AccueilLa contingence – hasard, chance, événement

La contingence – hasard, chance, événement

Contingency – Chance, Luck, Haphazardness

XVIIIe colloque philosophique international d’Évian

18th International Philosophy Colloquium Evian

*  *  *

Publié le jeudi 26 janvier 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Est contingent ce qui pourrait être autrement ou ne pas être du tout, autrement dit ce qui n'est ni nécessaire ni impossible. Le contingent est le champ de ce qui n'est complètement déterminé ni par des principes logiques ou métaphysiques, ni par le destin ou la providence divine : le champ de ce qui est modifié et modifiable, c'est-à-dire le champ de l'action humaine. Comme cette action a lieu dans le royaume du contingent, toute réflexion sur soi d'ordre pratique est confrontée à la contingence comme à un problème constitutif : raison pratique, planification rationnelle et décision libre sont liées à la contingence incontrôlable du hasard, de la chance et de l'événement. Quelle est la signification de la contingence pour l'autocompréhension de l'homme dans ses pratiques rationnelles ?

Annonce

Evian-les-bains, France, 15-21 juillet 2012

Argument

Est contingent ce qui pourrait être autrement ou ne pas être du tout, autrement dit ce qui n'est ni nécessaire ni impossible. Le contingent est le champ de ce qui n'est complètement déterminé ni par des principes logiques ou métaphysiques, ni par le destin ou la providence divine : le champ de ce qui est modifié et modifiable, c'est-à-dire le champ de l'action humaine. Comme cette action a lieu dans le royaume du contingent, toute réflexion sur soi d'ordre pratique est confrontée à la contingence comme à un problème constitutif : raison pratique, planification rationnelle et décision libre sont liées à la contingence incontrôlable du hasard, de la chance et de l'événement. Du hasard, parce que les suites de l'action ne peuvent être prévues ou expliquées complètement en raison des effets incalculables de causes adventices accidentelles ; de la chance, parce que souvent la réalisation de buts intentionnels ne peut s'effectuer sans le concours du monde, sans la coïncidence hasardeuse de faits extérieurs opérants derrière le dos de la conscience agissante ; de l'événement, parce que la vie bonne elle-même, encadrée par les événements fondateurs de la naissance et de la mort, doit toujours compter avec ce qui, grand ou petit, nous tombe du ciel, si bien qu'on a besoin, au défi de notre idéal de vertu et de justice, d'avoir de l'heur pour le bonheur.

La tension qui existe entre la contingence et la raison a été déterminée de diverses manières dans l'histoire de la philosophie. De Platon au premier Wittgenstein en passant par Leibniz, un courant considère la contingence comme une perturbation qui mine l'exigence de rationalité et d'ordre et doit donc être écartée. A ce mouvement participe ex negativo le discours critique de la raison qui, avec Nietzsche, Lyotard ou Rorty, admet l'hypothèse que la contingence sape théoriquement et pratiquement toutes les prétentions fondatrices de la raison. Mais dès Aristote commence une tradition alternative – dans laquelle s'inscrivent entre autres Hegel et Derrida – qui conçoit la contingence comme la base permettant le surgissement aussi bien du neuf que de la liberté humaine.

De nombreux débats dans les divers champs de la philosophie sont consacrés à la question de la contingence et la déploient autour des pôles suivants : dans l'approche philosophique de l'histoire (Vico, Dilthey, Foucault), la reconnaissance de la contingence discrédite le recours à la nécessité de l'ordre social et du développement historique (qu'il soit pensé comme progrès ou comme déclin) ; en philosophie politique, la contingence de l'ordre social et politique a même été comprise (Laclau/Mouffe, Lefort, Rancière) comme condition de possibilité de la démocratie. La philosophie de la culture et l'anthropologie philosophique (Gehlen, Plessner) ont envisagé les institutions, les religions, les traditions et la culture comme des formes et des pratiques visant la maîtrise et le travail de la contingence. En éthique (Williams, Nagel), la contingence émerge sous la forme du « moral luck », des dilemmes moraux et des « mains sales » et aussi à travers la question de savoir dans quelle mesure la justice nous ordonne de trouver une compensation aux suites du hasard aveugle, de la chance et des événements qui affectent les hommes (Rawls, Cohen, Dworkin). La philosophie de la connaissance débat des répercussions de l'« epistemic luck » sur notre statut de sujets du savoir (Sosa, Greco, Pritchard). La philosophie de l'existence (Kierkegaard, Heidegger, Sartre) a fait du rapport du sujet à la contingence de son être propre (« jeté dans le monde ») le mode fondamental de l'existence humaine.

Quelle est la signification de la contingence pour l'autocompréhension de l'homme dans ses pratiques rationnelles ? Le 18e Colloque international d'Evian invite des philosophes au bord du lac de Genève pour discuter de la contingence dans tout l'éventail de ses tensions et de ses problèmes. Il s'adresse à des philosophes souhaitant prendre part à des débats au-delà de toutes les frontières d'écoles. C'est un lieu où la coupure entre philosophie continentale et philosophie analytique est dépassée et devient différence productive.

Participation

Pour participer au colloque, une compréhension au moins passive du français, de l'allemand et de l'anglais est indispensable.

Nous attendons des propositions de communication comportant un bref exposé du projet (une page maximum) et un CV académique (au plus deux pages). Écrire à l'adresse suivante : evian@philosophie.fu-berlin.de

Dernier délai : 15 mars 2012. 

On trouvera une présentation détaillée du thème, du caractère et de l'histoire du colloque ainsi que tous les renseignements concernant l'organisation sur notre page web:
http://www.geisteswissenschaften.fu-berlin.de/eviancolloquium

Organisation :

Georg W. Bertram (Berlin), Robin Celikates (Amsterdam), David Lauer (Berlin)
En coopération avec Karin de Boer (Leuven), Karen Feldman (Berkeley), Jo-Jo Koo (Montreal), Christophe Laudou (Madrid), Jérôme Lèbre (Paris), Diane Perpich (Clemson), Hans Bernhard Schmid (Wien), Chris Doude van Troostvijk (Strasbourg)

Lieux

  • 20 avenue de Noailles (Centre Jean Foa)
    Évian-les-Bains, France

Dates

  • jeudi 15 mars 2012

Mots-clés

  • contingence, hasard, chance, événement, action

Contacts

  • Georg Bertram
    courriel : evian [at] philosophie [dot] fu-berlin [dot] de

Source de l'information

  • David Lauer
    courriel : dlauer [at] zedat [dot] fu-berlin [dot] de

Pour citer cette annonce

« La contingence – hasard, chance, événement », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 26 janvier 2012, http://calenda.org/207041