AccueilÉmigration internationale au Cameroun

Émigration internationale au Cameroun

International emigration in Cameroon

Des enjeux nouveaux aux nouvelles figures

From new stakes to new figures

*  *  *

Publié le mardi 06 mars 2012 par Julien Gilet

Résumé

En Afrique Centrale, le Cameroun est aujourd’hui l’un des pays nettement affectés par l’émigration internationale. Elle touche particulièrement certains corps parmi les personnes hautement qualifiées. Cette émigration se caractérise à la fois par la diversification des profils des candidats, mais aussi par une extrême diversification des destinations. On peut même penser à la découverte de nouveaux territoires migratoires.

Annonce

 

Appel à contribution pour un ouvrage collectif sur le thème : « Emigration internationale au Cameroun : des enjeux nouveaux aux nouvelles figures », sous la coordination d’Honoré Mimche et Pierre Kamdem.

Argumentaire :

Les migrations internationales constituent sans nul doute l’un des phénomènes marquant de l’époque contemporaine dans le monde. En effet, l’amplification des flux et la diversification des schémas migratoires constituent des traits caractéristiques des processus migratoires de l’époque contemporaine. La globalisation des économies et les changements socio-économiques qui ont cours depuis la fin de la décennie 1990 en Afrique se sont accompagnés d’une intensification des réseaux et flux migratoires entre les pays du Sud et ceux du Nord, diversifiant par ailleurs les formes de circulations migratoires. Ainsi, peut-on observer aujourd’hui d’importantes dynamiques de reconfiguration et de complexification des processus migratoires à l’échelle mondiale. Comme le relève d’ailleurs Gérard Claude (2002 :7), ‘‘l’originalité du phénomène migratoire en ce début de siècle réside dans l’apparition de nouvelles logiques migratoires à l’échelle de la planète. Les choses sur ce plan ont bien évolué depuis le milieu du 20ème  siècle et même les années 1960-1970’’. Au-delà de l’amplification du phénomène, c’est l’élargissement du bassin migratoire qu’il convient de relever aujourd’hui dans l’étude de ce processus sociodémographique. Par ailleurs, la question des migrations internationale est de plus en plus replacée au cœur des priorités politiques.

En Europe, c’est par exemple le cas en France où le « choc du 21 avril 2002 » constitué par la présence du leader du Front National au deuxième tour des élections présidentielles, le discours de précampagne électorale de 2007 de Nicolas Sarkozy, de même que la structure de son premier gouvernement, dressent une parfaite illustration de la prééminence des questions migratoires sur la scène politique. La forte position actuelle du Front national dans les sondages en période de campagne présidentielle 2012 renforce cet état de fait.

En Afrique Centrale, le Cameroun est aujourd’hui l’un des pays nettement affectés par l’émigration internationale. Elle touche particulièrement certains corps parmi les personnes hautement qualifiées. Cette émigration se caractérise à la fois par la diversification des profils des candidats, mais aussi par une extrême diversification des destinations. On peut même penser à la découverte de nouveaux territoires migratoires. Ainsi, depuis le début des années 90 marqué par les effets de la crise économique, de nouvelles vagues se sont régulièrement constituées à destination des pays africains (Gabon, Guinée Equatoriale, Congo, RDC, Afrique du Sud, Sénégal, Maroc, etc.), européens (France, Allemagne, Italie, Belgique, Suisse, Angleterre, etc.), asiatiques (Chine, Japon, Arabie Saoudite, etc.), et du continent américain (USA, Brésil, Mexique, Canada, etc.). En outre, à l’émigration pour études et travail  se sont succédées de nouvelles formes d’émigration (émigration sportive, circulations migratoires des élites économiques, etc.). Ce changement ne s’est pourtant pas traduit au niveau scientifique par une production conséquente. Il manque donc encore de données permettant de documenter la question.

Ces deux exemples amènent à s’interroger sur l’apport des migrations pour le développement futur des pays exportateurs de migrants à l’échelon international. Dans un contexte de mutation globale des cadres de la modernité, les migrations internationales participent d’un mouvement de redéfinition de la citoyenneté et des formes d’expression et de participation politiques des acteurs sociaux. Les réformes successives de la législation sur l’entrée et le séjour dans plusieurs pays occidentaux et la montée des discours médiatiques et politiques parfois radicaux sur l’intégration, puis sur les discriminations, ont placé les migrations au cœur des préoccupations sociologiques au cours des dernières décennies.

Par ailleurs, les migrants internationaux constituent aujourd’hui des acteurs des transformations des ordres locaux et globaux, sociaux, économiques, culturels et politiques. Les migrants acquièrent des expériences et sont souvent mis à l’épreuve dans leurs identités nationales, sociales, ethniques, religieuses et de genre. Ainsi, les migrations ont contribué à remettre en cause les conceptions traditionnelles des liens entre « citoyenneté et Etat-Nation ou appartenance et territoire » de même que les conceptions traditionnelles du modèle de développement basées sur l’interventionnisme étatique ou l’état providence. Aujourd’hui, on peut même être tenté à affirmer que les inégalités de développement peuvent indirectement s’expliquer par le potentiel migratoire des régions. Ainsi, pourrait-on même se demander si certaines avances affichées en termes de développement par certaines régions ne seraient pas tout aussi consécutives à l’ampleur de leur diaspora à travers le monde.

Dans les sociétés de départ, comme dans les sociétés d’accueil de migrants, les migrations sont donc des facteurs de recomposition sociale. C‘est pourquoi il est commun de dire que les dynamiques migratoires internationales sont porteuses d’enjeux sociaux forts, tant pour les sociétés émettrices des flux que pour les sociétés réceptrices. Bien qu’il ne soit en rien nouveau (comme en atteste l’importante bibliographie qui entoure de près ou de loin le thème), le fait a continué à prendre de l’importance dans le contexte de la mise en relation multiforme des sociétés et des territoires que le processus de mondialisation sous-tend. Dans les pays du Nord, comme dans ceux du Sud, nombre des transformations socio-territoriales contemporaines résultent de façon significative des logiques multiformes de la mobilité, dont les migrations internationales font indiscutablement partie. C’est effectivement le cas au Cameroun où il convient d’examiner les diverses logiques nouvelles agissant dans les processus de mise en mobilité des candidats de plus en plus nombreux à l’émigration internationale. En effet, le champ de l’étude des migrations internationales au Cameroun est peu couvert et des besoins en informations sur la spécificité et les nouveaux enjeux de ces migrations sont d’acuité. C’est ce qui explique le bien fondé d’un tel projet d’ouvrage visant à documenter un certain nombre de préoccupations relatives au modèle des Camerounais en situation migratoire.

A la lumière de ce qui précède, les contributions attendues peuvent s’inscrire dans l’un des trois axes majeurs non exhaustifs qui émergent, voire de manière transversale à ces trois axes déclinés comme suit :

  1. L’émigration internationale camerounaise : contextes d’ensemble de mise en migration ou les déterminants locaux de la mise en migration de Camerounais. (Contextes sociopolitiques d’ensemble de mise en migration ou les déterminants sociopolitiques locaux de la mise en migration de Camerounais ; contextes socioéconomiques d’ensemble de mise en migration ou les déterminants socioéconomiques locaux de la mise en migration de Camerounais ; contextes socioculturels d’ensemble de mise en migration ou les déterminants socioculturels locaux de la mise en migration de Camerounais ; contextes environnementaux [naturels] d’ensemble de mise en migration ou les déterminants environnementaux [naturels] locaux de la mise en migration de Camerounais).
  2. L’émigration internationale camerounaise : l’effet de la mise en connaissance des itinéraires et lieux d’accueil sur la mise en migration. (Effets des itinéraires sur la mise en migration, rôle des lieux de transit plus ou moins durable sur la mise en migration de Camerounais ; spécificités des lieux de formation et d’accumulation et leurs effets sur la mise en migration de Camerounais ; spécificités des lieux d’implantation et de fixation et leurs effets sur la mise en migration de Camerounais).
  3. L’émigration internationale camerounaise : l’incidence des retours sur la mise en migration. (Les retours immatériels et leurs incidences sur l’émigration camerounaise, nouvelles pratiques sociales en termes de culture, habitus etc. ; les retours matériels et leurs incidences sur l’émigration camerounaise, les remises diverses sous formes d’investissement et/ou d’assistance sociale ou familiale etc. ; les retours de personnes physiques et leurs incidences sur l’émigration camerounaise, retours volontaires, involontaires, temporaires, circulatoires ou définitifs, etc.)

Par ailleurs, seront privilégiées les contributions reposant sur des travaux scientifiques avérés, en cours ou déjà réalisés, s’appuyant alors sur des corpus de données scientifiquement bien éprouvées, afin de rendre les raisonnements crédibles. Les contributions axées sur une approche empirique mettant en exergue des cas précis en termes d’illustration du raisonnement sont toutes aussi vivement souhaitées.

Modalités :

Les propositions de texte sous forme de résumé d’environ 500 mots, sous format word.doc, police Times New Roman, taille 12, doivent être acheminées en fichier joint au plus tard le 30 Avril 2012, aux adresses suivantes :

Dates importantes :

  • Date limite de réception des résumés : 30 Avril 2012

  • Date limite de réponse aux résumés : 15 Mai 2012
  • Date limite de réception de texte intégral : 30 Septembre 2012*
  • Validation des textes : Octobre-Novembre-Décembre 2012
  • Date de parution de l’ouvrage : Mars 2013

Dates

  • lundi 30 avril 2012

Mots-clés

  • Emigration, migrations internationales, Cameroun, intégration, développement, remises, diaspora

Contacts

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Honoré Mimche
    courriel : h_mimche [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre Kamdem
    courriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Émigration internationale au Cameroun », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 06 mars 2012, http://calenda.org/207522