AccueilBelgique : sortir de crise

Belgique : sortir de crise

Belgium, emerging from crisis

*  *  *

Publié le lundi 05 décembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

« Sortir de crise » proposera un ensemble de contributions éclairant de manière rigoureuse et novatrice les origines, les mécanismes, les enjeux, mais aussi les dégâts collatéraux de la crise belge.

Annonce

Argumentaire

A l’évidence, aucun État ne peut se targuer d’avoir des institutions dont la stabilité a défié le temps ; l’adaptation des structures institutionnelles est d’ailleurs, peut-être, une qualité démocratique. Il n’empêche : dans ce domaine, la Belgique pêche par excès.

La crise de formation gouvernementale dont sort le pays n’est à ce titre qu’un épisode d’un problème plus large et plus ancien, dont les tenants sont multiples et dont l’héritage n’est certainement pas celui d’un ensemble d’institutions cohérent, clair, et respectueux du principe de subsidiarité. A l’heure où cette crise politique rejoint celle de l’économie, la revue Émulations consacre un numéro thématique au « problème belge ».

Comme à son habitude, Émulations entend apporter un regard neuf sur une question classique autant que pressante, en prenant le détour des analyses traditionnelles – car le phénomène étudié relève tout autant de la sociologie, de la psychologie, de l’éthique, que de la politologie classique.

Le numéro Belgique : Sortir de crise proposera un ensemble de contributions éclairant de manière rigoureuse et novatrice les origines, les mécanismes, les enjeux, mais aussi les dégâts collatéraux de la crise belge. En tant que revue de la jeune génération des chercheurs et experts du champ socio-politique, et comme le titre prévu du numéro le laisse clairement entendre, Émulations souhaite également que les auteurs apportent une dimension prospective à leurs analyses, c’est-à-dire soulignent les opportunités qu’une telle crise fait nécessairement surgir.

Soumissions

  • Les textes proposés seront écrits en français ou, exceptionnellement du fait de la thématique abordée, en néerlandais et compteront entre 4500 et 7500 mots.
  • Les auteurs feront attention à couvrir une problématique bien délimitée, et à soigner la précision et la concision de leur expression.

Les auteurs les feront parvenir sous format WORD, accompagnés d’un abstract de 300 mots, par email simultanément aux adresses :

La rédaction accusera réception des articles reçus dans la semaine. Un avis (acceptation – acceptation sous réserve de modifications – refus) sera notifié dans les 30 jours suivants, après lecture par un membre du comité de lecture et les responsables du numéro.

Il est prévu que le numéro sorte en mars 2012.

La date limite de l’envoi des contributions est le 30 décembre 2011.

Les contributions respecteront impérativement les règles formelles suivantes :

  • Police Garamond 10 pour le corps de texte, Arial pour les titres.
  • Texte justifié à gauche et à droite. Marges par défaut.
  • Citations courtes (moins de quatre lignes) : dans le corps du texte entre guillemets français (« citation ») et non anglais (“citation”). Citations longues : dans un paragraphe en retrait vers la droite.
  • Référencement bibliographique de type Harvard, dans le texte sur ce modèle : (Simmel 2008 : 25). Référencement des sources non-scientifiques (articles de presse, contributions de blogs, programme de parti politique, etc.) : en bas de page.
  • Titre court (max 6 mots) avec sous titre plus long si nécessaire. Le lien avec le champ couvert par le numéro doit être clairement sous-entendu par le titre.
  • Pas d’italique, ni de gras, ni de soulignement dans le texte, excepté l’italique pour les titres d’ouvrage.
  • Bibliographie complète en fin de texte, exclusivement sous le modèle :
    • WITTGENSTEIN L. (2004): Recherches philosophiques. Paris: Gallimard – NRF.
    • LOWE J. (1997): « Ontological categories and natural kinds ». In Philosophical Studies, vol.26 n°1, pp.29-46.

NOTE SUR LA REVUE

Émulations est une revue de sciences sociales qui a pour volonté d’offrir un espace de communication dynamique aux jeunes chercheurs (doctorants, post-doctorants) et aux experts juniors désireux de publier leurs analyses et réflexions. Émulations se présente comme la voix de la jeune génération des analystes, experts et chercheurs concernés par les phénomènes sociaux, politiques, économiques.

Émulations publie des articles courts, qui élaborent un regard neuf, original sur le champ couvert. Les articles sont rigoureux et explicites dans leur langage et dans leur raisonnement, et utilisent les outils des sciences sociales pour construire leur propos. Ne sont pas retenu les articles trop conventionnels dans leur forme ou dans leur contenu. Les valeurs clés de la revue sont l’originalité et la précision.

La revue est d’abord ouverte aux jeunes chercheurs (en économie, philosophie, sociologie, science politique) et jeunes professionnels recourant aux sciences sociales dans leur pratique. Dans une certaine mesure, les pages sont également ouvertes aux chercheurs seniors qui sont invités à participer au dialogue instauré par la revue.

La revue Émulations publie annuellement deux numéros thématiques aux Presses Universitaires de Louvain (impression papier), et alimente le débat par des articles non-thématiques, des interviews, et des comptes-rendus critiques d’ouvrages en version électronique sur son site web : < www.revue-emulations.net >.

Numéros récents :

  • Art, participation et démocratie (n°9) ;
  • Catégories politiques : Enjeux éthiques au cœur du pouvoir (n°8) ;
  • Regards sur notre Europe (n°6 et n°7) ;
  • Simmel : Environnement et mondialisation (n°5) ;
  • La construction du politique (n°4).

Comité de lecture 2011-2012 :

  • Allemagne : Jonas Dreger (Humboldt Universiy), Moritz Hunsmann (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), Marc Naether (Parlement européen), Annett Richter (Scences Po CERI).
  • Angleterre : Thibaut Lemercier (Imperial college London).
  • Belgique : Karen Bahr (UCL), Mohammed Benidir (Ulg), Nicolas Dufays, Julien Charles (FNRS), Sarah Croché (FNRS), Laurent De Block, Thomas de Brouwer (OIT), Mathieu Depoorter (ULB), Marie Deridder (FNRS), Julie Druetz, Anne Duquenne (Commission européenne), Jean Benoit Falisse (Nations Unies - PNUD), Galia Glume (UCL), Sarah Grauls, Arnaud Henry (Parlement fédéral belge), Marie Jacobs (FNRS), Vincent Laborderie, Yann Le Polain (FNRS), Stéphane Moyson (FNRS), Marie Neyrinck (Diplomatie belge), Antoine Pierrard (UCL), Grégory Piet (ULg), Thibaut Slingeneyer (UCL), Olivier Sterck (UCL), Elisabeth Vandenheede (ULB).
  • Canada : Maude Benoit (Université de Laval)
  • Espagne : Luis Bouza Garcia (Collège d'Europe de Bruges - Robert Gordon University).
  • France : Francois Regis Babinet (Barreau de Paris), Brieg Capitaine (Université de Bretagne occidentale), Stéphane Cormier (Université Bordeaux 3), Hubert Duhot (Diplomatie française), William Guillou (Uni. Brest), Thérèse Hargot (Love Generation ASBL), Nicolas Pradalié (Commission européenne), Asma Sassi (EHESS), Raphael Soffer (Barreau de Paris), Leslie Juillet (EHESS), Sébastien Kapp (EHESS - ULB).
  • Hongrie : Zbigniew Truchlewski (Central Europe University).
  • Maroc : Yussef Sadik (Université Ibn Zohr d’Agadir).
  • Suisse : Elisabeth Meur (Université de Genève), Mathieu Rousselin (Université de St-Gall).

Lieux

  • Bruxelles, Belgique

Dates

  • vendredi 30 décembre 2011

Mots-clés

  • Belgique, crise, institution, politique

Contacts

  • Stéphane Baele
    courriel : stephane [dot] baele [at] fundp [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Grégoire Lits
    courriel : gregoire [dot] lits [at] uclouvain [dot] be

Pour citer cette annonce

« Belgique : sortir de crise », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 décembre 2011, http://calenda.org/206459