AccueilLes convertis : « traîtres » et passeurs

Les convertis : « traîtres » et passeurs

Converts: traitors and dual identity

*  *  *

Publié le lundi 13 février 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Séminaire organisé dans le cadre de l’Action de recherche concertée du CIERL/ULB, consacrée à « la religion de l’autre. Lecture et interprétation de l’altérité religieuse dans l’islam, le christianisme et le judaïsme, du VIIe siècle à nos jours ».

Annonce

Présentation

La question des conversions constitue l’un des aspects les plus sensibles en matière de représentations de l’autre religieux. Traître pour ses anciens coreligionnaires, preuve vivante pour ses nouveaux coreligionnaires que son ancienne religion était détestable, mais aussi exilé de l’intérieur, voire passeur culturel, par son apport à sa nouvelle communauté et/ou son retour sur l’ancienne, le converti pouvait relever soit d’une conversion faite sous la contrainte, soit procéder d’une démarche volontaire et réfléchie, voire même apostasier de manière peu sincère, quelquefois, pour sauver sa vie. Quelle que fût la voie subie ou choisie, le converti s’est toujours situé à la frontière entre deux mondes. Les convertis, en même temps qu’ils ont été stigmatisés à outrance pour leur « trahison » à l’égard de leur famille d’origine, ont aussi servi de passeurs entre cultures religieuses et de vecteurs à la connaissance d’une religion par l’autre.

Le présent séminaire s’attachera à travailler les canaux de transmission qui ont permis à la connaissance sur l’Autre religieux de circuler entre les différents pôles religieux, en mettant l’accent sur le rôle de ceux qui ont contribué à faire connaître ou rayonner leur culture religieuse d’origine ou d’adoption, voire ont été utilisés à cette fin pour des motifs apologétiques ou prosélytes.

Programme des séances

Le lundi, de 12h à 14h, dans la grande salle du CIERL (17, Avenue F.D. Roosevelt - 1050 Bruxelles)

Lundi 6 février 2012 :

« Crypto-catholiques en Angleterre - Crypto-protestants en Empire ; traîtres ou passeurs ? » (Monique Weis, FNRS-ULB)

Lundi 20 février 2012 :

« Les premières conversions vers l'islam : les réflexions chrétiennes contemporaines et la réaction d'un nouveau converti » (Herman Teule, KUL et Université Radboud, Nijmegen)

Lundi 5 mars 2012 :

« Paulus Israelita et son Portae lucis : la traduction entre apologie et transfert culturel » (Anna Maria Vileno, FNRS-ULB)

Lundi 19 mars 2012 :

« Conversions soupçonnées. Le retour en Chrétienté des esclaves des “Turcs” rachetés (XVII-XVIIIe siècles) » (Giovanni Ricci, Université de Ferrare)

Lundi 16 avril 2012 :

« Les conversions au pentecôtisme au Bénin » (Joël Noret, ULB)

Lundi 30 avril 2012 :

« Conversion et identité : quelques parcours juifs allemands au dix-neuvième et vingtième siècles » (Jacques Ehrenfreund, Université de Lausanne)

Lieux

  • 17 av. Franklin Roosevelt (Université libre de Bruxelles)
    Bruxelles, Belgique

Dates

  • lundi 20 février 2012
  • lundi 06 février 2012
  • lundi 05 mars 2012
  • lundi 19 mars 2012
  • lundi 16 avril 2012
  • lundi 30 avril 2012

Mots-clés

  • CIERL, conversions, convertis, crypto-catholiques, islam, esclaves turcs, juifs allemands, altérité religieuse

Contacts

  • Ariane Robyn
    courriel : arobyn [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Ariane Robyn
    courriel : arobyn [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Les convertis : « traîtres » et passeurs », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 13 février 2012, http://calenda.org/207211