Accueil« Le passage » / « Der Übergang »

« Le passage » / « Der Übergang »

6ème atelier interdisciplinaire franco-allemand pour jeunes chercheurs - Groupe Interdisciplinaire de Recherche Allemagne-France GIRAF

*  *  *

Publié le mardi 28 février 2012 par Julien Gilet

Résumé

Envisagé comme lieu de l’u-topie au sens étymologique de « non-lieu », le passage relie le réel à une réalité plus ou moins fantasmée. Il est étroitement lié à la question de la création et de l’expression, comprises comme le passage de la pensée à la parole ou comme celui d’un mode d’expression et/ou de communication à un autre (langues, formes d’art, interactions sociales…). En d’autres termes, la question de l’élaboration de tout discours sera au centre des préoccupations de l’atelier. Ainsi, l’étude du passage permettra d’éclairer les modalités d’émergence de certains phénomènes historiques, sociologiques, politiques, psychiques, littéraires, artistiques…

Annonce

« Passage, ce mot abstrait dédié au temps et à l’espace, en se concrétisant architecturalement pour un parcours, met en lumière de manière exemplaire le rapport du lieu, de l’écriture et de la mémoire. » (Christine Rheys)

Argumentaire :

Envisagé comme lieu de l’u-topie au sens étymologique de « non-lieu » (Marc Augé / Gisela Febel), le passage relie le réel à une réalité plus ou moins fantasmée. Il correspond à une transition, voulue ou non, conduisant souvent à une transformation irréversible. Il oblige alors au renoncement tout en annonçant une ère nouvelle. Réfractaire, semble-t-il, à toute fixation, le passage est souvent compris comme une succession à la fois spatiale et temporelle, brève ou prolongée, un phénomène en devenir dont l’issue est incertaine. Rappelant le concept de « déterritorialisation » (Gilles Deleuze), il est un espace symbolique qui se définit par le fait qu’on le quitte. En cela, il apparaît comme un processus difficilement saisissable, aux contours flous. Cette perte de territoire au profit d’un nouvel espace symbolique permet une découverte ou une réappropriation.

A ce titre, le passage est étroitement lié à la question de la création et de l’expression, comprises comme le passage de la pensée à la parole ou comme celui d’un mode d’expression et/ou de communication à un autre (langues, formes d’art, interactions sociales…). En d’autres termes, la question de l’élaboration de tout discours sera au centre des préoccupations de l’atelier. Ainsi, l’étude du passage permettra d’éclairer les modalités d’émergence de certains phénomènes historiques, sociologiques, politiques, psychiques, littéraires, artistiques…

Système de passerelles entre le Moi et l’Autre, il revêt parfois un caractère initiatique, à l’image du protagoniste du roman de formation se dirigeant là où ses pas le mènent. Lieu de rituel, de pacte ou de mémoire, le passage évoque ce qui est « en transit », correspond à un « entre-deux mouvant » (« floating gap », Jan Vansina). Il amorce un « tournant », parfois traumatisant ou libérateur, et annonce un changement de paradigme, au niveau individuel et/ou collectif.

La ritualisation du passage, matérialisant cette phase transitoire, ou « liminalité » (A. van Gennep), traduit la volonté de marquer la fin d’un état pour en entamer un autre, et pose donc la question de l’intentionnalité. Comment « mettre des mots sur » (au sens de übertragen) pour « faire passer », transmettre (au sens de vermitteln) un vécu, une pensée ? Dans cette perspective, ce ne seront pas tant les traces déjà figées dans le temps et constituées en patrimoine, mais la démarche (délibérée ou inconsciente) suivie pour laisser ces traces qui retiendront notre attention. En contact étroit avec l’écriture et la mémoire, il aboutit ainsi à la création d’un nouveau langage, miroir de l’émancipation d’une souffrance, expression d’une révolte intérieure ou tout simplement d’une expérience vécue.

Le passage offre donc une vision plus dynamique de l’Histoire et des arts qui donne davantage de place à l’inventivité, à la création et à l’imagination. A ce titre, l’analyse du témoignage comme moyen – nécessairement subjectif – de construction de la mémoire (Orages d’acier, Ernst Jünger ; Témoins, Jean Norton Cru ; Passage de témoin, Raymond Aubrac et Renaud Helfer-Aubrac), impliquant des enjeux politiques, sociaux (générationnels notamment), culturels, historiques mais aussi historiographiques, sera susceptible d’y apporter des éléments de réponse.

Il s’agira, dans le cadre de cet atelier, de définir, puis de tenter de délimiter la zone de passage, d’analyser le processus et les modes de transmission (signes, images, sons…) et de réception. À la lumière de ces réflexions, et outre l’importance donnée à l’écrivain, à l’artiste, à l’historien ou à l’agent politique, le récipiendaire (ou l’acteur social) sera également envisagé comme une sorte de « passeur ». Dans cette perspective, l’étude portera aussi sur le passage d’une langue à une autre (traduction, traductologie), d’un art à un autre, d’une histoire à une autre. Le passage devient-il alors déformation, altération ? Se heurte-t-il à une stérilité potentielle ?

A la fois réversible et irréversible, facteur de continuité et de rupture, le passage est en soi le lieu de l’équivoque et du paradoxe, l’incarnation d’une « mouvance immuable ». C’est dans cette perspective « oxymorique » que le terme de passage sera examiné.

Modalités :

Date limite : 11 mars 2012

Langues de travail : allemand et français

Atelier interdisciplinaire : littérature, philosophie, linguistique, sociologie, histoire, histoire des idées, histoire de l’art, géographie, urbanisme, psychologie, sémiologie, sciences politiques… (liste non exhaustive).

Les interventions ne devront pas dépasser 20 minutes, les contributions écrites seront limitées à 22.000 signes, notes incluses.

L'atelier aura lieu les 23 et 24 novembre 2012 à la Cité Universitaire Internationale de Paris, Maison Heinrich Heine.

Lieux

  • 17 Boulevard Jourdan
    Paris, France

Dates

  • dimanche 11 mars 2012

Mots-clés

  • Mémoire, politique mémorielle, témoignage

Contacts

  • Pascal Décarpes, Henning Fauser, Ingrid Lacheny, Bérénice Zunino ~
    courriel : AtelierGiraf2012 [at] yahoo [dot] com
  • Henning Fauser
    courriel : AtelierGiraf2012 [at] yahoo [dot] com
  • Ingrid Lacheny
    courriel : AtelierGiraf2012 [at] yahoo [dot] com
  • Bérénice Zunino
    courriel : berenice [dot] zunino [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Bérénice Zunino
    courriel : berenice [dot] zunino [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« « Le passage » / « Der Übergang » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 février 2012, http://calenda.org/207450