AccueilRecherches participatives

Recherches participatives

Participatory research

Dossier thématique du volume 25, numéro 2 de la revue Nouvelles pratiques sociales (printemps 2013)

Nouvelles pratiques sociales journal (spring 2013) theme issue, vol. 25, no.2

*  *  *

Publié le lundi 28 novembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Appel à contributions pour le dossier thématique du volume 25, numéro 2 de la revue Nouvelles pratiques sociales dirigé par Jean-François René (Université du Québec à Montréal), Manon Champagne (Université du Québec à Rimouski) et Suzanne Mongeau (Université du Québec à Montréal).

Annonce

Argumentaire

Depuis quelques décennies, la recherche sociale est dominée par un modèle qui semble de plus en plus imposer sa voie et sa vérité, celui des données probantes, des Evidence-Based Practice. C’est ce type de recherches qui a la cote auprès de nombreux décideurs, désireux de mieux gérer les risques sociaux, voire même de les prévenir, tout en espérant ainsi rationaliser les coûts et hausser l’efficience de leurs politiques, programmes et interventions.

Parallèlement, la recherche en général semble de moins en moins la prérogative des scientifiques, des universitaires et des chercheurs. D’importants mouvements sociaux en interrogent explicitement les enjeux et les finalités. Émerge alors une préoccupation croissante pour la participation des personnes aux recherches qui les concernent. D’une part parce qu’en excluant les principaux intéressés, l’on se coupe de savoirs essentiels à la résolution de problèmes sociaux et de santé. D’autre part, parce la recherche construite sur un modèle biomédical soulève des questionnements éthiques majeurs, conséquence des effets du ciblage (étiquettes, stigmates, discrimination, marginalisation).

Dans un tel contexte, doit-on se surprendre de l’intérêt grandissant pour la recherche dite participative? Dans des sociétés où la démocratie représentative apparait de plus en plus minée et en perte de crédibilité, de nombreux États et institutions sont en quête d’une participation plus active du citoyen ou de l’usager. En outre, la demande de participation va grandissante face à de nombreux enjeux de société (ex. gaz de schiste). La recherche ne fait pas exception à ce phénomène. On peut penser par exemple à la tradition occidentale de la recherche-action; à la recherche émancipatrice liée aux luttes de libération au Sud comme au Nord; à la recherche partenariale; puis, plus récemment, à l’évaluation participative et d’empowerment ainsi qu’aux recherches favorisant le croisement des savoirs entre chercheurs et participants. Toutefois, le label « participatif » ne présume en rien du niveau de participation recherché et réel, et d’une possible instrumentalisation de la participation.

Cet appel de contributions propose de se pencher sur la recherche participative dont les finalités visent à soutenir le développement démocratique des pratiques sociales. Ce type de recherches nous semble balisé par un certain nombre de finalités :

  1. Être centrées sur les besoins et les intérêts des personnes et des communautés qui ne disposent pas des ressources pour entamer par eux-mêmes un processus de recherche;
  2. Favoriser la rencontre et le croisement des savoirs en donnant une place et un pouvoir aux participants aux différentes étapes du processus de recherche;
  3. Faciliter l’émergence de savoirs peu connus, plus expérientiels et d’action, et soutenir la production de ces nouveaux savoirs;
  4. Permettre aux groupes et aux communautés de s’approprier, partager, discuter et disséminer les résultats, notamment afin d’être en mesure de modifier eux-mêmes leurs pratiques.

Afin d’atteindre ces finalités, il va de soi que les rapports entre les chercheurs et les participants seront modifiés. Dans certains cas, les participants vont accompagner la démarche, tandis que dans d’autres études, les participants deviennent eux-mêmes des co-chercheurs. Ce changement dans les rapports renvoie à un certain nombre de facteurs facilitant la réalisation de telles recherches. Ces facteurs peuvent être vus comme des enjeux, car ils sont parfois difficiles à mettre en œuvre : disposer du temps et des ressources humaines nécessaires; adapter son mode de fonctionnement aux parties en présence, qui sont de cultures distinctes dans bien des situations; apprendre à modifier le calendrier et le rythme de l’étude en fonction de cette participation; établir un climat de confiance nécessaire à un contexte de recherche qui exige beaucoup de chaque partie en présence.

Un certain nombre de questionnements émergent et pourraient être couverts dans ce numéro : 

  • Quels sont les traditions et les courants de recherche qui aspirent à favoriser une réelle participation des personnes concernées?
  • À quelles conditions une plus grande participation à la recherche peut-elle générer une plus grande démocratisation des pratiques? 
  • Dans de telles études, comment soutenir une réelle appropriation par les participants des objectifs, des méthodologies et du processus même de recherche ?
  • De quelles manières de telles recherches peuvent-elles interpeler la communauté scientifique, les décideurs et les intervenants ?
  • De quelle façon la recherche participative peut-elle s’inscrire dans les finalités actuelles de l’intervention sociale?

Modalités de soumission

Les manuscrits doivent être soumis

avant le 15 avril 2012

par courrier électronique à Nouvelles pratiques sociales (nps@uqam.ca).

Pour toute question relative à ce numéro thématique, les auteures et auteurs sont invités à communiquer avec les responsables :

  • Jean-François René (Professeur ; École de travail social, Université du Québec à Montréal (UQÀM) ; Téléphone : (514) 987-3000 (poste 0289) ; rene.jean-francois@uqam.ca)
  • Manon Champagne (Professeure ; Unité d'enseignement et de recherche en sciences de la santé, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ; Téléphone : (819) 762-0971 (poste 2686) ; manon.champagne@uqat.ca)
  • Suzanne Mongeau (Professeure ; École de travail social, Université du Québec à Montréal (UQÀM) ; Téléphone : (514) 987-3000 (poste 4991) ; mongeau.suzanne@uqam.ca)

Rappel : Vous trouverez le guide pour la présentation des articles dans la revue et vous pouvez le consulter sur notre site Web (http://www.nps.uqam.ca/appel/guide.php); toutefois, nous précisons déjà qu’aucun article ne devra dépasser 35 000 caractères (espaces compris), notes, bibliographie et tableaux inclus.

Lieux

  • Montréal, Canada

Dates

  • dimanche 15 avril 2012

Mots-clés

  • recherche participative

Contacts

  • Elisabeth Cote
    courriel : nps [at] uqam [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Elisabeth Cote
    courriel : nps [at] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Recherches participatives », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 28 novembre 2011, http://calenda.org/206354