AccueilL'amour au château

L'amour au château

Love in the château

Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord 28, 29 et 30 septembre 2012

Archaeology and history conference in Périgord 28, 29 and 30 September 2012

*  *  *

Publié le mercredi 01 février 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Les XXe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord se tiendront à Périgueux les 28, 29 et 30 septembre 2012. À cette occasion, les organisateurs ont retenu le thème de l’amour au château. À la multiplicité des formes de châteaux déclinées dans les dernières rencontres répond ici la richesse des formes et des expressions de l’amour. Pour la seule période moderne, les publications récentes d’Agnès Walch , de Benoît Garnot et de Maurice Daumas révèlent les nombreuses facettes de cette « passion de l’âme qui », selon Furetière dans son Dictionnaire (1690), « nous fait aimer quelque personne ou quelque chose ». Associer ce « sentiment par lequel le cœur se porte vers ce qui paraît aimable, et en désire la possession » avec le château conduit à envisager ce dernier comme moteur, résultat, décor vécu ou représenté de la relation amoureuse.

Annonce

Argumentaire

Les XXe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord se tiendront à Périgueux les 28, 29 et 30 septembre 2012. À cette occasion, les organisateurs ont retenu le thème de l’Amour au château. À la multiplicité des formes de châteaux déclinées dans les dernières Rencontres  répond ici la richesse des formes et des expressions de l’amour. Pour la seule période moderne, les publications récentes d’Agnès Walch , de Benoît Garnot  et de Maurice Daumas  révèlent les nombreuses facettes de cette « passion de l’âme qui », selon Furetière dans son Dictionnaire (1690), « nous fait aimer quelque personne ou quelque chose ». Associer ce « sentiment par lequel le cœur se porte vers ce qui paraît aimable, et en désire la possession »  avec le château conduit à envisager ce dernier comme moteur, résultat, décor vécu ou représenté de la relation amoureuse.

Cette nouvelle déclinaison châtelaine entend répondre aux principes de transversalité des périodes et de pluridisciplinarité (histoire, archéologie, littérature, histoire de l’art, sociologie) qui ont concouru à l’élaboration des précédentes Rencontres. Quatre pistes sont proposées afin de baliser au mieux la réflexion des participants.

1- L’amour bâtisseur, aménageur, destructeur.

Il s’agit de s’interroger tout d’abord sur le rôle moteur que l’amour a pu jouer dans la construction, la rénovation, mais aussi les transformations architecturales des châteaux à travers les âges. La concrétisation d’un élan bâtisseur qui, selon les circonstances, les époques et les espaces géographiques a pu prendre des formes variées (dons, cadeaux, récompenses, faveurs…) rend nécessaire des études de cas à portée exemplaire ou des synthèses. De même, des situations de tension allant de l’amour passion, aux désamours, ruptures, défaveurs et séparations sans oublier les deuils, sont à explorer en rapport au sort des châteaux, aux crises qu’ils ont pu connaître avec pour aboutissement extrême le déclin, l’abandon, voire la destruction volontaire.

2- Le château, cadre des amours.

Cette deuxième déclinaison est consacrée aux divers aspects, matériels ou non, qui facilitent dans un château l’épanouissement des relations amoureuses, la conclusion et la célébration d’unions, la formation de couples légitimes ou non. Des aménagements intérieurs (plans, décors, mobiliers…) de lieux de vie et de passions, pouvant inclure la constitution d’espaces exclusivement féminins, servent de cadre à l’expression des sentiments et de formes diverses de sexualité. Ils ont pu permettre la cohabitation entre épouses et maîtresses – y compris les favorites –, entre enfants légitimes et bâtards, sans oublier la présence de personnes vouées au célibat, qu’elles aient ou non choisi cette solitude au sein de microsociétés châtelaines. Aujourd’hui encore, les châteaux s’ouvrent au public comme cadres des mariages (banquets et nuit de noces), mais aussi des amours clandestines. Au sein de ce thème, une large place doit être faite aux représentations des décors des amours au château où littérature, arts et cinéma, ont la part belle.

3- Les formes d’amour au château.

Des cours d’amours médiévales aux sites de rencontre conduisant à des rendez-vous au château en passant par le libertinage du XVIIIe siècle, le château est par excellence lieu d’expression de multiples formes de relations amoureuses : passion amoureuse, relation homosexuelle ou hétérosexuelle, amour conjugal et stratégies matrimoniales, amour adultère, amour ancillaire, rapports sexuels contraints (incestes, viols). Lieux clos souvent isolés, ils sont refuge mais aussi lieux de tensions et d’enfermement, de dérives et de dérapages, de trahisons, de crimes passionnels, scandales de mœurs, libertinages, « parties fines », amours tarifés…

4- Les fruits de l’amour au château.

Ces relations amoureuses ont eu des incidences sur la démographie châtelaine. Ainsi, l’évolution des lignages, les choix de stratégies familiales et matrimoniales pour éviter leur extinction et les risques de déshérence, les choix de nouvelles unions après des ruptures entérinées ou non par l’Église, ainsi que la place des fruits des amours clandestines et/ou défendues, et leurs drames personnels (bâtards, enfants abandonnés, infanticides…) sont, dans leur rapport au château, des objets possible d’analyse, que ce soit sous forme d’étude de cas ou de synthèse. Sont également à envisager les destins individuels de châtelain(e)s qui ont pu trouver, dans l’écriture intime ou le retrait du monde, dans l’amour divin ou dans l’amour du prochain ou bien encore dans d’autres formes d’engagements, des palliatifs à leurs échecs amoureux.

Modalités de participation

Les propositions de communications (environ 1000 signes) doivent rentrer obligatoirement dans l’un ou l’autre de ces axes et seront examinées par le comité scientifique.

Elles doivent être adressées à Dominique Picco : dominique.picco@u-bordeaux3.fr, Maître de conférences en histoire moderne, université Bordeaux3, Secrétaire des Rencontres d'archéologie et d'histoire en Périgord,

au plus tard le 15 février 2012

Comité scientifique des Rencontres

Anne Marie Cocula, présidente; Roger Baury, André Bazzana, Frédéric Boutoulle, Claude-Isabelle Brelot, Patrick Clarke de Dromentin, Joelle Chevé, Michel Combet, Jean-Marie Constant, Annie Dom, Robert Herin, Bernard Lachaise,  Philippe Loupès, Christine Mazzoli-Guintard, Dominique Picco, Josette Pontet, Mathilde Regeard. 

Lieux

  • Périgueux, France

Dates

  • mercredi 15 février 2012

Mots-clés

  • Château, archéologie, histoire, amour, couple, représentions

Contacts

  • Dominique Picco
    courriel : dominique [dot] picco [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

Source de l'information

  • Dominique Picco
    courriel : dominique [dot] picco [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'amour au château », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 01 février 2012, http://calenda.org/206818