AccueilPhilosophie et musicologie, des croisements aux rencontres

*  *  *

Publié le lundi 27 février 2012 par Julien Gilet

Résumé

Ce séminaire souhaite explorer des points de convergences et de divergences entre philosophie et musicologie, guidé par le souci d’un équilibre entre étude concrète et réflexion plus conceptuelle. On s’interrogera notamment sur la complémentarité entre les esthétiques musicales formulées par philosophes et musicologues et sur les relations entre les deux disciplines. La dimension d’« atelier » est au cœur de ce projet, avec l’idée de rencontres, de réflexion commune et d’échange de points de vue entre participants et public de chaque discipline.

Annonce


Une première session de ce séminaire, organisée au printemps 2011, a permis d’explorer de manière problématisée la grande diversité des points de vue et des contenus disciplinaires attachés à l’objet musique. Cette seconde session organisée entre mars et mai 2012 souhaite poursuivre l’aventure, en renouvelant le dialogue entre les intervenants accueillis l’année précédente et de nouveaux arrivants. Les séances aborderont, sans restrictions, des thèmes tels que :

La circulation entre théorie et pratique, entre théories philosophiques, musicologie et doctrines esthétiques. La référence à la philosophie chez les musicologues et les compositeurs, en particulier sa nature et son évolution au fil du temps. La perspective de l’esthétique philosophique, de la simple référence à la musique à la théorie proprement dite.

  • Les questions de l’ontologie de l’œuvre ou de la définition de la musique : il s’agit d’en mesurer la portée et l’efficacité analytique au défi de l’objet concret et de son histoire.
  • La question du statut philosophique de certaines réflexions développées par les artistes, et les difficultés épistémologiques de leur approche. La comparaison des discours et les effets de la différence disciplinaire. L’intérêt des doubles profils, leurs spécificités et limites éventuelles.
  • La place de l’esthétique musicale chez les interprètes et dans les performance studies. Les questions liées à la perception, à la pratique et à l’approche philosophique du faire. Comment reconstituer le parcours menant de la philosophie à la pratique artistique ?
  • Les collaborations, rencontres, correspondances, champs épistémologiques et codes communs, ainsi que les spécificités de chacune des deux disciplines.

La session 2011 a mis en lumière la grande richesse des approches musicologiques dans lesquelles la philosophe intervenait, ainsi que la nécessité pour la philosophie de l’art de prendre en considération les enseignements de la musicologie. Nous avons souhaité centrer davantage les débats de cette année sur ce qui peut se produire « au-delà » des rencontres, sur les fruits et enseignements des nombreux recoupements entre musicologie et philosophie. Il s’agit notamment d’insister sur le caractère éventuellement positif de la différence entre les points de vue disciplinaires, si elle persiste. Nous voudrions encore explorer, si les discours tendent vers une forme de fusion, les dangers ou les enrichissements qu’une telle démarche peut encourir. Une autre direction retenue concerne la réalité même de l’objet musical, autour de réflexions ayant trait à la pratique musicale et à l’interprétation.

Le modèle de l’année précédente a été conservé, en continuant d’associer les efforts de jeunes chercheurs à ceux de leurs collègues confirmés, autour de plusieurs interventions par séance accordant une place importante à la discussion. La session 2012 souhaiterait faire perdurer les échanges nés des rencontres de l’année précédente et les étendre autant que possible. Comme pour la précédente session, nous avons retenu l’idée d’une participation des intervenants à plusieurs séances, fertile pour la progression des débats et permettant de bénéficier du caractère positif d’un « atelier ».

Le séminaire aura lieu à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente (75006 Paris), en salle D 224, les vendredi 2, 9, 16, et 23 mars, puis 4 et 18 mai 2012, de 14 h 30 à 17 h 30. Les séances des 30 mars, 11 mai et 25 mai auront exceptionnellement lieu, au même endroit, de 14 h à 18 h.

Une publication en ligne des actes est envisagée, afin de compléter celle de l’année précédente, en cours d’édition.

Nous ferons circuler une semaine avant chaque séance un résumé d’une dizaine de lignes fourni par chaque intervenant.

Organisation : Julien Labia (Philosophie, Paris IV) et Charlotte Loriot (Musicologie, Paris IV) Avec le soutien de Jean-Pierre Bartoli et de Jacqueline Lichtenstein, des équipes EA 3552 (Philosophie), EA 4087 (PLM, Musicologie), de l’École doctorale V « Concepts et langages » et du programme ANR FORMESTH (Formalismes Esthétiques en Europe Centrale, 19e-20e siècles)

Programme :

Vendredi 2 mars, 14 h 30-17 h 30

  • Rémy Stricker (Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris) : « Bagatelle sans tonalité de Liszt, la création musicale contre le Diable. »
  • Scott M. Sanders (New York University) : « Le musicien paradoxal ou la sensibilité du virtuose. »
  • François Balanche (Montréal / EHESS) : « Oppresseurs et libérateurs. Les relectures éthiques de l’histoire de la musique par Henri Pousseur et André Boucourechliev. »

Vendredi 9 mars, 14 h 30-17 h 30

  • Bruno Pinchard (université Lyon III Jean Moulin) : « Georges Migot, introduction à une esthétique " polyplanaire ". »
  • Inès Taillandier-Guittard (université Jean Monnet Saint-Etienne / ENS Lyon) : « Respect ou violation de l’œuvre : une alternative antinomique ? Le cas d’Alfred Cortot. »
  • Antonia Soulez (université Paris VIII) : « Que peut apporter à la discussion sur l’autonomie du musical la critique wittgensteinienne de l’idée selon laquelle le contenu de signification de la musique peut faire l'objet d'une expérience transmissible, ou le musical au prisme de la seconde philosophie de Wittgenstein face au caractère non-traductible du contenu de signification du musical (à partir du § 531 des Recherches philosophiques). »

Vendredi 16 mars, 14 h 30-17 h 30

  • Ellen Moysan (université Toulouse le Mirail / Europhilosophie) : « Esquisse d’une définition phénoménologique du chant intérieur ».
  • Angelos Triantafyllou (université de Versailles Saint-Quentin) « Deleuze, Cage et l’" empirisme transcendantal " ».
  • Julien Dubruque (université Paris-Sorbonne / Centre de Musique Baroque de Versailles) : « Le positivisme en musicologie aujourd’hui ».

Vendredi 23 mars, 14 h 30-17 h 30

  • Mathias Roger (université Paris-Sorbonne / OMF) : « L’analyse musicale au défi de l’imaginaire ».
  • Margaux Sladden (université Libre de Bruxelles) : « Analyse et herméneutique musicales : une application de la pensée de Paul Ricoeur à la musicologie ».
  • Alain Patrick Olivier (Poitiers, CRHIA / Fernuniversität in Hagen) : « La réception d’Adorno en France : musicologie, sociologie, métaphysique ».

Vendredi 30 mars, 14 h -18 h

  • Nicolas Dufetel (Conservatoire d’Angers) : « Liszt, Wagner et la notion de dette. »
  • Alain Bonardi (université Paris VIII / IRCAM) : « La constitution de connaissances dans la musique interactive mixte. »
  • Elsa Ballanfat (université Paris-Sorbonne) : « Les rapports de la danse contemporaine à la musique, différences d’approche et enjeux à venir. »
  • Josselin Minier (université Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Synthèse du temps et fragmentation cognitive du sonore. »

Vendredi 4 mai, 14 h 30-17 h 30

  • Alessandro Bertinetto (Università di Udine) : « Improvisation et écoute. »
  • Élodie Gontier (université Paris-Sorbonne) : « Expériences musicales comme enseignements philosophiques : Kierkegaard, Nietzsche, Adorno. »
  • Emmanuel Reibel (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Du relativisme de la catégorisation esthétique : l’exemple du " romantisme ". »

Vendredi 11 mai, 14 h -18 h

  • David Christoffel (EHESS) : « La gayfriendlisation de l’opéra. »
  • Francesco Peri (Università del Salento, Lecce / Université Paris III) : « Faire l’histoire de la critique musicale. Défis, ouvertures. »
  • Maël Guesdon (EHESS) : « Musique et transversalité chez Deleuze et Guattari. »
  • Jérôme Cambon (Tours) : « Alain et l’objet musical : une tentative de synthèse entre les philosophies cartésiennes, kantiennes et hégéliennes. »

Vendredi 18 mai, 14 h 30-17 h 30

  • Denis Laborde (CNRS / Centre Marc Bloch, Berlin) : « Ontologies musiciennes : pour une science indisciplinée de la musique. »
  • David Romand (Programme ANR Formesth / université Paris VII, SPHERE) « Abstraction et iconicité dans l’expérience musicale. Une approche neurocognitive. »Suzanne Kassian (université Paris-Sorbonne / PLM) : « La nouvelle approche du concept d’identité dans la musique. »

Vendredi 25 mai, 14 h -18 h

  • Raphaël Brünner (Haute Ecole d’Art de Sierre, Suisse) : (titre à préciser)
  • Vladimir Safatle (Universidade de São Paulo) : « L’autonomie de la forme musicale dans la production contemporaine. »
  • Anne-Laetitia Garcia (université Paris III Sorbonne Nouvelle) : « Incarnation / représentation : Plácido Domingo dans Otello de Verdi. »
  • Charlotte Loriot (université Paris-Sorbonne / PLM) et Julien Labia (université Paris-Sorbonne (CEPA) / Programme ANR FORMESTH) : « Philosophie et Musicologie : bilans et perspectives de deux années de dialogue »

Lieux

  • 28 rue Serpente
    Paris, France

Dates

  • vendredi 02 mars 2012
  • vendredi 09 mars 2012
  • vendredi 16 mars 2012
  • vendredi 23 mars 2012
  • vendredi 30 mars 2012
  • vendredi 04 mai 2012
  • vendredi 11 mai 2012
  • vendredi 18 mai 2012
  • vendredi 25 mai 2012

Mots-clés

  • Philosophie, musicologie, croisement interdisciplinaire, épistémologie, ontologie

Contacts

  • Charlotte Loriot
    courriel : charlotteloriot [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Charlotte Loriot
    courriel : charlotteloriot [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Philosophie et musicologie, des croisements aux rencontres », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 27 février 2012, http://calenda.org/207443