AccueilLangues en danger : de la documentation à la revitalisation

Langues en danger : de la documentation à la revitalisation

Endangered languages: from documentation to revitalization

*  *  *

Publié le lundi 13 février 2012 par Julien Gilet

Résumé

Dans le cadre de la quatrième École d'été Internationale sur la revitalisation linguistique, le colloque étudiant sera l'occasion de participer à la réflexion interdisciplinaire sur cette notion complexe dans des situations de langues en danger.

Annonce

Argumentaire:

La conférence étudiants se déroulera dans le cadre de la 4ème école d'été internationale du Consortium 3L (Lyon, Londres, Leyden) sur la thématique de la revitalisation des langues en danger.

Suite à de nombreuses discussions sur la documentation des LED ces dernières années, le temps est venu de s’intéresser au phénomène mondial et grandissant de la revitalisation qui demande aujourd’hui une clarification idéologique et une approche critique dans le but de développer une nouvelle définition. La revitalisation linguistique est un domaine fortement interdisciplinaire.

Cette définition se fera dans un nouveau cadre pour l’analyse de la revitalisation linguistique. On peut comprendre ces ensembles de processus par exemple comme des mouvements sociaux (Costa, à paraître) ; des phénomènes anthropologiques (Harkin 2004, Field et Kroskrity 2009) ; une réaction à la mondialisation (Trudgill, 2004) ou comme une forme de substitution linguistique inversée (Hinton, 2003, Huss, 2008). Ces processus ont été diversement envisagés du point de vue de la linguistique (Hinton & Hale, 2001, Tsunoda, 2006), sociolinguistique (Fishman, 1991, 2001), de la sociolinguistique critique (Jaffe, 1999), de la politique linguistique et de la planification (par exemple Romaine, 2002, 2006), de l'anthropologie linguistique (Field & Kroskrity, 2009, Kroskrity, 2009), et de l'anthropologie socioculturelle (Wallace, 1956), où le terme est apparu.

De nombreux termes sont par ailleurs utilisés, souvent de façon interchangeable : renversement de la substitution linguistique (Fishman, 1991) ; revernacularisation, renouvellement, régénération (Spolsky, 2003) ; ressuscitation, renaissance, régénération (Amery, 2001).

Les langues sont vouées au changement au cours du processus de revitalisation, soulevant des questions d'authenticité et d'autorité concernant le changement linguistique dû à l’obsolescence et à l’impact sur le développement de la langue (Hinton & Ahlers 1999, Nicolaï 2008, Sallabank 2012, Ferguson et Sallabank 2011).

Les communications devront présenter des cas d’analyse (et non des descriptions) qui viendront alimenter la réflexion critique sur les terrains des LED et devront s’appuyer sur au moins une des thématiques suivantes :

  • Documenter et analyser les discours de revitalisation : récits d'activistes, enseignants, étudiants, universitaires...
  • Documenter et analyser les pratiques de revitalisation : les types de programmes de revitalisation linguistique et leur signification sociale.
  • Transmission et socialisation linguistique : les modes d'utilisation des langues et de la transmission.
  • Effets de revitalisation linguistique sur les structures linguistiques, usages et attitudes.
    Les communications ne doivent pas s’appuyer uniquement sur les expériences des participants. L’École d’été ayant pour objectif général de réfléchir à la nature du phénomène de la revitalisation, les communications doivent problématiser un des thèmes proposés.

Modalités :

Les propositions ne sont pas anonymes, vous devez indiquer vos nom, prénom, université d’origine et votre situation étudiante (étudiant en master, doctorant).

Les communications seront de 20 minutes dans la langue de votre choix (anglais, français ou espagnol) mais l'exemplier et/ou la présentation (ppt / keynote) devront être dans l’une des deux autres langues.

Le résumé d’une page maximum doit être dans l’une des trois langues de l'école d'été : anglais, français, espagnol. Indiquez, en plus, votre bibliographie. Indiquez si vous souhaitez participer à l’école d’été (la priorité sera donnée aux étudiants qui assistent à l’école d’été).
Pour ceux qui ne souhaitent pas participer à l’école d’été, les frais d’inscription au colloque étudiant seront de 30 euros.

Date du colloque : 11 Juillet 2012.

Date limite pour la soumission : 30 mars 2012.

Pour plus d'informations et inscription :

http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/colloques/3l_2012/index.asp?Action=Edit&Langue=FR&Page=Conference

Adresse de soumission : 3l2012.studentconference@gmail.com

Comité scientifique:

  • Felix Ameka - Leiden University Centre for Linguistics, Leiden, Pays-Bas - Consortium 3L
  • Peter Austin, Julia Sallabank - School of Oriental and African Studies, Londres, Royaume-Uni - Consortium 3L
  • James Costa - Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations, Université de Lyon, Lyon, France
  • Colette Grinevald, Michel Bert - Dynamique Du Langage, Université de Lyon, Lyon, France - Consortium 3L

Lieux

  • 4 rue de l'Université (Université de Lyon)
    Lyon, France

Dates

  • vendredi 30 mars 2012

Mots-clés

  • Langues en danger, revitalisation, clarification idéologique

Contacts

  • Bénédicte Pivot
    courriel : 3L2012 [dot] studentconference [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Bénédicte Pivot
    courriel : 3L2012 [dot] studentconference [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Langues en danger : de la documentation à la revitalisation », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 13 février 2012, http://calenda.org/207236