AccueilDéveloppement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées

Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées

Territorial Development, Heritage and Tourism in Sensitive and Threatened Areas

Entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication

Between Economic Participatory, Democratic Dynamics and Communication

*  *  *

Publié le vendredi 09 décembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

La thématique de ce colloque international s’inscrit dans la problématique du développement local durable de différents territoires du bassin méditerranéen, appelés à faire face aux défis engendrés par de multiples changements (environnementaux et notamment climatiques, socio-économiques, politiques). Ceux-ci s’accompagnent aussi d’une transition démocratique fondée sur une participation citoyenne aux niveaux local, national et international. Ces défis pèsent d’une manière spécifique sur les conditions de vie et de production de populations vivant dans des zones déjà fragilisées et menacées, et qui ont su pendant longtemps maintenir un équilibre et entretenir une dynamique de développement, en dépit de leurs nombreuses contraintes. Dans ce contexte, l’accent sera mis sur les enjeux de développement territorial de zones connaissant des dynamiques de transition fortes .

Annonce

1. Cadre général

La thématique de ce colloque international s’inscrit dans la problématique du développement local durable de différents territoires du bassin méditerranéen, appelés à faire face aux défis engendrés par de multiples changements (environnementaux et notamment climatiques, socio-économiques, politiques). Ceux-ci s’accompagnent aussi d’une transition démocratique fondée sur une participation citoyenne aux niveaux local, national et international. Ces défis pèsent d’une manière spécifique sur les conditions de vie et de production de populations vivant dans des zones déjà fragilisées et menacées, et qui ont su pendant longtemps maintenir un équilibre et entretenir une dynamique de développement, en dépit de leurs nombreuses contraintes. Dans ce contexte, l’accent sera mis sur les enjeux de développement territorial de zones connaissant des dynamiques de transition fortes sur le plan :

  • social (modes de gouvernance et représentation, transformation des structures institutionnelles) ;
  • économique (mutation des systèmes productifs et des règles économiques) ;
  • environnemental (évolution des écosystèmes sous l’effet naturel et/ou anthropique, régulation ou essor des activités touristiques) ;
  • communicationnel (échange et valeur de l’information, rôle et influence des médias, notamment à l’ère numérique).

Ce faisant, on interrogera le rôle des pouvoirs publics, des acteurs intéressés par le développement territorial, des professionnels du secteur touristique, mais également les populations locales et les « publics » du tourisme. Tous, à des degrés divers, vont intervenir dans la conception, la mise en œuvre et l’adoption de stratégies de développement et de valorisation (patrimoine naturel, matériel et immatériel, tourisme…) en mobilisant différentes formes de communication (publique, politique, interculturelle, événementielle et/ou de crise) qui se déploient localement dans des techniques de marketing territorial, et/ou au niveau national ou international, dans de grands plans de lutte ou programmes de développement

2. Objectifs du colloque

Ce colloque s’inscrit dans le programme franco-maghrébin et interdisciplinaire « Langages, objets, territoires et hospitalités » (LOTH) qui regroupe des chercheurs en sciences humaines et sociales (sciences de l’information et de la communication, économie et histoire), et a un double objectif :

  • présenter et échanger les résultats des travaux scientifiques et des expériences de différents acteurs (chercheurs, acteurs de développement, ONG, agences de coopération, professionnels de communication et du secteur touristique, etc.) ;
  • comprendre et analyser les dynamiques – à la fois économiques et communicationnelles – indispensables à ces zones fragiles et menacées, afin de dégager des orientations pour un partenariat plus efficace entre les acteurs privés et publics d’un développement territorial.

3. Trois thématiques

Axe 1: Information/communication, publics et territoires

Il s’agit de sérier et d’analyser les liens entre communication et développement territorial dans la préservation et la valorisation de différents patrimoines et/ou l’essor du tourisme en zones fragiles et menacées, tout en cherchant à évaluer l’efficacité des actions et des systèmes d’information mis en place, et à interroger leur utilité pour favoriser la participation citoyenne. Ceci implique trois directions :

- Territoires « fragiles » et « menacés » au miroir de la communication

Communiquer sur un territoire suppose de le considérer dans ses particularités géographiques, climatiques, culturelles, socio-économiques et humaines. Saisir les spécificités et les contextes de ces zones est donc un préalable indispensable à la mise en œuvre d'une communication publique et territoriale adaptée. Elles permettront de comprendre quel rôle joue cette communication dans la construction et la représentation de ces zones ; d’analyser les stratégies adoptées pour les promouvoir et pour soutenir des actions de valorisation et de préservation des patrimoines en leur sein ; de saisir comment circulent les connaissances et les savoirs stratégiques sur leur développement et quels sont les dispositifs de mutualisation et de qualification de l’information mis en place.

- Acteurs, populations et publics : vers une démocratie participative ?

Divers acteurs, privés et publics, sont impliqués dans la dynamique du développement territorial et touristique. De multiples actions sont ainsi menées, traduisant des choix politiques, économiques et sociaux. À partir de là, se pose la question de l’équilibre à trouver et à reconstruire entre volonté politique et aspirations de la population locale. Comment, dans une démarche participative et partenariale, s’articulent les interactions entre les décideurs politiques et les acteurs du terrain ? Comment in fine instaurer, sur la base de la concertation, un débat participatif autour de projets et programmes en cours.

- Position du chercheur et choix méthodologiques

Toute recherche pose la question de l’accès au terrain, couplée à celle du choix de la technique de recueil des données. On souhaite interroger la position du chercheur et ses choix méthodologiques en fonction des particularités de ces zones, des terrains spécifiques et de leurs populations et/ou des institutions locales avec lesquelles il doit construire une relation de confiance, adapter ses techniques d’enquêtes et penser la restitution des résultats et la circulation des connaissances produites.

Axe 2 : Tourisme, patrimoine et marketing territorial

Cet axe articulera des problématiques relatives à la relation entre patrimoine et tourisme, dans une perspective de mise en valeur et de promotion territoriale par la communication. En effet, le patrimoine joue un rôle dans la reconnaissance, la visibilité du territoire et dans l'appropriation de celui-ci par ses habitants. Vecteur d'identité et de cohésion, il est aussi devenu un facteur de production de richesses. Ainsi les enjeux de sa valorisation sont-ils nombreux et stratégiques, tant pour l’économie que pour la dimension socioculturelle du territoire. Aussi, le développement local des territoires – à travers la mise en place d'une dynamique touristique fondée sur la valorisation et la préservation du patrimoine – constitue-t-il, de nos jours, une des stratégies marketing les plus plébiscitées, dont les effets peuvent être analysés en trois points.

- La valorisation du patrimoine : dimension touristique et marketing territorial

Les territoires qui s’imposent avec le plus de dynamisme sont ceux qui ont su intégrer le patrimoine comme levier, au cœur même de leur stratégie de développement touristique. Se pose toutefois le problème de « la détérioration du patrimoine » par la fréquentation touristique sur des sites devenus accessibles et qu’il faut rentabiliser économiquement. Le rôle des décideurs politiques, des acteurs économiques et de la population dans ce processus sera déterminant pour définir ce que les uns et les autres entendent par valorisation, surtout quand les actions proposées relèvent d’un « écotourisme ».

- Rôle du marketing territorial dans la préservation du patrimoine

Si le marketing territorial est devenu une priorité dans la valorisation des territoires, il doit aussi, dans ces zones, se coupler à une réflexion stratégique autour des actions de préservation. Nous tenterons de sérier les outils et les moyens à mettre en place, afin de préserver les patrimoines naturel, matériel et immatériel. Quelles stratégies communicationnelles adopter et comment les évaluer dans un contexte de développement d’activités professionnelles (tourisme, échanges commerciaux…) non destructives ?

- Le patrimoine face aux défis et risques du tourisme

La relation entre patrimoine et tourisme s’inscrit dans une dynamique générant des opportunités de valorisation économique et culturelle, tout en posant de grands défis. Comment penser un processus de patrimonialisation couplant valorisation, préservation et participation citoyenne au regard de certains risques (non adéquation entre la formation des professionnels et les besoins, protection des sites, produits touristiques inadaptés ou génériques…), tout en amenant à réfléchir sur l’authenticité des biens patrimoniaux, ainsi que sur leur force symbolique et culturelle ?

Axe 3 : Tourisme, TIC et constructions identitaires dans l’espace méditerranéen

Dans les zones fragiles et menacées, les questions liées aux transformations des liens sociaux et des identités, couplées à celles de l’appropriation des technologies numériques, s’imposent pour saisir les nouvelles manières de communiquer et de penser certaines fractures, notamment entre le milieu rural/agricole et urbain, entre régions côtières et internes. Considérer les TIC en tant qu’outil permettant de valoriser autrement les territoires en zones fragiles de la Méditerranée nous amène à étudier trois dimensions.

- L’usage des nouveaux outils de communication à l’ère des TIC

Il s’agit d’étudier les usages sociaux des TIC face aux nouvelles manières de communiquer, d’être en société. Comment les diverses sociétés méditerranéennes construisent-elles, différemment ou semblablement, leur relation à l’Autre via les TIC ? Comment les outils de l'e-participation – sites internet, blogs, forums – ou encore les supports multimédias se développent-ils comme nouveaux « canaux » de la communication publique territoriale et touristique, tout en favorisant la construction d’une « citoyenneté électronique » ?

- Les causes et conséquences de « la fracture communicationnelle » en Méditerranée

La fracture communicationnelle, touchant à la fois les domaines politique, économique, scientifique et socioculturel, est souvent affichée comme source d’inégalités en matière de développement. Il faut donc en déterminer les formes et mesurer les conséquences éventuelles dans des zones particulièrement affectées par l’existence de disparités entre différentes catégories sociales : milieu urbain / milieu rural ; centre / périphérie.

- Conceptions et usages TIC appliquées au secteur touristique

Les enjeux d’une participation citoyenne ne se pensent plus sans référence aux systèmes numériques d’information et de communication. Lorsque celle-ci doit également servir un développement touristique, il est utile de sérier les interactions entre les usagers visiteurs, expatriés ou habitants, entre professionnels du secteur touristique et du patrimoine, et public cible. C’est ici qu’une analyse des impacts des outils du Web 2.0 et des réseaux sociaux sur les stratégies de communication internet du secteur touristique dans ces zones prend tout son sens, et plus généralement avec elle, quelles transversalités peut-on observer entre les usages et l’appropriation des TIC dans les pays du Maghreb ?

4. Propositions de communications et organisation du colloque

Les personnes désirant présenter une communication sont priées d’envoyer par courriel à l’adresse suivante (ColloqueLOTHmedenine2012@gmail.com) un résumé de 2500 signes en français ou en anglais

au plus tard le 2 janvier 2012.

Le résumé doit être accompagné du titre, cinq mots-clés et 3 à 5 références bibliographiques, choix de l’axe thématique, du nom des auteurs, leur fonction et rattachement institutionnel, ainsi que leurs coordonnées complètes (mail, tél, fax et adresse postale).

Les auteurs, dont les résumés auront été retenus par le comité scientifique, seront appelés à soumettre le texte intégral de leur communication dans un délai de trois mois.

5. Calendrier

  • 2 janvier 2012 : date limite d’envoi des résumés dans un fichier format Word (.doc) portant le nom de l’auteur.
  • Janvier-février 2012 : examen des résumés par le comité scientifique.
  • 5 mars 2012 : annonce des contributions retenues et publication du programme du colloque. 
  • 4 juin 2012 : date limite d’envoi des textes définitifs (35 000 signes espaces compris) et des fiches d’inscription (les frais d’inscription comprenant les repas de midi et les actes du colloque).
  • 6 août 2012 : retour aux auteurs des remarques du comité scientifique.
  • 3 septembre 2012 : retours du comité scientifique aux contributeurs définitivement retenus pour les actes et publication du programme définitif du colloque.
  • 14, 15 et 16 novembre 2012 : tenue du colloque à Djerba.

6. Comité scientifique

Coordination scientifique du colloque : Houcine Khatteli, Mongi Sghaier et Vincent Meyer

Composition du comité scientifique :

  • Ali Abaab (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, Allemagne)
  • Abdellatif Ait Heda (Université Ibn Zohr, Maroc)
  • Philippe Bachimon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, France)
  • Nabil Ben Khatra (Observatoire du Sahara et du Sahel, Tunisie)
  • Leila Benlatrache (Université Mentouri Constantine, Algérie)
  • Françoise Bernard (Université de Provence, France)
  • Azzedine Bouderbane (Université Mentouri Constantine, Algérie)
  • Driss Boumeggouti (Université Toulouse 2, France)
  • Larbi Chouikha (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Jamil Dakhlia (Université de Lorraine, France)
  • Pierre-Noël Denieuil (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunisie)
  • Pierre Dérioz (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, France)
  • Michel Durampart (Université du Sud Toulon Var, France)
  • Mouna El Gaied (Université de Lorraine, France)
  • Mohamed Elloumi (Institut national de recherche agronomique, Tunisie)
  • Michèle Gellereau, (Université Lille 3, France)
  • Wahid Gdoura (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Gino Gramaccia (Université Bordeaux 1, France)
  • Nozha Ibn Lkhayat (Ecole des sciences de l’information, Rabat, Maroc)
  • Habib Kazdaghli (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Alain Kiyindou (Université Bordeaux 3, France)
  • Maud Loireau (Institut de recherche pour le développement, France)
  • Catherine Loneux (Université Rennes 2, France)
  • Pierre Morelli (Université de Lorraine, France)
  • Sihem Najjar (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunisie)
  • Mohamed Nawar (Université du Caire, Égypte)
  • Gabriela Tigu (Académie des études économiques, Bucarest, Roumanie)

Lieux

  • Djerba (Tunisie)
    Houmt Souk, Tunisie

Dates

  • lundi 02 janvier 2012

Mots-clés

  • développement, territoire, patrimoine, tourisme, démocratie participative, environnement, écologie, zones difficiles, communication

Contacts

  • Comité scientifique du colloque ~
    courriel : ColloqueLOTHmedenine2012 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Jamil DAKHLIA
    courriel : jamil [dot] dakhlia [at] univ-paris3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 09 décembre 2011, http://calenda.org/206552