AccueilÉcrire la maladie

Écrire la maladie

Writing illness

*  *  *

Publié le mardi 10 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

En collaboration avec la Faculté des lettres de l'Université catholique de Lyon. La maladie instaure une rupture dans le cours ordinaire de la vie et introduit l’homme dans une dimension inédite de son existence : celle du périssable, de l’éphémère. Ainsi, la maladie nous parle toujours de la finitude, de notre mort. Les intervenants de cette journée exploreront, à travers différents textes littéraires, ces enjeux existentiels de l’écriture de la maladie.

Annonce

Présentation

S’intéresser aux représentations de la maladie dans la littérature, bien loin de l’impératif de nommer, c’est porter l’attention sur ce que la maladie représente de la condition humaine.
Comment écrire la maladie ? Si l’écriture apparaît souvent comme un moyen de juguler la crise, d’où le recours fréquent à des ateliers d’écriture dans les hôpitaux, elle n’est cependant pas seulement de l’ordre de l’exercice de distanciation. Car la littérature nous montre qu’il n’est pas nécessaire d’être malade pour comprendre la maladie.

Au-delà de l’approche descriptive de l’expérience du malade, l’écriture de ce véritable dépaysement de l’existence devient un lieu de mise en sens et de partage possible de notre condition.

Programme

Matinée : Ecrire la maladie comme écriture de soi

9h30-10h. Introduction (Dominique Vinay, faculté des lettres – Laurent Denizeau, CIE)

10h-10h45. Aude Volpilhac (Docteur et agrégée de Lettres modernes) : « Ecrire la maladie. Les Essais de Montaigne ».

10h45-11h. Pause.

11h-11h45. Marie-Hélène Robert (Docteur en théologie et agrégée de Lettres modernes) : « Une mort très douce de Simone de Beauvoir ».

11h45-12h30. Françoise Blaise-Kopp (Psychologue clinicienne) : « La maladie de Sachs de Martin Winckler »

12h30-14h30. Déjeuner.

Après-midi : L’écriture de la maladie comme lieu d’humanisation

14h30-15h15. Dominique Vinay (Docteur ès lettres): « La mort d’Ivan Illitch de Tolstoï ».

15h15-16h. Xavier Rockenstrocly (Docteur et agrégé de Lettres modernes): « Donner vie à sa maladie mortelle : La vie sauve de Lydie Violet et Marie Desplechin »

16h-16h15. Pause.

16h15-17h. Christian Uwe (sémioticien, doctorant de l’Université Lumière Lyon 2) : « Souffrance, folie et histoire dans La Case du commandeur d’Edouard Glissant »

17h-17h30. Débat conclusif.

Débats animés par Laurent Denizeau (Docteur en sociologie et anthropologie)

Lieux

  • 25 rue du Plat (Université Catholique de Lyon)
    Lyon, France

Dates

  • jeudi 26 janvier 2012

Mots-clés

  • Ecrire la maladie, anthropologie, lettre modernes, sémiotique, théologie,condition humaine, université catholique de Lyon

Contacts

  • Claire Col
    courriel : cie [at] univ-catholyon [dot] fr

Source de l'information

  • Emeline Ronget
    courriel : comphilo [at] univ-catholyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écrire la maladie », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 10 janvier 2012, http://calenda.org/206759