AccueilLes oubliés de l'histoire de la danse

Les oubliés de l'histoire de la danse

Deuxième atelier des doctorants en danse (2011-2012)

*  *  *

Publié le vendredi 25 novembre 2011 par Claire Ducournau

Résumé

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer au prochain atelier de la saison 2011 - 2012 à l’occasion duquel nous vous proposons de réfléchir ensemble à la question des oubliés de l’histoire de la danse, qui a trait au problème de la mémoire (de qui se souvient-on ? qui oublie-t-on ? pourquoi ?) mais aussi à l’écriture de l’histoire de la danse. À partir d’une réflexion sur les figures manquantes ou peu représentées dans l’histoire de la danse, nous vous encourageons à interroger les moyens méthodologiques mis en œuvre pour approcher un tel sujet.

Annonce

Argumentaire

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer au prochain atelier de la saison 2011-2012 à l’occasion duquel nous vous proposons de réfléchir ensemble à la question des oubliés de l’histoire de la danse, qui a trait au problème de la mémoire (de qui se souvient-on ? qui oublie-t-on ? pourquoi ?) mais aussi à l’écriture de l’histoire de la danse.

Outre les raisons pratiques liées aux difficultés d’accessibilité des sources et malgré l’ouverture du champ de la recherche à la critique historiographique et à l’étude de nouvelles formes et contextes de danse, beaucoup de figures restent absentes de l’écriture de l’histoire de la danse. La majorité des travaux de recherche en danse continuent de privilégier des objets ou des personnes connus et reconnus par l’historiographie. Ce constat, loin de rejeter les apports de l’ensemble de ces recherches, nous confronte à la nécessité de rassembler les questionnements autour des modalités et des enjeux de la construction de l’histoire de la danse.

À partir d’une réflexion sur les figures manquantes ou peu représentées dans l’histoire de la danse, nous vous encourageons à interroger les moyens méthodologiques mis en œuvre pour approcher un tel sujet : dans quelle mesure toute recherche se confronte à l’oubli, ne serait-ce qu’à travers la disparité des sources ? A l’aide de quels outils aborder un objet de recherche que l’historiographie néglige, passe sous silence, dont la valeur n’est pas reconnue ou auquel on dénie le nom de danse ? Nous vous invitons ainsi à vous questionner par rapport à votre propre sujet de thèse : comment faites-vous pour combler ou « faire avec » les lacunes, quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre travail de chercheur ?

1) Axe thématique : les figures et objets de l’oubli

À partir de vos travaux de recherche et d’exemples précis, nous vous proposons de réfléchir aux formes que peut prendre l’oubli dans l’histoire de la danse et à leurs implications méthodologiques pour le chercheur. Il pourra s’agir (cette liste ne se veut pas exhaustive) :
d’une personnalité peu connue ou mal reconnue de la communauté en danse (voir la question des biographies de danseur, de chorégraphe), des coulisses de la danse, d’un métier ou d’un statut peu représenté (amateur, publics, médecin, politique, censeur, directeur de théâtre, mécène, costumier, répétiteur, technicien, réseaux, associations….), d’un genre ou d’un contexte de danse peu étudié, hybride ou qui pose un problème de dénomination (danses acrobatiques, cabaret, féeries, petits théâtres, fêtes privées, divertissement…), d’un mouvement, d’un geste, d’une technique de danse, d’une corporéité, d’un fonds d’archives, d’une source particulière (archives sonores, orales, visuelles), d’une aire géographique, culturelle ou d’une période historique, d’une méthodologie, d’une notion théorique.

2) Axe méthodologique / historiographique : oubli et construction des savoirs

Cet atelier vise également à proposer une réflexion sur les causes et les conséquences de cet oubli dans la construction des savoirs en danse. Nous vous invitons à questionner la mise en oubli – qu’elle soit inconsciente ou volontaire – de certaines pratiques ou genres de danse en interrogeant les raisons sociales, politiques et culturelles de ce processus de catégorisation (relations entre danse et institution, art et divertissement, notion de danse « mineure »…).
Qu’est-ce qui fait office d’autorité et de référence en matière d’œuvres, d’artistes ou de courants esthétiques dans l’histoire de la danse ? En quoi cela influence voire détermine les recherches ? Dans quelle mesure la notion d’oubli est-elle relative au contexte historique, social, culturel et politique dans lequel la recherche s’inscrit ? Dans quelle mesure et par quels moyens la dimension hiérarchisante de l’historiographie est-elle reliée aux frontières entre les classes sociales, raciales ou sexuelles établies par une société ? (les danses « exotiques », « populaires », « interdites »…) En quoi l’étude de certains types de danse prétendus hors normes amène à une relecture des danses reconnues et à une définition du champ de la danse ? Comment l’historiographie peut se renouveler, se réécrire avec l’apport et l’influence de recherches issues d’autres contextes culturels ? (dance studies, recherches extra-occidentales, études des traditions et folklores…) Comment l’intérêt que des disciplines telles que l’anthropologie ou la sociologie portent à des formes de danse actuelles permet de renouveler l’approche des danses du passé, de combler certaines lacunes de l’historiographie et de faire avancer la recherche ? Voir l’étude des danses dites « urbaines », des danses en contexte de boîtes de nuit, du lap dance, des danses médiatisées/télévisuelles…

Nous vous rappelons que ces ateliers, organisés depuis mai 2007, sont proposés aux doctorants disséminés au sein de différentes universités et dans des disciplines très variées. Ils permettent, dans une atmosphère d’échange et de collaboration, de débattre des difficultés méthodologiques rencontrées dans le travail de thèse.

Modalités de soumission

Il ne s’agit en aucun cas d’un colloque. Les présentations sont avant tout des questionnements et non des communications abouties. Il nous semble particulièrement nécessaire d’insister sur cet aspect de “work in progress” pour cet atelier, où nous vous invitons à venir participer à notre réflexion commune en abordant vos doutes, vos difficultés, autour de votre corpus et de vos sources. Les échanges seront encadrés par des chercheurs confirmés, présents pour enrichir et orienter la discussion.

Tous les jeunes chercheurs ayant la danse comme objet de recherche sont donc invités à répondre à cet appel, quelle que soit leur discipline.

Nous vous proposons deux formats d’intervention :

  • Intervention individuelle de 15 à 20 minutes autour d’une question méthodologique + temps de discussion avec un répondant invité.
  • Dialogue : entre deux doctorants (ou plus) autour d’un objet de recherche commun, mettant face à face des méthodologies de recherche différentes pour les interroger. 30 à 45 minutes + temps de discussion avec un répondant invité.

Nous encourageons les dialogues interdisciplinaires autour des questions proposées !

Merci de nous faire parvenir vos propositions d'intervention, sous la forme d’un résumé de 25
00 signes maximum,

au plus tard le 15 décembre 2011,

uniquement à l’adresse suivante : doctorantsendanse@gmail.com

Votre proposition doit impérativement être accompagnée des précisions suivantes :

  • Nom, Prénom
  • Discipline
  • Sujet de thèse
  • Université / Laboratoire ou équipe
  • Année de thèse

Atelier organisé avec le soutien du Centre national de la danse par :

  • Stéphanie Gonçalves, doctorante en histoire contemporaine, Université libre de Bruxelles.
  • Audrey Gouy, doctorante en histoire de l’art et archéologie, École Pratique des Hautes Études.
  • Camille Paillet, doctorante en danse, Université de Nice-Sophia Antipolis.
  • Delphine Vernozy, doctorante en littérature française, Université Paris-Sorbonne, Paris 4.

Abonnez-vous au flux RSS de l’espace doctorants : http://isis.cnd.fr/

Pour joindre l’équipe de l’Atelier : doctorantsendanse@gmail.com$

Centre national de la danse
1, rue Victor Hugo, 93507 Pantin cedex
Métro Hoche, ligne 5 - RER E, Pantin
www.cnd.fr

Lieux

  • 1, rue Victor Hugo
    Pantin, France

Dates

  • jeudi 15 décembre 2011

Mots-clés

  • danse, mémoire, histoire culturelle, doctorants

Contacts

  • Stéphanie Goncalves
    courriel : sgoncalv [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Stéphanie Goncalves
    courriel : sgoncalv [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Les oubliés de l'histoire de la danse », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 25 novembre 2011, http://calenda.org/206384