AccueilPolytopicité : constructions symboliques et matérielles d’espace dans les sociétés à individus mobiles

Polytopicité : constructions symboliques et matérielles d’espace dans les sociétés à individus mobiles

Multilocality: symbolic and material constructions of space in societies of mobile individuals

*  *  *

Publié le vendredi 09 décembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Les sociétés à individus mobiles constituent aujourd’hui l’horizon de l’investigation empirique de la géographie. Les problèmes de mobilité et de circulation, la différenciation des capacités à être mobile, les normes sociales autour de la mobilité, le problème de présence / absence, les coordinations spatio-temporelles hyperprécises d’activités, les processus transformateurs d’identités et altérités et la pratique temporaire de lieux géographiques sont quelques uns des problèmes importants de telles configurations sociétales. Trois questions principales peuvent être posées: quelles sont les conditions sociétales de l’habiter poly-topique ? Quelles sont les conséquences du jeu de présence / absence sur les lieux géographiques, individus, familles, entreprises, services publics ? Quelles sont les pratiques de la poly-topicité ?

Annonce

International Geographical Union Conference 2012 / Union Géographique Internationale 2012, August 28-31 2012, Cologne, Appel à communication : Polytopicité: constructions symboliques et matérielles d’espace dans les sociétés à individus mobiles (Séance dans le cadre de la commission « Approche culturelle en géographie »)

Argumentaire

Les sociétés à individus mobiles constituent aujourd’hui l’horizon de l’investigation empirique de la géographie. Les problèmes de mobilité et de circulation, la différenciation des capacités à être mobile, les normes sociales autour de la mobilité, le problème de présence/absence, les coordinations spatio-temporelles hyperprécises d’activités, les processus transformateurs d’identités et altérités et la pratique temporaire de lieux géographiques sont quelques uns des problèmes importants de telles configurations sociétales. De plus, la mobilité géographique et la poly-topicité de pratiques, personnes et objets pose des problèmes dans tous les domaines de la société: nouvelles formes de loisir, nouvelles formes d’organisation de la famille, nouvelles formes de travail et nouvelles formes d’arbitrage entre lieux de travail, de loisir, de résidence, etc. Trois questions principales peuvent être posées: quelles sont les conditions sociétales de l’habiter poly-topique? Quelles sont les conséquences du jeu de présence/absence sur les lieux géographiques, individus, familles, entreprises, services publics? Quelles sont les pratiques de la poly-topicité?

Ces problèmes sont exprimés ici comme relevant de la poly-topicité en raison de la vision restrictive proposée par les “mobility studies” sur la circulation, le “space of flows” et le “dés-ancrage” tandis que “ré-ancrages” et arrangements poly-topiques sont négligés. La perspective de la poly-topicité entend se focaliser à la fois sur la circulation que sur l’immobilité, sur le mouvement autant que sur les pratiques des lieux.

Les questions suivantes pourraient être traitées:

  1. La question des interrelations entre mobilités individuelles. Comment les différents dé-placements sont mis ensemble par les individus ? Comment les individus développent-ils un mode d’habiter spécifique ? Nous aimerions laisser derrière nous la question des mobilités prises une à une pour privilégier la question des liens entre les différentes mobilités individuelles, par exemple entre migration et tourisme, travail et loisir, migration et pendularité. L’objectif vise à reconstruire les systèmes individuels de mobilité et à comprendre comment ils sont maintenus et reproduits.
  2. Il y a un manque de théorie malgré la reconnaissance que certains des concepts principaux (migration, tourisme, résidences secondaires etc.) ne correspondent plus au monde empirique, en raison de l’invention de nouvelles pratiques. Est-ce que la résidence secondaire réellement « secondaire » ? Quels concepts permettraient de cadrer ces phénomènes ? L’objectif vise à promouvoir une discussion théorique et conceptuelle afin de développer un outillage plus pertinent pour la recherche empirique.
  3. La mobilité géographique est l’un des éléments qui contribuent à produire des individus avec de nouvelles caractéristiques de subjectivité, comportements, civilités, valeurs, ethos, habitus, identités, émotions. Nous pensons que l’habiter poly-topique contribue à produire des individus d’une autre qualité que ceux sans poy-topicité. Comment ces caractéristiques peuvent-ils être décrits d’un point de vue géographique ? Dans quelle mesure le fait de pratiquer de multiples lieux constitue un enjeu pour les identités personnelles et collectives et la production de l’individu contemporain ?
  4. La question de la présence/absence n’a pas seulement sens pour l’individu, mais aussi pour le niveau sociétal. Comment et où la société civile peut-elle être organisée lorsque les personnes sont présentes ailleurs que dans le lieu de résidence ? Comment les lieux répondent aux flux massifs de résidences secondaires dans les métropoles et lieux touristiques ? Comment le services urbains – déchets et services des eaux, vente de détail, crèches, restaurants et cafés etc. – s’adaptent à l’utilisation temporaire de leurs équipements ?
  5. Comment cette circulation est-elle mise en œuvre ? L’habiter poly-topique n’est pas un flux, mais il s’agit de « faire l’espace » et « faire avec l’espace ». Quelles techniques du corps, capital spatial, compétences, instruments, moyens financiers, soutien familial, etc. permet cette performance ? Quels éléments matériels – alimentation, eau, souvenirs, papiers, meubles etc. – sont problématiques dans les arrangements poly-topiques des activités ? Comment les instruments numériques – téléphone mobile, ordinateur portable, Internet, e-mail etc. – sont utilisés pour maintenir l’habiter poly-topique ?

Soumissions des propositions

Merci de télécharger vos propositions directement sur le site www.igc2012.org et mettre en copie les deux organisateurs de la session.

La date limite est le 15.12.2011.

  • Chair : Mathis Stock, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion, Switzerland (mathis.stock@iukb.ch)
  • Co-chair : Michaela Schier, Deutsches Jugendinstitut, Munich, Germany (schier@dji.de)

Comité scientifique

The DGfG has appointed a committee specifically to design the section of the programme devoted to the four major thematic complexes of the Congress. This Scientific Committee (SciCom) is involved in planning the content of the Congress and assists the Organising Committee in developing a clear scientific profile, ensuring the maintenance of high scientific standards.
This Committee consists of 26 members and is chaired by Prof. Frauke Kraas and Prof. Dieter Soyez from the Local Organising Committee. The membership of the SciCom is as follows: 

Global Change and globalisation:

  • Prof. Dr. Huib Ernste - Netherlands
  • Prof. Dr. Hans Gebhardt - Germany
  • Prof. Dr. Rüdiger Glaser - Germany
  • Prof. Dr. LI Xiubin - China
  • Prof. Dr. Nigel Tapper - Australia
  • Prof. Dr. Hervé Théry - Brasil

Society and environment:

  • Prof. Dr. Raquib Ahmed - Bangladesh
  • Prof. Dr. Hans-Rudolf Bork - Germany
  • Prof. Dr. Boris Braun - Germany
  • Prof. Dr. Patrick Nunn - Fiji
  • Prof. Dr. Christian Schulz - Luxembourg
  • Prof. Dr. Yvette Veyret - France

Risks and conflicts:

  • Prof. Dr. Helmut Brückner - Germany
  • Prof. Dr. Derek Gregory - Canada
  • Prof. Dr. Detlef Müller-Mahn - Germany   
  • Prof. Dr. Jean Radvanyi - France
  • Prof. Dr. Johann Stötter - Austria
  • Prof. Dr. Ben Wisner - USA

Urbanisation and demographic change:

  • Prof. Dr. Surinder Aggarwal - India
  • Prof. Dr. Taoufik Agoumy - Maroc
  • Prof. Dr. Martin Coy - Austria
  • Prof. Dr. Zaiga Krisjane - Latvija
  • Prof. Dr. LEE Boon-Thong - Malaysia
  • Prof. Dr. Günter Thieme - Germany

Inscriptions

  • Early Bird (Full Ticket)
    • Participant 295 €
    • PHD Student* 145 €
    • Student** 100 €
  • Normal
    • Full Ticket
      • Participant  350 €
      • PHD Student* 175 €
      • Student** 120 €
    • Day Ticket
      • Participant 120 €
      • PHD Student* 60 €
      • Student** 40 €
  • On-site
    • Full Ticket
      • Participant 400 €
      • PHD Student* 200 €
      • Student** 140 €
    • Day Ticket
      • Participant 130 €
      • PHD Student* 70 €
      • Student 50 €

Catégories

Lieux

  • Cologne, Italie

Dates

  • jeudi 15 décembre 2011

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Habiter poly-topique, mobilité, spatialité,

Contacts

  • Mathis Stock
    courriel : mathis [dot] stock [at] iukb [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Mathis Stock
    courriel : mathis [dot] stock [at] iukb [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Polytopicité : constructions symboliques et matérielles d’espace dans les sociétés à individus mobiles », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 09 décembre 2011, http://calenda.org/206555