AccueilLes chercheurs en campagne

Les chercheurs en campagne

Researchers in the countryside

*  *  *

Publié le jeudi 05 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Dans un contexte où « la » politique tend à prendre le dessus sur « le » politique, les sociologues et autres chercheurs en sciences sociales ont pour rôle de promouvoir la réflexion collective à propos des transformations récentes de la société française. Ce colloque propose de prendre pour objet les réformes politiques menées depuis 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en adoptant un regard scientifique sur les actions entreprises par son gouvernement. Cet appel à communication est ouvert à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales, aux professionnels et praticiens de tous secteurs ; Une place dominante sera consacrée aux jeunes chercheurs parmi les intervenants.

Annonce

Colloque Interdisciplinaire « Les chercheurs en campagne »

  • Date: Jeudi 5 Avril 2012
  • Lieu : Université Bordeaux Segalen ( Bordeaux 2)
  • Organisateur: Vocation Sociologue
  • Public visé : Chercheurs en sciences humaines, représentants du personnel, acteurs institutionnels, étudiants, mouvements de jeunesse…

Argumentaire

Le début d’année 2012 sera sans aucun doute marqué par une campagne présidentielle où le débat d’idées risque d’être éclipsé par les diverses stratégies de communication des partis politiques. Dans un contexte où « la » politique tend inévitablement à prendre le dessus sur « le » politique, selon la distinction opérée par Marcel Gauchet, il nous semble que le rôle des sociologues et des autres chercheurs en sciences sociales est au contraire de promouvoir la réflexion collective à propos des transformations récentes de la société française. Pour cela, ce colloque propose de mener un échange et d’instaurer un espace de débat autour des réformes politiques menées depuis 2007 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, en adoptant un regard scientifique sur les actions entreprises par son gouvernement. En effet, qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, de nombreuses réformes ont été entreprises depuis 2007 dans des secteurs fondamentaux et structurants de la société française ; à titre d’exemples, on peut citer les réformes des retraites, de la carte judiciaire, de la formation des enseignants, des conditions d’accueil des immigrants, des collectivités territoriales, des formes d’assistance sociale, ou encore celles des universités.

Cet ensemble de mesures volontaristes montre bien que la société française connaît des changements structurels majeurs depuis 2007, qui transforment aussi bien ses institutions fondatrices que les représentations associées à des catégories d’individus qui la composent. C’est de cette transformation sociale (supposée) et de ses effets sur la société (tout aussi supposés) dont nous voudrions débattre dans ce colloque. De plus, il s’agit également de questionner la manière dont la recherche en sciences sociales est en mesure d’en rendre compte et d’en tirer des analyses « à chaud » de la manière la plus froide possible. Aussi, nous veillerons à ce que les communications retenues soient fondées sur une méthodologie sérieuse et rigoureuse, de façon à garantir la scientificité des travaux présentés.

Nous privilégierons pour ce colloque trois axes de réflexion :

Un axe d’étude de cas :

Il s’agira ici de présenter un cas précis d’une réforme menée depuis 2007, en présentant la manière dont le débat sur cette question s’est imposé sur la scène publique pour se transformer par la suite en objet politique menant à une réforme. Il sera ensuite demandé aux communicants de décrire les effets de cette réforme au niveau d’une organisation ou d’une institution, ou bien au niveau de la population à laquelle elle est destinée. Nous valoriserons les communications détaillant précisément la méthodologie employée pour obtenir les données servant à l’analyse, ainsi que celles s’inscrivant dans une perspective longitudinale afin de replacer la réforme étudiée dans l’histoire sociale de l’objet auquel elle s’applique.

Un axe de récits d’expérience :

Nous faisons l’hypothèse que beaucoup de chercheurs ayant débuté une étude sur un objet donné se sont vus contraints de modifier leur cadre d’étude ou la manière d’appréhender leur terrain suite à l’application d’une réforme. Nous pensons qu’il est dès lors essentiel de nous interroger sur la manière dont les réformes politiques contribuent à redéfinir, réorienter ou plus radicalement à mettre fin à certaines parties de nos investigations. Nous attendons donc ici des communicants qu’ils partagent leur expérience de recherche en mettant en avant la manière dont un changement politique a pu modifié leur enquête, et ce sous divers aspects : un champ d’étude qui disparaît ou apparaît suite à une loi, une population d’étude qui devient particulièrement sensible et réfractaire suite à une réforme qu’elle juge stigmatisante, un engagement militant ou politique de la part du chercheur dans son domaine de recherche, etc. Autant de récits qui, en même temps qu’ils permettront de prendre connaissance d’une réforme, permettront d’interroger le lien entre l’espace de la politique et l’espace de la recherche.

Un axe de comparaison européenne et internationale :

Il serait naïf de penser que les réformes menées dans notre pays se déroulent en vase clos, sans tenir compte de la situation européenne et internationale. Au contraire, la plupart des reformes menées depuis 2007 ont eu pour justification une adaptation aux réglementations européennes, ou un ajustement à des modèles sociaux ou économiques jugés particulièrement performants dans un domaine particulier. Deux types d’apports pourront ici être développés : d’abord, il pourra s’agir de présenter les outils de comparaison qui permettent actuellement au gouvernement français de mesurer la performance du système français sur tel ou tel objet social. On pourra alors présenter la façon dont ces outils sont construits, et la manière dont ils ont été mobilisés (ou instrumentalisés) pour penser telle ou telle réforme. Ensuite, les communicants pourront proposer l’étude d’une réforme menée sur un secteur donné (santé, justice, etc.) en comparant la manière dont cette question a été traitée en France et dans un ou plusieurs autres pays. Il s’agira alors d’analyser si les réformes en question ont été entreprises selon un cadre de références commun (réglementations européenne, évaluations internationales…), et si au final leur application témoigne de l’affirmation de particularités nationales et/ou au contraire d’une homogénéisation supranationale. 

Modalités pour répondre à l’Appel à communication

Cet appel à communication est ouvert à l’ensemble des chercheurs en sciences sociales, aux professionnels et praticiens de tous secteurs ; en tant que doctorants, nous chercherons dans ce colloque à promouvoir les travaux en devenir de nos jeunes (ou moins jeunes) collègues en leur consacrant une place dominante parmi les intervenants.  

Un résumé de 4000 à 5000 signes (espaces inclus) aux organisateurs, comprenant le titre de la communication, l'affiliation institutionnelle, et la fonction (doctorant, post-doctorant, chercheur…).

Le résumé devra mentionner notamment l’approche théorique et la méthode utilisée. Les propositions sont à envoyer à l’une des adresses suivante :

  • pierrevendassi(at)yahoo(point)fr
  • b.gesson(at)hotmail(point)fr

Avant le 31 janvier 2012

Calendrier :

  • Date limite de réception des communications : 31 janvier 2012
  • Réponse du Comité scientifique aux auteurs : 6 Février 2012
  • Envoi définitif des articles: 26 mars 2012
  • Date du colloque: jeudi 5 Avril 2012

Comité Scientifique :

  • Olivier Cousin, Professeur de sociologie à l’université Bordeaux Segalen, Chercheur au Centre Emile Durkheim(UMR CNRS 5116), Chercheur associé au CADIS (UMR 8039),  EHESS/Paris
  • François Dubet, Professeur de sociologie à l’Université Bordeaux Segalen, Directeur d’études à l’EHESS/Paris, Chercheur au Centre Emile Durkheim, Chercheur associé au CADIS
  • Eric Macé, Professeur de sociologie à l’Université Bordeaux Segalen, Directeur adjoint du Centre Emile-Durkheim
  • Johana Contreras, Doctorant au Centre Emile Durkheim
  • Benjamin Gesson, Doctorant au Centre Emile Durkheim
  • Yamina Mezziani, Doctorante au centre Emile Durkheim
  • Chloé Renaud, Doctorante au centre Emile Durkheim
  • Ozden Turhan, Doctorante au Centre Emile Durkheim
  • Pierre Vendassi, Doctorant au Centre Emile Durkheim

Lieux

  • Bordeaux, France

Dates

  • mardi 31 janvier 2012

Mots-clés

  • Sociologie, sciences sociales, élections, réformes, politique, évaluation des politiques publiques, quinquénat

Contacts

  • Vocation Sociologue
    courriel : vocationsociologue [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Vocation Sociologue
    courriel : vocationsociologue [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les chercheurs en campagne », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 05 janvier 2012, http://calenda.org/206700