AccueilAu carrefour des disciplines : inter- et transdisciplinarité dans les sciences du langage

Au carrefour des disciplines : inter- et transdisciplinarité dans les sciences du langage

At the Crossroads of Sciences: Inter- and Transdisciplinarity in the Language Sciences

Quinzièmes rencontres jeunes chercheurs (RJC 2012)

15th Rencontres Jeunes Chercheurs (RJC 2012)

*  *  *

Publié le vendredi 09 décembre 2011 par Julien Gilet

Résumé

L'école doctorale 268 « Langage et langues : description, théorisation, transmission » organise les quinzièmes rencontres jeunes chercheurs. Créées en 1998, les rencontres jeunes chercheurs de l'école doctorale « Langage et langues » (ED 268, Université Paris III) offrent la possibilité aux jeunes chercheurs inscrits en doctorat ou en master recherche de présenter leurs travaux sous forme de communication orale ou de poster.

Annonce

Argumentaire

On assiste depuis la seconde moitié du XIXe siècle à un processus de fragmentation des savoirs, à la fois scientifique et politique, qui a contribué à construire le paysage actuel de la recherche. De nouvelles disciplines, telles que la psychologie ou la sociologie, se sont institutionnalisées. Dans le même temps, les différents domaines du savoir ont connu une spécialisation grandissante, tant dans le champ des sciences humaines que dans les autres sciences. Depuis quelques années, un sentiment de « crise d'identité » (Bouvier, 2004) des disciplines se manifeste par le nombre croissant de programmes de recherche qui visent à promouvoir la collaboration ou la confrontation de différentes spécialités, afin d'étudier les phénomènes dans leur globalité.

L'étude des faits de langue requiert une multiplication des points de vue (étude du son, de la structure, du sens, etc.) et des emprunts à la logique, aux sciences cognitives, à l'anthropologie, à l'histoire, etc. Ainsi, les sciences du langage se révèlent emblématiques de ces échanges entre les domaines du savoir.

S'intéresser aux rapports entre disciplines implique de s'interroger sur la notion de « discipline » elle-même, d'analyser les relations d'englobement (« sous-disciplines », « composantes ») et les délimitations internes d'une discipline donnée. On ne peut circonscrire une discipline sans faire appel à des critères à la fois épistémologiques (définition de l'objet d'étude, méthodologie, formulation d'un ensemble d'explications cohérentes, etc.), sociaux et historiques (institutionnalisation).

Il faut également définir quels sont les modes d'interactions possibles entre les disciplines. À la suite de Frédéric Darbellay (2005) et de Patrick Charaudeau (2010), nous en distinguons trois : la « pluridisciplinarité », l'« interdisciplinarité » et la « transdisciplinarité ». Est « pluridisciplinaire » une démarche de recherche dans laquelle chaque discipline conserve son autonomie, ses méthodes et ses outils ; il s'agit « d'une juxtaposition de points de vue qui apportent chacun une connaissance particulière sur le phénomène étudié » (Charaudeau, 2010). Est « interdisciplinaire » une approche qui s'efforce de faire dialoguer plusieurs disciplines sur un même thème, cherchant ainsi à « établir de véritables connexions entre concepts, outils d'analyse et modes d'interprétation » (ibid.). Enfin, est « transdisciplinaire » une démarche qui transcende les disciplines, réalisant une « intégration des savoirs [...] de telle sorte qu'émerge un discours sui generis construisant son propre lieu de pensée » (ibid.).

L'inter- et la transdisciplinarité ne se résument pas à un simple phénomène de « mode intellectuelle ». On peut les envisager comme un « principe de précaution » permettant de mettre à distance « les visions et les divisions du travail scientifique que les disciplines imposent ». Ainsi que le rappellent Nicolas Freymond et al. (2003) : « oublier que c'est le point de vue qui crée l'objet conduit à enfermer la pratique scientifique dans des limites qui ne jouissent d'aucune pertinence théorique ». Le recours critique à plusieurs (sous-)disciplines ou courants disciplinaires paraît donc nécessaire.

Dans cette perspective, les RJC 2012 invitent les participants à réfléchir aux possibilités d'échange (de concepts, de méthodes, de résultats, etc.), de confrontation, voire de fusion, entre différentes spécialités. Nous retiendrons en particulier les communications qui s'intéressent aux questions suivantes :

  • Qu'est-ce qu'une « discipline » ? Quelles sont les relations entre « disciplines » et « savoirs » ? Comment les disciplines et sous-disciplines actuelles se sont-elles constituées historiquement ?
  • Quelles ont été les évolutions socio-historiques des théories et pratiques de l'inter- et de la transdisciplinarité ?
  • La monodisciplinarité est-elle encore possible dans les sciences du langage ?
  • Quelles perspectives offrent les recherches inter- et transdisciplinaires ?
  • Quels sont les risques du décloisonnement ? Quelles en sont les limites et les contraintes ?
  • Quelles passerelles peut-on réellement établir entre les disciplines ?
  • Comment les différentes spécialités se positionnent-elles par rapport aux échanges inter- et transdisciplinaires ?
  • Comment l'interdisciplinarité se construit-elle au sein des équipes de recherche ?

Bibliographie sélective

  • BOUTET, Josiane & MAINGUENEAU, Dominique (2005) « Approches interdisciplinaires des pratiques langagières et discursives », Langage et société, 114, Paris, MSH.
  • BOUVIER, Pierre (2004) « Interdisciplinarité, monodisciplinarité, transdisciplinarité » [en ligne], Socio-anthropologie, 14, URL : http://socio-anthropologie.revues.org/index372.html
  • CHARAUDEAU, Patrick (2010) « Pour une interdisciplinarité focalisée'' dans les sciences humaines et sociales » [en ligne], Questions de Communication, 17, URL :http://www.patrick-charaudeau.com/Pour-une-interdisciplinarite.html
  • CHISS, Jean-Louis & PUECH, Christian (1999) Le Langage et ses disciplines, Paris, Duculot.
  • DARBELLAY, Frédéric (2005) Interdisciplinarité et trans-disciplinarité en analyse des discours. Complexité des textes, intertextualité et transtextualité, Genève, Slatkine.
  • FREYMOND, Nicolas et al. (2003) « Ce qui donne sens à l'interdisciplinarité » [en ligne], A contrario, 1, URL : www.cairn.info/revue-a-contrario-2003-1-page-3.htm
  • KOURILSKY, François (dir.) (1990) Carrefour des sciences, Actes du colloque du CNRS « Inter-disciplinarité », Paris, Éditions du CNRS.
  • ORRIGI, Gloria & DARBELLAY, Frédéric (dir.) (2010) Repenser l'interdisciplinarité, Genève, Slatkine.
  • RAMADIER, Thierry (2011) « L'interdisciplinarité au service de la complexité » [en ligne], Articulo - Journal of Urban Research, Book Reviews, URL : http://articulo.revues.org/1731

Soumission

Les propositions de communication orale se feront en police Times New Roman 12, interligne simple, sous forme d'un résumé de 1000 mots au maximum (références incluses) et les propositions de poster sous forme d'un résumé de 500 mots au maximum (références incluses). Dans le cas de transcriptions phonétiques, veuillez utiliser la police SILDoulos téléchargeable.

Les propositions sont à envoyer au Comité d'Organisation par courriel (rjc.ed268.2012@gmail.com) en double exemplaire au format .rtf : le premier sera nommé « anon_nom-de-l-auteur_rjc2012.rtf » (par exemple « anon_DUPONT_rjc2012.rtf ») et contiendra :

  • Le titre
  • 5 mots-clés
  • La ou les discipline(s)
  • Le résumé
  • Le type de présentation (communication orale ou poster)

Le second nommé « nom-de-l-auteur_rjc2012.rtf » (par exemple « DUPONT_rjc2012.rtf ») devra comporter les informations suivantes, en plus des précédentes :

  • Les coordonnées (nom, prénom, courriel et adresse postale)
  • L'affiliation (nom de l'université, nom du laboratoire)
  • Le niveau d'études (master / doctorat / post-doc ; préciser le nombre d'années pour le doctorat)
  • Le directeur de recherche

Une seule soumission par participant sera examinée.

Les communications orales et les posters pourront se faire en anglais ou en français. La durée de la communication est fixée à 20 minutes + 10 minutes de discussion.

Comité Scientifique :

Violaine BIGOT, Maria CANDEA, Francine CICUREL, Jeanne-Marie DEBAISIEUX, Cécile FOUGERON, Jean-Marie FOURNIER, Emmanuel FRAISSE, Florentina FREDET, Cédric GENDROT, Kim GERDES, Daniel GILE, Luca GRECO, Jean-Patrick GUILLAUME, Pierre HALLÉ, Raphaël KABORE, Dominique KLINGLER, Marie-Christine LALA, Florence LEFEUVRE, Jean-Léo LÉONARD, Marc-Antoine MAHIEU, Aliyah MORGENSTERN, Jean-Paul NARCY-COMBES, Gilles PHILIPPE, Claire PILLOT-LOISEAU, Konstantin POZDNIAKOV, Christian PUECH, Nicolas QUINT, Sandrine REBOUL-TOURÉ, Annie RIALLAND, Rachid RIDOUANE, Anne SALAZAR ORVIG, Pollet SAMVELIAN, Dan SAVATOVSKY, Jacqueline VAISSIÈRE, Daniel VÉRONIQUE, Martine VERTALIER

Comité d'Organisation :

Marion CARNIS, Alejandro DIAZ VILLALBA, Aurélia ELALOUF, Raphaëlle FOUILLET, Jiayin GAO, Maximilien GUÉRIN, Marine LE MENÉ, Laura NICOLAS, Marie REETZ, Marie RIVIÈRE, Camille SIMON, Marie VIAIN

Calendrier

Date limite pour les soumissions : 10 ars 2012

Notification et début des inscriptions : 30 mars 2012

Date limite pour les inscriptions et le dépôt du résumé : 15 avril 2012

Colloque : 15 & 16 juin 2012

Lieux

  • Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Adresse exacte à venir
    Paris, France

Dates

  • samedi 10 mars 2012

Mots-clés

  • interdisciplinarité, transdisciplinarité

Contacts

  • Alejandro Díaz
    courriel : ciajihle13 [at] usal [dot] es

Source de l'information

  • Alejandro Díaz
    courriel : ciajihle13 [at] usal [dot] es

Pour citer cette annonce

« Au carrefour des disciplines : inter- et transdisciplinarité dans les sciences du langage », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 09 décembre 2011, http://calenda.org/206526