias Semujanga

Lieux

  • Université Concordia
    Montréal, Canada

Dates

  • dimanche 15 janvier 2012

Mots-clés

  • francophonie

Contacts

  • Françoise Naudillon
    courriel : cinepopcinefest [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Françoise Naudillon
    courriel : cinepopcinefest [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Pour le peuple, par le peuple contre le peuple », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 24 novembre 2011, http://calenda.org/206293