AccueilJuges et rois d'Israël dans la pensée politique et religieuse de l'Europe, XIVe-XVIIe siècle

Juges et rois d'Israël dans la pensée politique et religieuse de l'Europe, XIVe-XVIIe siècle

Judges ands Kings of Israel in the political and religious ideas of early modern Europa

*  *  *

Publié le lundi 02 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre d’un axe de recherche du CESR intitulé « profane et sacré dans la culture de l’Europe des XIVe-XVIIe siècle » (2012-2016). Ce programme comprend en 2012 un séminaire de recherche sur le thème « Culture et Bible dans l’Europe des XIVe-XVIIe siècle », qui donnera lieu à deux journées d’étude: Juges et rois d’Israël dans la pensée politique et religieuse de l’Europe des XIVe-XVIIe siècles (janvier) et Lectures et écritures féminines de la Bible dans l’Italie de la Renaissance (octobre).

Annonce

Juges et rois d’Israël dans la pensée politique et religieuse de l’Europe des XIVe-XVIIe siècle,
CESR, 24 janvier 2012 (renseignements sur www.cesr.univ-tours.fr)

Organisée par Elise Boillet et Paul-Alexis Mellet

Présentation:

Ce séminaire d’étude portera sur les représentations politiques et théologiques des juges et des rois fondateurs de la monarchie d’Israël : Samuel, Saül, David et Salomon. On s’intéressera à la fortune de ces figures dans le contexte européen de l’affirmation politique et militaire d’États régionaux et nationaux, des guerres d’Italie qui voient s’affronter les nouvelles grandes puissances, des guerres de Religion qui opposent souverains et peuples catholiques et protestants. Quel rôle, à l’époque des miroirs des princes et de leur dépassement, pour ces figures bibliques dans le paysage des modèles et anti-modèles de gouvernement ? Quelle place pour Samuel, figure du juge assurant la transition vers la monarchie unifiée, pour Saül, figure du tyran autant que du roi légitime, pour David, simple berger musicien se substituant au prince Jonathan, pour Salomon, modèle de sagesse, constructeur du Temple et, dans un contexte pacifié, chef civil tout autant que militaire.

Une attention particulière sera évidemment portée à David. Comment le fondateur de la première dynastie (jusqu’à Joas : 2 Rois 11, 1-11 ; 2 Chroniques 22, 10-12), à la fois désigné par Dieu et élu par les tribus, guerrier miraculeux (Goliath) et fontaine de justice (Abigaïl), est-il perçu au moment où les guerres ébranlent les différentes cours européennes ? L’ « humanité » de David, qui en fait une figure en réalité imparfaite (il séduit Bethsabée et fait assassiner son mari Urie), peut-elle s’accommoder du respect des biens et de la vie des sujets (1 Samuel 8) ? Comment son rôle religieux (la protection de l’arche d’alliance, les processions, etc.), est-il compris à une période où le pouvoir sacerdotal des princes est discuté ? Dans quelle mesure son action de pasteur (la « technologie pastorale » décrite par Michel Foucault) et sa loyauté pour les choix divins (le refus de s’en prendre à Saül) ont-t-elles influencé les idées théologico-politiques de la Renaissance ?

Si chaque figure suscite des interrogations, l’histoire globale que leurs vies retracent alimente la réflexion sur la nature des institutions politiques : la monarchie d’Israël, située dans un passé immémorial, constitue-t-elle une entité uniforme ou historique ? Est-elle dynastique ? Quelle place faire aux conseils ? Comment adapter l’organisation en tribus ? Comment a-t-on compris les choix complexes de Dieu (qui récuse Saül) et le rôle de Samuel (qui rapporte les paroles de Yahvé) ? Dans quelle mesure les chrétiens (catholiques et protestants) ont-ils utilisé une même histoire biblique pour justifier leurs positions et légitimer une monarchie d’institution divine ? Quels sont les textes dans les livres historiques de l’Ancien Testament qui, comme 1 Samuel 8 où est évoquée la dérive tyrannique de la monarchie, font l’objet de polémiques et cristallisent la réflexion politique et religieuse ?

Programme

9h30 : Elise Boillet et Paul-Alexis Mellet : présentation de la journée d’étude

10h00 : Sabrina Ferrara (CESR, Tours) : La « trinité » politique de Dante

11h15 : Dominique Vinay (Université catholique de Lyon) : La geste de David des livres de Samuel à la littérature épique française

11h45 : Corinne Meyniel (Université Paris Ouest-Nanterre la Défense) : David ou l'adultère d'Antoine de Monchrétien: roi d'Israël « ça ne donne pas le droit au bonheur »

14h30 : François Dupuigrenet Desroussilles (Université de la Suisse italienne / Florida State University) : Henri VIII souverain biblique : le dossier français (16e-17e siècles)

15h00 : Gilles Bertheau (CESR, Tours) : Jacques VI/Ier et David: l'exemplarité en question

16h15 : Michel Senellart (ENS de Lyon) : Figures du bon gouvernement dans la Biblische Policey (1653) de D. Reinkingk

Lieux

  • Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance
    Tours, France

Dates

  • mardi 24 janvier 2012

Fichiers attachés

Source de l'information

  • Paul-Alexis Mellet
    courriel : paul-alexis [dot] mellet [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Juges et rois d'Israël dans la pensée politique et religieuse de l'Europe, XIVe-XVIIe siècle », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 02 janvier 2012, http://calenda.org/206640