AccueilCulture matérielle des espaces fermés

Culture matérielle des espaces fermés

The material culture of closed spaces

*  *  *

Publié le mercredi 18 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

L'intérêt pour les espaces fermés était consubstantiel d'un certain renouveau critique des sciences humaines à partir des années 1960 : il suffit de renvoyer aux œuvres d'Erving Goffman et de Michel Foucault. Depuis une dizaine d'années, le « spatial turn » a donné une nouvelle impulsion à une prise en compte de l'espace comme forme de socialisation. Ces approches qui ont observé les cadres institutionnels des asiles et prisons se sont focalisées sur les acteurs et les dynamiques sociales. Tout en nous inscrivant dans cette lignée, nous proposons de décaler le regard en nous interrogeant sur les cultures matérielles des huis clos.

Annonce

Culture matérielle des espaces fermés

argumentaire

L'intérêt pour les espaces fermés était consubstantiel d'un certain renouveau critique des sciences humaines à partir des années 1960  : il suffit de renvoyer aux œuvres d'Erving Goffman et de Michel Foucault. Depuis une dizaine d'années, le spatial turn a donné une nouvelle impulsion à une prise en compte de l'espace comme forme de socialisation. Ces approches qui ont observé les cadres institutionnels des asiles et prisons se sont focalisées sur les acteurs et les dynamiques sociales. Tout en nous inscrivant dans cette lignée, nous proposons de décaler le regard en nous interrogeant sur les cultures matérielles des huis clos.
Que ce soit la prison, le couvent, l’internat, la maison de repos, l'hôpital (psychiatrique) ou le camp, la culture matérielle de ces lieux reste largement sous-étudiée. Or, les objets configurent l'expérience des espaces fermés aussi bien pour ceux qui peuvent les quitter que pour ceux qui y sont enfermés. Ils permettent une classification fine des différentes populations qui font ces lieux : Comment le personnel travaillant dans les espaces fermés s’approprie-t-il ces lieux de travail ? Comment les reclus s’arrangent-ils à leur tour avec ce cadre matériel, qui entre autres, empêche l'intimité de rituels quotidiens par des lieux ouverts au regard des autres. Comment ces deux groupes d’acteurs interprètent, confirment, contestent, transforment leur réalité vécue ?
Ces espaces souvent pensés comme hermétiquement clos s’ouvrent en permanence sur l’extérieur : notamment l’entretien des bâtiments et de l’infrastructure demande l’intervention de personnes de prime abord étrangères à ces espaces. Mais ce sont aussi des objets (lettres, cigarettes, peignes…) qui rendent ces espaces fermés poreux. Les personnes utilisent les outils pour vivre l’espace et gérer le temps. Ce sont les objets matériels qui donnent le cadre de la construction sociale de l'espace. Ils façonnent les possibilités d’agir de ces acteurs.
S’intéresser à la biographie d'un objet – de l'objet imaginé vers l'objet fabriqué et l'objet agissant - permet de repenser l’espace. Sa matérialité ouvre mais limite également les marges de manœuvre des acteurs. Les objets de travail (instruments médicaux, armes, menottes...) mais également l'infrastructure (toilettes, tables, lits...) doivent être compris dans leur interdépendance avec les acteurs. Nous souhaiterions amener le regard sur les techniques et ruses quotidiennes pour manœuvrer cette panoplie d’objets. Ce sont les objets peu spectaculaires et les rituels quotidiens qui nous intéressent. L'interaction entre acteur et la matérialité des objets produit des moments de cristallisation où les enjeux de pouvoir se concrétisent et où nous pouvons scruter la base matérielle et corporelle des expériences et pratiques humaines.

Participation

Cet atelier qui s'adresse aux chercheurs en sciences humaines espère réunir deux courants méthodologiques: d'un côté l'intérêt pour l'analyse des pratiques sociales au niveau micro et une attention particulière aux différents sens que les acteurs confèrent à leurs expériences et d'un autre côté l'attention aux objets en leur attribuant une certaine agency, approche défendue par un courant venant des Science Studies.
L'atelier aura lieu du 11 au 12 octobre 2011 à l’Université du Luxembourg.
Les propositions de communication (1 page) ainsi qu’un cv succinct sont à envoyer à l’adresse suivante : culturematerielle@yahoo.com

pour le 1er mars 2012

La langue de travail sera l’anglais.
Les organisateurs sélectionneront les propositions
  • Elissa Mailänder (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales/CIERA Paris)
  • Benoît Majerus (University of Luxembourg)

Catégories

Lieux

  • Luxembourg
    Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg

Dates

  • jeudi 01 mars 2012

Contacts

  • Benoît Majerus
    courriel : benoit [dot] majerus [at] uni [dot] lu

Source de l'information

  • Benoît Majerus
    courriel : benoit [dot] majerus [at] uni [dot] lu

Pour citer cette annonce

« Culture matérielle des espaces fermés », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 18 janvier 2012, http://calenda.org/206925