AccueilLe débat des cinq sens au Moyen Âge et à la Renaissance

*  *  *

Publié le lundi 27 février 2012 par Julien Gilet

Résumé

Poser la problématique du débat au sujet des cinq sens, c’est une façon particulière de traiter du débat au sujet de l’identité humaine. D’où l’importance de son étude dans la philosophie dès l’Antiquité et ses mises en scènes dans la littérature et les arts. Les cinq sens font l’objet d’une représentation particulièrement riche et complexe dans l’art et les textes médiévaux. Souvent représentés sous la forme d’animaux, leur figuration par des personnages apparaît dès le IXe siècle. Cette journée d’étude, qui fait suite à une première journée d’étude sur le débat des cinq sens dans l’Antiquité, prolonge l’approche interdisciplinaire de la réflexion dans la culture chrétienne médiévale et renaissante et aborde des domaines aussi variés que la littérature, la liturgie, l’histoire de l’art et la philosophie.

Annonce

Présentation

Les cinq sens font l’objet d’une représentation particulièrement riche et complexe dans l’art et les textes médiévaux. Souvent représentés sous la forme d’animaux, leur figuration par des personnages apparaît dès le IXe siècle. Les tapisseries de La Dame à la licorne offrent une vision idéalisée et conciliatrice, tandis que les gravures illustrant l’édition de 1500 des Stultiferae naves ou « Nefs des folles » (1494) dénoncent les folies occasionnées par les cinq sens. Le plus souvent, les textes médiévaux, tels le Bestiaire de Richard de Fournival ou le Livre du trésor de Brunetto Latini, ordonnent les sens selon une hiérarchie définie par leur proximité plus ou moins grande avec l’âme : le Toucher, le Goût, l’Odorat, l’Ouïe, la Vue. Les philosophes platoniciens et néo-platoniciens, notamment le philosophe florentin Marsile Ficin dans son Commentaire du Banquet de Platon rédigé vers 1468, instituent ainsi un débat entre les cinq sens, opposant deux sens supérieurs — la vue et l’ouïe — à trois sens inférieurs — le goût, l’odorat, le toucher. Par les deux premiers sens, le corps humain tend vers le corps divin, par les trois derniers, vers le corps animal. Agents de l’âme, la vue et l’ouïe sont supérieures aux accidents du corps manifestés par les trois autres sens. Selon Marsile Ficin, l’homme dispose de six moyens pour atteindre le Beau : les cinq sens, mais aussi l’entendement, mens. D’où la question de Michel Serres : « Avons-nous cinq sens ou six ? [...] Il faut bien un sixième sens, par lequel le sujet se retourne sur soi et le corps sur le corps, sens commun ou sens interne » (Les cinq sens, 1985, p. 52). Cette journée d’étude, qui fait suite à une première journée d’étude sur le débat des cinq sens dans l’Antiquité, prolonge l’approche interdisciplinaire de la réflexion dans la culture chrétienne médiévale et renaissante et aborde des domaines aussi variés que la littérature, la liturgie, l’histoire de l’art et la philosophie.

Programme

  • 9h – Mots d’accueil
  • 9h15 – Début des communications
  • 9h15-9h45 – Frère François CASSINGENA (Abbaye Saint Martin de Ligugé, Institut Catholique de Paris) : « Poétique et statut épistémologique des sens chez Ephrem de Nisibe (306-373) ».
  • 9h45-10h15 – Catherine BROC-SCHMEZER (Université de Bordeaux 3) : « La cité aux quatre portes : figures paradoxales des sens chez Jean Chrysostome ».
  • 10h30-10h45 – Pause
  • 10h45-11h15 – Régis COURTRAY (Université de Toulouse), « Une exégèse des cinq sens chez saint Jérôme ».
  • 11h15-11h45 – Éric PALAZZO (Université de Poitiers-CESCM, Membre Senior de l’IUF), « Les cinq sens dans l’art et la liturgie du haut Moyen Âge ».
  • 14h-14h30 – Danièle JAMES-RAOUL (Université de Bordeaux 3), « À l’écoute du monde arthurien »
  • 14h30-15h – Élisabeth TABURET-DELAHAYE (Conservateur général, Directrice du Musée de Cluny), « Les cinq sens dans la tenture de la Dame à la licorne et l’art des environs de 1500 ».
  • 15h15-15h30 – Pause
  • 15h30-16h – Laurence BOULÈGUE (Université de Lille 3, Membre Junior de l’IUF), « Le débat sur les cinq sens dans la philosophie d’amour de Marsile Ficin et d’Agostino Nifo ».
  • 16h-16h30 – Hélène CASANOVA-ROBIN (Université de Paris IV), « Corps et sensualité dans l’Eridanus de G. Pontano ».
  • Discussion et Conclusions

Un colloque international les 24, 25 et 26 octobre 2012 permettra de croiser les regards sur cette problématique des cinq sens de l’Antiquité à nos jours et de réévaluer les termes du débat initial, voire d’en montrer les limites et les dépassements.

Lieux

  • 10 esplanade des Antilles
    Pessac, France

Dates

  • vendredi 30 mars 2012

Fichiers attachés

Mots-clés

  • débat, sens, vue, ouïe, odorat, toucher, goût, représentation, philosophie, platonicien, Moyen Âge, Renaissance, médiéval, bestiaire, corps, religion, chrétien, sensualité, arthurien

Contacts

  • Géraldine Puccini-Delbey
    courriel : Geraldine [dot] Delbey [at] u-bordeaux3 [dot] fr

Source de l'information

  • Marion Daubanes
    courriel : marion [dot] daubanes [at] msha [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le débat des cinq sens au Moyen Âge et à la Renaissance », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 27 février 2012, http://calenda.org/207427