AccueilMicrohistoire et pratiques historiennes

Microhistoire et pratiques historiennes

Microhistories and Historical Practices

Échelles, acteurs et formes narratives

Scales, Agents et Narrative forms

*  *  *

Publié le vendredi 06 avril 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Cette journée d’études se propose de faire le point sur les études microhistoriennes aujourd’hui, de mesurer leurs principaux apports (essentiellement en France) et leur influence sur notre manière de faire de l’histoire, mais aussi de préciser les limites d’une telle démarche. La journée aura lieu le 11 mai 2012, à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Annonce

Argumentaire

Née en Italie au cours des années 1970 dans des travaux d’histoire moderne, la microhistoire (microstoria) a permis de modifier en profondeur notre manière de faire de l’histoire en offrant une alternative aux approches macrohistoriques, structuralistes et fonctionnalistes. Elle propose aux historiens de réduire l’échelle d’observation, de faire l’histoire « au ras du sol » et de délaisser l’étude des masses ou des classes pour s’intéresser à des groupes plus restreints ou des individus. Cependant, la dimension « micro » n’est-elle pas l’arbre qui cache la forêt ? Certes, la microhistoire propose, avec la réduction de la focale, une méthode d’enquête qui permet à la fois de varier utilement les échelles d’observation et d’obtenir des résultats inédits, propres à enrichir la connaissance d’une société. Mais plus fondamentalement, ce courant multiforme, porté par des personnalités diverses, ne propose-t-il pas de remettre une fois encore en jeu la question de la fabrique de l’histoire ?

Après que l’histoire a dû, avec la naissance des autres sciences sociales, infléchir ses pratiques anciennes et se plier peu ou prou aux procédures du raisonnement expérimental (Penser par cas, Paris, 2005, p. 27-28), et alors que cette démarche trouvait avec l’école des Annales sa meilleure expression dans la prise au sérieux de la fréquence comme preuve, une remise en question de ce modèle s’est fait jour dans différents courants de l’historiographie. La mise en évidence par Carlo Ginzburg de l’utilisation du « paradigme indiciaire » dans la discipline historique aux dépens du « paradigme galiléen » marqua les esprits (« Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », [1979], réédité et retraduit dans Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, 2010). Ne s’agissait-il pas au fond de reprendre une nouvelle fois la question du réel historique, et ce qui lui est lié, celle de la vérité historique ?

On a souvent comparé l’approche microhistorienne et la pensée par cas du droit ou de la psychanalyse dans ses débuts. La production du réel historique, comme celle du savoir historique, ne gagnent-elles pas en effet à redonner sa place à la dimension du vrai grâce à la mise en récit ? Il semble que la microhistoire ait depuis ses débuts, dans le même temps que d’autres démarches historiennes, relevé cet enjeu. La proximité souvent soulignée entre histoire et roman rappelle peut-être ce que la vérité doit à la poésie « mensongère », aux fables, aux légendes, dans leur lutte antique avec la philosophie. Il n’y a peut-être pas de hasard à ce que les premiers travaux de microhistoire, et des plus représentatifs, se soient affrontés à ces pratiques et donc à ces savoirs que sont les batailles nocturnes, l’univers mental d’un meunier ou l’héritage immatériel dans une famille villageoise. Toutes pratiques qui s’affrontaient avec les nouveaux pouvoirs et les nouveaux savoirs dont justement les géomètres des cadastres et des terriers furent parmi les acteurs les plus engagés. Et Carlo Ginzburg de raconter comment il éprouvait à la lecture des procès de sorcellerie autant d’empathie pour les victimes que de proximité intellectuelle avec les juges. Le défi relancé au nom de l’histoire par la microhistoire (un défi dont encore une fois elle n’est pas propriétaire) ne se tient-il pas dans cette tension assumée où la dimension du vrai que le récit impose, et le savoir qui en trace le bord, construisent un réel historique aussi fictif que consistant.

On comprend alors volontiers que ce courant historique ait permis de réhabiliter l'individu ou le groupe restreint (familles, communautés villageoises, quartiers…) en tant qu'acteur, de soutenir que les hommes ne sont pas seulement soumis à des pouvoirs supérieurs, qu'ils ne sont pas des êtres seulement déterminés par des structures biologiques, économiques, sociales et culturelles. Dans la même veine, l’approche microhistorique a entraîné une réflexion sur l’articulation entre normes et pratiques, entre événements et structure : « Il faut partir du sable dans l'engrenage, écrit Carlo Ginzburg. Si on prend les règles pour point de départ, on risque de tomber dans l'illusion qu'elles fonctionnent, et de passer à côté des anomalies. Mais si on part des anomalies, des dysfonctionnements, on trouve aussi les règles, parce qu'elles y sont impliquées ».

Enfin, les deux tendances, qu’à travers les travaux pratiques et théoriques des microhistoriens on dessine aujourd’hui, ne sont-elles pas simplement deux formes d’une même ambition ? La première, qui s’est surtout affirmée après 1979 dans l’article cité de Carlo Ginzburg, postulerait que les objets observés à l’échelle micro échappent à toute généralisation, à l’inverse de la science galiléenne pour qui individuum est ineffabile. La seconde, parfois appelée microhistoire sociale, dont Giovanni Levi est le représentant le plus connu, tenterait de restituer la cohérence d’un univers restreint en faisant varier les angles de vue et les échelles d'observation, mais surtout jugerait nécessaire de restreindre l’unité d’analyse choisie pour étudier la structure sociale qui reste l’horizon d’attente.

Programme

9h30 Accueil

  • 9h45 Didier Lett (Université Denis-Diderot / Paris 7)

Réduire l’échelle d’observation … Pour quoi faire ?
La place de la microhistoire dans les pratiques historiennes

  • 10h15 Julien Loiseau (Université de Montpellier III/IUF)

Histoire du monde et microhistoire.
Réflexions sur le changement d'échelle comme mode opératoire.

10h45 Pause

  • 11h  Nicolas Schapira (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Microhistoire, microphysique du pouvoir.
Les secrétaires particuliers d'ancien régime, un objet pour une histoire relationnelle de l'action politique

  • 11h 30 Jean-Frédéric Schaub (EHESS/Universidade nova de Lisboa)

Le système est le contexte de l’expérience : juristes anciens dans l’enquête historique

12h15 Déjeuner

  • 14h30 Jean-Claude Schmitt (EHESS)

Le singulier en question. Retour sur La Conversion d'Hermann le Juif

  • 15h Carlo Ginzburg

Microhistoire : modes d’emploi

15h 45 Table-ronde avec les intervenants

Modérateur Antoine Franzini (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Discutants

  • Étienne Anheim (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Vincent Azoulay (Université Paris-Est Marne-la-Vallée/IUF)
  • Martin Rueff (Université de Genève)
  • David Schreiber (ENS Ulm)

17h30 Clôture de la journée

Journée d’études coordonnée par Antoine Franzini et Didier Lett – Laboratoire de recherche Analyse Comparée des Pouvoirs (EA 3350)


Lieux

  • 5 Boulevard Descartes (Champs-sur-Marne, Bois de l'Etang C 06, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire de recherche ACP)
    Champs-sur-Marne, France

Dates

  • vendredi 11 mai 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • microhistoire, historiographie, épistémologie

Contacts

  • Antoine Franzini
    courriel : a [dot] franzini [at] freesbee [dot] fr

Source de l'information

  • Jens Schneider
    courriel : schneider [at] u-pem [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Microhistoire et pratiques historiennes », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 06 avril 2012, http://calenda.org/207128