AccueilQu'est-ce qu'une télévision de qualité ?

*  *  *

Publié le mardi 31 janvier 2012 par Claire Ducournau

Résumé

Dès qu’il s’agit de télévision, on parle beaucoup d’audience, comme si la quantification était la seule unité de mesure des programmes. Pourtant, la satisfaction du public n’est pas corrélée aux seuls résultats chiffrés. Comment évaluer un programme de télévision? Qu'est-ce que la qualité? C'est à cette question que ce colloque apportera des réponses.

Annonce

Appel à contributions

Colloque international : de 12 au 14 septembre 2012 à Paris

Organisé par le CEISME (Centre d’Etude sur les Images et les Sons Médiatiques) Sorbonne Nouvelle-Paris3, avec le soutien du Laboratoire d’Excellence ICCA (Industrie Culture et Création Artistique)

Qu’est-ce qu’une télévision de qualité ?

Argumentaire

Dès qu’il s’agit de télévision, on parle beaucoup d’audience, comme si la quantification était la seule unité de mesure des programmes. Pourtant, la satisfaction du public n’est pas corrélée aux seuls résultats chiffrés. Les chaînes le savent bien et, depuis 1975, le service public français tente de mettre au point des « indices » de qualité.

La question de l’évaluation fait aujourd’hui retour dans tous les domaines. Et les évolutions récentes de la fiction l’ont ravivée, aussi bien aux Etats-Unis, où le succès des séries a donné naissance à la notion de « Quality TV », qu’en Amérique du Sud et en Europe, comme l’atteste notamment l’étude Obitel 2011 sur la « calidad de la ficcíon televisiva ». Les réformes des télévisions de service public en France comme au Portugal ont suscité, par ailleurs, de nouvelles réflexions.

Les difficultés surgissent évidemment quand il s’agit de définir les critères à utiliser pour caractériser la qualité d’un programme. D’autant que les producteurs, les diffuseurs, les auteurs, mais aussi les téléspectateurs, n’ont pas forcément les mêmes. Plusieurs pistes sont à explorer :

  • qualité et style : la qualité d’un programme se définit-elle par son exigence stylistique, comme le laissent accroire, par exemple, les jugements portés par les chercheurs et les critiques sur les séries américaines ? Quelle est la place accordée à l’originalité ? du sujet ? du traitement audiovisuel ? Existe-t-il des « formats » de qualité ?
  • qualité et type de programme : le jugement de qualité concerne le plus souvent des émissions de stock, comme les fictions ou les documentaires. Comment définir une émission de flux de qualité ? Comment penser la qualité en fonction des genres ? Qu’est-ce, par exemple, qu’une bonne retransmission de sport ? de spectacle ? Et, plus généralement, qu’appelle-t-on une « bonne » émission ? Quels sont les critères utilisés par les critiques ? Convergent-ils avec ceux des téléspectateurs ?
  • qualité, programmation, chaînes : la qualité est-elle dans les programmes ou dans la programmation ? qu’est-ce qu’une programmation de qualité ? en quoi est-elle liée à l’image (de qualité) d’une chaîne ?
  • qualité et technique : quelle est la part de la technique dans le jugement que l’on peut porter sur un programme ? la transformation des écrans (du plus petit au plus grand) impose-t-elle de nouveaux standards ? Beaucoup d’images, par exemple d’amateurs, ne sont plus aux normes « broadcast » ? Cela conduit-il à un abandon de ces critères ? Que change internet à la façon de regarder la télévision ? Que change le fait de regarder la télévision sur internet ?  • qualité et public : dans certains pays, il semble que la qualité s’évalue en fonction du public touché par une chaîne ou des programmes. Ainsi, TV Brazil comme PBS aux Etats-Unis visent à réunir la diversité en une communauté qui partage des valeurs communes. Comment articuler qualité et lien social ?
  • qualité et audience : comment corréler l’audience et la qualité ? Les programmes de qualité sont-ils condamnés à de petites audiences ou faut-il des cases horaires sans mesure d’audience ?
  • qualité et culture télévisuelle : peut-on imaginer que certaines émissions du passé fassent partie d’un répertoire comme il en existe pour les films ? en quoi la « panthéonisation » de certaines émissions de télévision peut-elle être un gage de qualité ?
  • qualité et éthique : quelle place doit avoir l’évaluation éthique des programmes dans leur diffusion ?

Toutes ces questions, qui ne prétendent pas épuiser les problématiques liées à la qualité, peuvent être abordées de différents points de vue, en confrontant les différents acteurs de la communication télévisuelle. Toutes les méthodes sont bienvenues : historiques, sémiologiques, sociologiques, etc.           

L’originalité de ce colloque sera de faire échanger scientifiques et professionnels, chercheurs confirmés et jeunes chercheurs, sur des objets communs.

Modalités de soumission et de sélection

Les propositions de contributions, d’un maximum de 3000 signes (500 mots) devront être soumises, en français ou en anglais, à l’adresse colloquetvqualite@ceisme.fr,  

pour le 20 février 2012, délai de rigueur.

Chaque proposition sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs des propositions retenues seront informés fin mars 2012.

Langues du colloque : Français, anglais

Comité d’organisation CEISME :

François Jost (Professeur, Sorbonne Nouvelle), Marie-France Chambat-Houillon (Maître de conférence, Sorbonne Nouvelle), Bernard Papin (Maître de conférence, Paris XI), Bruno Henocque (Maître de conférence, Le Havre), Philippe Lavat (CEISME).

Comité scientifique

en cours de constitution.

Lieux

  • Maison de la recherche de Paris 3/INA
    Paris, France

Dates

  • lundi 20 février 2012

Mots-clés

  • télévision, style, public, media, qualité, culture

Contacts

  • François JOST
    courriel : francoisjost [at] ceisme [dot] fr

Source de l'information

  • François JOST
    courriel : francoisjost [at] ceisme [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Qu'est-ce qu'une télévision de qualité ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 31 janvier 2012, http://calenda.org/207095