AccueilCinquante ans après l'indépendance algérienne : bilans et perspectives

Cinquante ans après l'indépendance algérienne : bilans et perspectives

Fifty years after Algerian independence: assessments and perspectives

*  *  *

Publié le lundi 16 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

La revue en ligne Dynamiques internationales lance, pour son septième numéro, un appel à contribution portant sur l'Algérie à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance. Dynamiques internationales propose de revenir d’une manière critique sur ces cinq décennies et, surtout, d’interroger les perspectives d’évolutions politiques, économiques, sociales et géopolitiques de l’Algérie.

Annonce

50 ans après l’indépendance algérienne : bilans et perspectives, www.dynamiques-internationales.com

Argumentaire

Le 5 juillet 1962 l’Algérie obtenait son indépendance après sept années de guerre marquées par la violences des affrontements au sein du mouvement nationale comme entre l'armée françaises et les troupes de l'ALN, sans oublier le terrorisme de l'OAS. Trente ans plus tard, en janvier 1992, le haut commandement de l’armée algérienne annulait le second tour des premières élections législatives libres, qui aurait vu triompher le Front Islamique du Salut (FIS), parti islamiste de masse particulièrement hétérogène dans sa composition. Suivirent une dizaine d’années d’un conflit armé interne d’une rare violence qui perdure encore aujourd’hui, et qui s’est régionalisé sous la bannière d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).

En 2012, l’Algérie s’apprête à célébrer le cinquantenaire de son indépendance dans un contexte où coexistent violence terroriste, émigration irrégulière des algérien(ne)s, cloisonnement de l’espace public et des médias, bouleversements politiques régionaux, accroissement des inégalités, développement du commerce informel, problèmes de logements et d’infrastructures, corruption, recomposition des alliances politiques, persistance de l’arbitraire, réserves de change record, incertitudes sur l’état du pouvoir, baisse de la production pétrolière, reprise à la hausse des importations... En reprenant ces thèmes généraux dans son septième numéro, Dynamiques internationales propose de revenir d’une manière critique sur ces cinq décennies et, surtout, d’interroger les perspectives d’évolutions politiques, économiques, sociales et géopolitiques de l’Algérie.

En 2010, la Gendarmerie nationale a comptabilisé plus de 10 000 sit-in, émeutes ou manifestations dans l’ensemble du pays. Si les émeutes de janvier 2011 ont redonné du souffle à la société civile algérienne, elles n’ont pas donné lieu à la naissance d’un mouvement durable de revendications démocratiques car les mois qui suivirent ont été marqué par des demandes sociales tous azimuts. Cela est notamment lié au caractère rentier de l’Etat algérien qui dispose, en 2012, de près de 180 milliards de dollars de réserves de changes. L’Etat a donc satisfait a toutes les revendications sectorielles, allant parfois jusqu’à doubler les rémunérations des travailleurs en grève, et s’est lancé dans un processus de réformes n’ayant convaincu ni l’opposition, ni la population, ni les observateurs. Cependant, c’est bien cette rente de l’exportation des hydrocarbures qui est cœur de l’autoritarisme algérien, de la corruption et du faible niveau de gouvernance des ressources publiques comme l’ont montré les travaux de Mohamed Hachemaoui et Luis Martinez. Or, depuis quelques années, la production pétrolière est en baisse et les investissements étrangers sont freinés par un cadre législatif jugé à la fois instable et trop contraignant à la suite des réformes économiques de 2009.

Mais, surtout, ce sont les relations internationales de l’Algérie qui font aujourd’hui face à de nombreux défis autour de sa politique régionale et de la lutte anti-terroriste. D’une part, les atermoiements de la diplomatie algérienne vis-à-vis du conflit libyen, accentuées par les soupçons de soutien à Kadhafi, ont entamé un isolement progressif du pays dans une région où il exerçait jusque-là une hégémonie incontestable. C’est bien pourquoi Alger tente aujourd’hui de relancer l’Union du Maghreb Arabe et de normaliser les relations algéro-marocaines plombées par la question sahraouie, toujours irrésolue. D’autre part, malgré un soutien américain et européen, l’Algérie s’est également retrouvée marginalisée au sein de la Ligue arabe et s’est aliénée l’appui du Qatar, très impliqué dans les révoltes arabes. Enfin, son rôle stratégique dans la lutte contre le terrorisme dans l’aire saharo-sahélienne se heurte aux critiques de ses partenaires régionaux sur son manque d’implication au-delà de ses frontières et sur son refus de voir le Royaume chérifien associé au partenariat anti-terroriste transsaharien (TSCTP).

Non-exhaustifs et hors de tous propos normatifs, les axes retenus par Dynamiques internationales pour traiter de l’Algérie contemporaine sont les suivants :

La politique du régime algérien :

Quelles ont été les évolutions du régime algérien depuis l’indépendance ? La place et le rôle de l’armée et des services de sécurité ont-ils été toujours identique entre la présidence de Ben Bella, le règne de Boumediene, la période de Chadli (qui s’est conclu par les émeutes de 1988) et l’avènement de Bouteflika qui concluait la parenthèse militaire des années 1990 ? La mouvance islamiste, en proie a des divisions, peut-elle jouer le même rôle que chez ses voisins tunisien et marocain ? Que reste-t-il, d’ailleurs, du FIS ? Le terrorisme en Algérie est-il vraiment « résiduel » ? Onze ans après le Printemps noir, où en est la question berbère ? Sur quelles alliances politiques et sociales se fait et se défait la cohésion du régime algérien ?

Economie politique internationale de l’Algérie :

Quels rôles ont joué les hydrocarbures dans la politique algérienne avant et depuis les nationalisations de 1971 ? Dans quelle mesure les nationalisations ont été une vitrine du régime durant la période socialiste ? Aujourd’hui, quel est l’état de l’exploration, de l’exploitation et l’exportation des hydrocarbures algériens ? Existe-t-il une véritable politique énergétique en Algérie alors que les énergies renouvelables tendent à se développer ? Combien de temps peut survivre une économie algérienne qui importe annuellement pour 40 milliards de dollars de biens de consommation et d’équipements ? Comment remédier à la dépendance algérienne aux hydrocarbures ?

Politique extérieure de l’Algérie :

Quelle est la postérité des premiers succès de la diplomatie algérienne au sein du Mouvement des Non-Alignés ? Le tiers-mondisme et l’anti-impérialisme constituent-ils encore des piliers de la diplomatie algérienne au-delà des discours ? Quels sont les déterminants de la politique étrangère de l’Algérie ? Comment s’est traduit l’isolement international lié à la guerre civile des années 1990 ? Que peuvent faire la justice internationale et la compétence universelle de certaines juridictions nationales sur le dossier algérien ?  Pourquoi la politique anti-terroriste de l’Algérie au Sahel suscite autant de méfiance ? Que représente l’AQMI ? Les relations algéro-marocaines peuvent-elles dépasser le différend du Sahara occidental ? Où en est la relation entre l’Algérie et ses/les touaregs ? Les relations avec les Etats-Unis et les pays européens reposent-elles sur la réciprocité ou sur les simples atouts stratégiques de l’Algérie ? L’Algérie ne dispose-t-elle pas d’une rente « sécuritaire » dans sa lutte contre le terrorisme et d’une rente « migratoire » dans ses relations avec l’Union européenne qui viennent s’ajouter à sa rente pétrolière et gazière ?

Modalités de soumission

Les propositions de contributions sont à déposer via l’interface dédiée sur le site de Dynamiques internationales : www.dynamiques-internationales.com

avant le 15 février 2012.

  • Réponse aux auteurs : 27 février 2012.
  • Réception des articles : 1er mai 2012.
  • Publication prévue à l’été 2012.

Pour plus d’informations, contactez le coordinateur du numéro : salim.chena@redac-dynamiques.com

Comité scintifique de la revue : http://www.dynamiques-internationales.com/lequipe/comite-scientifique/

Dates

  • mercredi 15 février 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Algérie, politique, rélations internationales, émeutes, mouvements sociaux, terrorisme, pétrole, gaz, énergie, rente, réformes, migrations, autoritarisme, armée

Contacts

  • Salim Chena
    courriel : salim [dot] chena [at] redac-dynamiques [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Salim Chena
    courriel : salim [dot] chena [at] redac-dynamiques [dot] com

Pour citer cette annonce

« Cinquante ans après l'indépendance algérienne : bilans et perspectives », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 16 janvier 2012, http://calenda.org/206881