AccueilLa société musulmane et ses élites à travers les dictionnaires biographiques

La société musulmane et ses élites à travers les dictionnaires biographiques

Islamic Society and its elites through biographic dictionaries (Tabaqat)

*  *  *

Publié le mercredi 22 février 2012 par Julien Gilet

Résumé

Le laboratoire ESICMED (université de La Manouba) se propose d'organiser un colloque international sur le genre « Tabaqat » (dictionnaires biographiques), les 17, 18 et 19 novembre prochain. Ce colloque interdisciplinaire est ouvert aux historiens (médiévistes ou autres), aux sociologues, aux anthropologues, aux arabisants et à tous ceux qui portent un intérêt particulier à la littérature biographique.On se propose de pousser la réflexion autour des axes suivants: Les dictionnaires biographiques : histoire d'un genre littéraire, les élites urbaines, famille, alliances, réseaux et pouvoir...

Annonce

Laboratoire : Elites, Savoirs et Institutions Culturelles en Méditerranée ( ESICMED LR 11 ES 28). Appel à communication :  La société musulmane et ses élites à travers  les dictionnaires biographiques (qutub al tabaqat), Colloque International organisé par le Labo : ESICMED  (Université de La Manouba)

Argumentaire

Faut-il rappeler d’abord que les dictionnaires biographiques furent une invention purement musulmane répondant au besoin de certains savants ou écoles juridico-religieuses de s’assurer de l’authenticité de la chaine de transmission du  savoir (sous entendu : hadith) d’une génération (classe : tabaqa) à une autre. Tout un édifice « fondé sur l’architecture généalogique des rapporteurs et des témoins » ( 1 ) . On parle de science des hommes(cIlm al rigal), des catégories (tabaqat) qui nécessitent la connaissance  des dates de naissance et /ou décès de ces « transmetteurs » ( muhaddithun), leurs lieux de résidence, l’itinéraire de leur voyage pour la quête du savoir, et les maitres ils ont rencontrés « il s’agit donc d’une succession ininterrompue de générations qui ont été témoins de l’expérience spirituelle islamique vécue à partir des origines et se prolongeant à travers les siècles suivants » ( 2 ).

Les auteurs musulmans ne se sont pas contentés de recenser les savants au sens strictement religieux ( transmetteurs de Hadith ), mais ils se sont orientés aussi  à les classer selon les lieux de naissance, de résidence ou de décès : ainsi apparait toute une histoire des villes :Kairouan, Damas, Bagdad, Cordoue, Le Caire…Certains ont poussé à plus de spécialisation en classant les hommes selon la profession ou la charge : les catégories de médecins, de grammairiens, de poètes, de juges et autres.. .

Travailler avec et sur ces sources aussi riches que diversifiées n’est pas aisé, mais pour mieux comprendre la société dans la cité musulmane médiévale ces écrits sont incontournables. Plusieurs études furent,  d’ailleurs, réalisées dans ce sens ( 3 ),  beaucoup restera à faire.  Une nouvelle lecture nourrie de nouvelles sources contribuera davantage à l’enrichissement des résultats déjà connus. Dans un souci de renouvellement des méthodes de recherche  basé sur la confrontation des approches, cette rencontre scientifique pourrait éventuellement pousser la réflexion non seulement vers l’étude des hommes et  leurs milieux mais aussi leurs trajectoires, leurs parcours, leurs alliances et leurs réseaux… Dans ce sens, nous proposons de débattre autour des axes suivants :

  • Les dictionnaires biographiques : histoire d’un genre littéraire et approches méthodologiques
  • Les élites urbaines, d’après les dictionnaires biographiques.
  • Histoires locales et destins des hommes.
  • Familles, alliances, réseaux et pouvoir dans la cité musulmane.  

 Toute autre proposition allant dans le sens de la thématique proposée sera la bienvenue.

Résolument interdisciplinaire, ce colloque est ouvert aux historiens, aux sociologues, aux anthropologues, aux arabisants et à tous ceux qui portent un intérêt particulier à la littérature biographique.

Notes

  1. C.  Hamès, La filiation généalogique ( nasab ) dans la société d’Ibn Khaldoun, L’Homme, XXI, 102, 1982, p. 100.
  2. I. Hafsi,  Recherches sur le genre « Tabaqat », Arabica, XXIII, Fasc. 3, 1977, p.233.
  3. On pourrait citer à titre indicatif :
    • Ibrahim  HAFSI, Recherches sur le genre Tabaqat, Arabica, XXIII, Fasc. 3, 1976, pp. 227 – 265. (item, T XXIV, Fasc.1, 1977, pp. 1 – 41 ; Fasc. 2, 1977, pp.150 - 186).
    • Gabriel Martinez GROS, La clôture du temps chez le Cadi Säcid, ROMM, 40, 1985, 2, pp. 147 – 153.
    • Georges MAKDISI, “ Tabaqat “ Biography : Law and orthodoxy in classical islam, Islamic Studies, vol 32, 4, winter 1993, pp.371 – 396.
    • C.F. ROBINSON, Al Mucafa b. cImran and the beginnings of the Tabaqat literature, JAOS, Jan 1996, vol. 116, issue 1, pp. 114 – 120.
    • L.R.R. PANIAGUA,  Acera del origen de la “Tabaqat”, Quaderni di Studi Arabi, vol.20/21 ,  2002 – 2003, pp. 229 – 244.

Modalités de soumission des propositions à contributions.

Ce colloque sera organisé  les : 15 – 16 – 17 novembre 2012  à Sousse  ( Tunisie)

Date limite de réception des propositions (une  page, un court C.V. est souhaitable) : 31 mars 2012.

  • Réponse des organisateurs : 30 avril 2012.
  • Date limite de réception des textes : 15 octobre 2012.

Contacts : esicmedlabo@yahoo.fr et  brahimjadla@yahoo.fr

Comité d’organisation :

  • Brahim Jadla
  • Mokhtar Ayachi
  • Ahmed Jeday
  • Abdellatif Hannachi
  • Mohamed Salah Dahmani

Comité scientifique :

  • Brahim Jadla
  • Omar Ben Hammadi
  • Nabil Grissa
  • Radhi Daghfous
  • Mounira Chapoutot
  • Khaled Kchir
  • Mohamed Saïd

Lieux

  • Sousse (Tunisie)
    Sousse, Tunisie

Dates

  • samedi 31 mars 2012

Mots-clés

  • tabaqat, élites, ville, Islam

Contacts

  • esicmedlabo #
    courriel : esicmedlabo [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Brahim JADLA
    courriel : esicmedlabo [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La société musulmane et ses élites à travers les dictionnaires biographiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 22 février 2012, http://calenda.org/207322