AccueilAgalma ou les figurations de l’invisible. Approches comparées

Agalma ou les figurations de l’invisible. Approches comparées

Agalma or figurations of the invisible. Comparative approaches

*  *  *

Publié le mercredi 08 février 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Généralement traduit par « statue », notamment sous l’effet d’une cristallisation de concepts relayée par la muséographie classique, le terme grec agalma recouvre en réalité un domaine plus vaste, qui s’étend de la parure à l’offrande votive, en passant par des objets de prestige et même des êtres vivants. Dès lors que l’agalma n’est plus considéré comme une image, une reproduction, mais comme autre chose qui entretient un rapport avec elle, il devient une notion féconde pour mener une réflexion comparatiste et critique de la notion de figuration. Le colloque international « Agalma ou les figurations de l’invisible. Approches comparées » entend restituer la polysémie du terme agalma pour mettre en place un dialogue comparatiste de type contrastif et expérimental, basé sur la microanalyse de textes, images, objets et séquences rituelles.

Annonce

Ce colloque est organisé par l’atelier comparatiste « Antiquité et Sciences Sociales », à l’issue d’un séminaire de l’EHESS animé par Marcello Carastro (EHESS, ANHIMA), Michel Cartry (EPHE), Stéphan Dugast (IRD) et Ivonne  Manfrini (HEAD–Genève, ANHIMA),  qui s’est tenu pendant quatre ans dans le cadre du Centre ANHIMA.

L’analyse portera notamment sur les dispositifs, à savoir l’ensemble des éléments et des conditions qui concourent à la fabrication d’un objet rituel, d’une entité, d’une puissance, vecteurs de la relation entre le monde visible et l’invisible, assemblages ou  montages, dont il importe de saisir le feuilletage, la dimension relationnelle et processuelle, ainsi que la capacité de donner à voir.

Le questionnement des notions d’anthropomorphisme, de parure ou de bijou, mais aussi d’idole ou de fétiche, débouchera sur une réflexion plus générale sur la figuration, la captation du regard, le double ainsi que la relation au divin et à l’invisible dans sa matérialité et sa mise en présence.

Programme

Lundi 13 février 2012

Matin : 9h30-13h30

9h30    Marcello Carastro (EHESS, ANHIMA), Stéphan Dugast (IRD), Ivonne Manfrini (HEAD, ANHIMA) : Introduction

Session I. Vous avez dit agalma ?

Modérateur : Jean-Pierre Albert (EHESS)

  • 9h45    Nicole Lanérès : « De l'inerte au vivant, mise en route d'un parcours agalmatique »
  • 10h15    Ivonne Manfrini (HEAD, Genève, ANHIMA) : « Anthropomorphisme. De la "statue" à l'agalma »
  • 10h45    Frédérique Ildefonse (CNRS, UPR 76, Centre Jean Pépin) : « L’agalma et le dieu. Retour sur le dossier platonicien »

11h15    Pause

  • 11h30    Tommaso Braccini (Université de Turin) : « La force de l’inertie : ambiguïté de l’agalma de l’Antiquité tardive à Byzance »
  • 12h    Discussion avec François Lissarrague (EHESS, ANHIMA), Carmen Bernand (Université Paris 10), Emanuele Coccia (EHESS)  

Après-midi : 14h30-18h30

Session II. Présentifications

Modératrice : Françoise Frontisi (Collège de France, ANHIMA)

  • 14h30    Renée Koch-Piettre (EPHE, ANHIMA) : « Pourquoi la tortue n’est pas un agalma »
  • 15h    Stéphan Dugast (IRD) : « Apparitions et figurations de l’invisible chez les Bwaba (Burkina Faso) et les Bassar (Togo) »
  • 15h30     Jean-Jacques Glassner (CNRS) : « Autour des termes salmu et usurtu : comment présentifier l’invisible ? »
  • 16h    Dominique Jaillard (Université de Lausanne) : « Objet présentifiant et dispositif rituel. Le cas des semeia de Zeus Ktésios »
  • 16h30    Discussion avec  Grégory Delaplace (Université Paris 10), Aurélie Névot (CNRS, CEH),  Ioanna Patera (Université d’Erfurt, ANHIMA), Perig Pitrou (University College of London, Laboratoire d’Anthropologie Sociale)

Mardi 14 février 2012

Matin : 9h30-13h30

Session III. Captations, animations

Modérateur : Carlo Severi (EHESS)

  • 9h30     Danouta Liberski –Bagnoud (CNRS) : « L'éclat aveuglant du fétiche. A propos de la scène du pouvoir et de ses effets de leurre (Afrique) »
  • 10h    Marcello Carastro (EHESS, ANHIMA) : « Des liens éclatants : charmes des parures et captation de l’invisible en Grèce ancienne »
  • 10h30    Kathryn Morgan (UCLA) : « Animating statues: The philosophical life as art in Plato »

11h    Pause

  • 11h30    Adeline Grand-Clément (Université de Toulouse II) : « L'étoffe des dieux. Les consécrations de tissus dans le monde grec »
  • 12h    Discussion avec Marlène Albert-Llorca (Université de Toulouse II), Claire-Akiko Brisset (Université Paris 7), Louise Bruit (Université Paris 7, ANHIMA), Manuela Giordano (Università della Calabria),

Après-midi : 14h30-18h00

Session IV. Dispositifs, constructions

Modérateur : Jean-Louis Durand (CNRS)

  • 14h30    Sylvie Donnat (Université de Strasbourg) : « Mettre au monde les beautés (néférou) du dieu » et susciter la joie. À propos de la construction de la présence divine dans l’Égypte ancienne
  • 15h    Maurizio Bettini (Université de Sienne) : « Entre cognitio et insignia. Réflexions sur l’identité des images divines à Rome »
  • 15h30    Charles Malamoud (EPHE, CEIAS) : « Foudre, clef, splendeur. Note sur le poteau sacrificiel dans l’Inde védique »
  • 16h    Discussion avec Daniela Bognolo (CEMAF), Silvia d’Intino (CNRS, ANHIMA), Frédérique Ildefonse (CNRS, UPR 76, Centre Jean Pépin)

17h    Discussion générale

Lieux

  • 2 rue Vivienne (INHA, salle Vasari)
    Paris, France

Dates

  • lundi 13 février 2012
  • mardi 14 février 2012

Fichiers attachés

Contacts

  • Marcello Carastro
    courriel : carastro [at] ehess [dot] fr

Source de l'information

  • Agnès Tapin
    courriel : agnes [dot] tapin [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Agalma ou les figurations de l’invisible. Approches comparées », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 08 février 2012, http://calenda.org/207190