AccueilÉdifices remarquables et espaces ordinaires aux XXe et XXIe siècles. Dialogue entre architecture et anthropologie

Édifices remarquables et espaces ordinaires aux XXe et XXIe siècles. Dialogue entre architecture et anthropologie

Remarkable buildings and common spaces in XXth and XXIth centuries. Dialog between architecture and anthropology

Journal des anthropologues

*  *  *

Publié le vendredi 02 mars 2012 par Julien Gilet

Résumé

Le Journal des anthropologues lance un appel à article portant sur les liens et dialogues entre l'architecture et l'anthropologie. Ce dossier, en souhaitant sortir l’anthropologie de son silence sur les architectures des XXe et XXI siècles, vise un triple objectif : favoriser une lecture anthropologique sereine des normes et des représentations qui influent sur les conceptions architecturales contemporaines ; saisir les rapports ou les écarts entre les espaces pensés et les espaces vécus ; comprendre comment des architectes manipulent des données d’ordre anthropologique.

Annonce

Argumentaire :

En 1969, paraissait le livre de l’architecte Amos Rapoport, House, Form and Culture ; Pour une anthropologie de la maison dans sa traduction française. Il s’inspirait de ses propres observations et de rencontres avec des anthropologues. Son attention se portait davantage sur les architectures vernaculaires que sur les architectures dites savantes, modernes ou contemporaines. Depuis lors, l’anthropologie de l’architecture, et notamment des architectures les plus récentes, est restée balbutiante. En France, le nom de Marion Ségaud revient avec trop de constance pour ne pas signifier sa solitude. La sociologie a été un peu plus diserte, avec parfois pour effet pervers de jeter l’opprobre sur les professionnels de l’espace et leurs réalisations : la critique des « grands ensembles », où les architectes ont souvent tenu le rôle de bouc émissaire, a entaché les idées du mouvement moderne. Que la sociologie des professions, plutôt qu’un autre champ de la discipline, s’empare également du sujet, et le récepteur peut encore y voir le signe que l’architecte se fait démiurge. Parallèlement, des stars construisent des édifices dits remarquables, écrasant par leur médiatisation la majorité des petits gestes architecturaux, les tentatives pour construire des logements plus spacieux, etc.

Pour ce dossier, c’est la matérialité de la production architecturale qui nous intéresse, en amont les dimensions projectuelles qui conduisent à cette matérialité, pour comprendre ce qu’elle fait au social ou ce que le social lui fait. Les représentations que les architectes se font de la sociologie ou de l’anthropologie seront aussi interrogées, ainsi que l’influence des sciences sociales sur leurs édifices. Bien sûr, il ne s’agit pas de réduire l’architecture à des bâtiments isolés les uns des autres ni d’oublier ce que ces bâtiments créent en creux d’espaces publics : différentes échelles d’appréhension et de matérialité sont envisageables. Il s’agit par contre d’affirmer une attention aux murs concrets, vus du dedans ou vus du dehors, abordés ex nihilo ou abordés in extenso. Dès lors, l’espace gagne une épaisseur et ce sont notamment les raisons de la production contemporaine de cet espace-là dans ses liens avec l’anthropologie qui nécessite de mener l’enquête.

Ce dossier, en souhaitant sortir l’anthropologie de son silence sur les architectures des XXe et XXI siècles, vise un triple objectif :

  1. favoriser une lecture anthropologique sereine des normes et des représentations qui influent sur les conceptions architecturales contemporaines
  2. saisir les rapports ou les écarts entre les espaces pensés et les espaces vécus
  3. comprendre comment des architectes manipulent des données d’ordre anthropologique

Ces trois objectifs déterminent trois axes possibles pour les propositions d’article, qui peuvent se décliner comme suit :

  1. Normes et représentations : questionnement des reconversions patrimoniales ; de la notion de durabilité ; de la prise en compte croissante du « paysage » ; des influences des arts et des techniques sur les productions ; de l’engouement pour l’architecture dite d’urgence ; des préceptes et concepts qui président la fabrique des espaces publics ; du rapport entre architecture remarquable et architecture ordinaire ; des incidences des cultures locales ou globales sur les productions ; etc. 
  2. Espaces pensés et espaces vécus : questionnement des espaces tels que les pensent les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’oeuvre et les différents acteurs qui gravitent autour du bâtiment ou du quartier ; des écarts entre les enjeux projectuels et les réalités d’usages après livraison ; des facteurs d’appropriation individuelle ou collective ; des tensions entre architecture savante et vécus profanes de l’espace ; des écarts entre architectures médiatisées, architectures rêvées, architectures réalisées, architectures vendues et vécus de l’architecture ; etc.
  3. L’anthropologie dans l’architecture : questionnement des niveaux où intervient la pensée anthropologique dans la conception ; des possibilités, difficultés ou rejet des dialogues entre anthropologie et architecture ; des inventions de formes et des transformations d’usages ; de ce qu’ont fait les cuisines ouvertes ou les open space ; etc.

Modalités :

Sont attendus des articles (45 000 caractères maximum), en français ou en anglais, émanant aussi bien d’architectes que d’anthropologues ou de sociologues. Ils pourront contenir des développements théoriques, se fonder sur des terrains, des édifices ou des espaces publics précis, ou prendre la forme d’entretiens.

Les résumés des propositions (5000 signes) sont à adresser par mail en format word

avant le 1er septembre 2012

à Catherine Deschamps (cathdes@club-internet.fr) et Bruno Proth (bprothiste@free.fr), avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (jda@revues.org).

Dates

  • samedi 01 septembre 2012

Mots-clés

  • architecture, anthropologie

Contacts

  • Catherine Deschamps
    courriel : cathdes [at] club-internet [dot] fr

Source de l'information

  • Catherine Deschamps
    courriel : cathdes [at] club-internet [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Édifices remarquables et espaces ordinaires aux XXe et XXIe siècles. Dialogue entre architecture et anthropologie », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 02 mars 2012, http://calenda.org/207491