AccueilFaire son jardin en ville : questions de (co)propriétés, de partages, d'usages et d'appropriations de l'espace urbain

Faire son jardin en ville : questions de (co)propriétés, de partages, d'usages et d'appropriations de l'espace urbain

The city garden: questions of ownership, joint ownership, use and appropriation of urban spaces

Demi-journée d'étude et après-midi de visite de sites de jardins à Tours

Half study day and afternoon visit of urban gardens in Tours

*  *  *

Publié le mercredi 07 mars 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Une demi-journée d'étude et une après-midi de visite de sites de jardins tourangeaux organisée dans le cadre du cent trente septième Congrès des sociétés historiques et scientifiques (CTHS) qui se tient à Tours du 23 au 28 avril 2012.

Annonce

Présentation

Le programme de recherche ALTER-PROP ( 1) s’intéresse, du point de vue social mais aussi de celui du droit, aux formes naissantes d’une propriété partagée et non plus individuelle du logement, des services et des équipements afférents au logement. Ces mutations du rapport à la propriété sont en lien avec l’émergence de nouveaux modes de vie, de pratiques communautaires, d’exigences en matière de développement durable, de remise en question du dogme de la croissance continue, etc., et pose la question du partage et de la mutualisation des espaces habités en milieu urbain. Comment s’organise le partage ? Quelle est l’implication des citadins ? Quelles sont les conséquences sur les pratiques citadines et sur les façons de penser le renouvellement urbain ? Autant de questions qui interrogent les notions d’autogestion, de participation, de solidarité, d’entre-aide, de lien social, de vivre-ensemble, de sociabilités, de mixité sociale, de délimitation des espaces (publics/privés), de la place des services publics, etc.

ALTER-PROP propose d’explorer ces thématiques en se focalisant sur l’exemple des jardins collectifs en ville au cours d’une journée d’études qui se tiendra dans le le cadre du congrès du CTHS dont la thématique pour 2012 est "Composition(s) urbaine(s)".

Parler des jardins collectifs en milieu urbain, c'est souvent parler d'enjeux environnementaux, de relations sociales, d'espaces de partage, à tel point qu'on ne peut plus parler aujourd'hui de projet urbain sans parler de jardins, d'espaces verts, de développement durable, de création de liens sociaux(2)... Ce n'est pas sous cet angle là que nous souhaitons aborder la question des jardins ouvriers, familiaux, partagés, communautaires, etc.

Un jardin en ville, c'est avant tout un petit bout du sol urbain qui échappe à l'urbanisation et qui a un statut bien particulier : il est à la fois propriété de quelqu'un, de la ville, d'une association, d'un particulier..., et propriété de tous : même clos , les jardins collectifs sont des espaces publics sur lesquels cohabitent toutes sortes de revendications, parfois identitaires, souvent écologiques ou sociales.

C'est ce rapport à la propriété des jardins urbains qui nous intéresse ici, des droits de propriété aux droits d'usages, d'un espace tout aussi physique que symbolique, en passant par les différents modes de partage et de gestion de ces jardins : mise à disposition par une collectivité, co-propriétés, associations, collectifs, squats...

Du côté de celui qui cultive le jardin, les capacités à s'approprier les lieux peuvent varier car l'attribution d'un lot par une société de jardins ou une collectivité est souvent précaire et révocable. Par ailleurs, les jardiniers sont tenus de respecter des règles qui peuvent être vues comme une forme de privation de liberté, certains règlements stipulant même que ces jardins doivent êtes ouverts à tous dès qu'un jardinier est sur place, les rendant de fait espace commun et non plus espace privé (3).

Les modes de gestion de ces espaces sont également très variables et influent sur ce rapport à la propriété du lopin cultivé, depuis la plus simple juxtaposition de jardins indépendants les uns des autres à la création d'espaces cultivés collectivement et à des fins non exclusivement potagères.

Investir physiquement une friche urbaine pour la cultiver, c'est peut-être aussi s'approprier symboliquement un quartier, prendre une place dans la société.

Toutefois, qu'ils soient partagés ou ouvriers, les jardins collectifs ne concernent pas seulement celui qui le cultive : il y a les habitants du quartier qui aiment s'y promener, les écoliers qui sont parfois invités par les jardiniers à y découvrir leurs cultures, des élus ou des militants associatifs qui y voient l'opportunité d'y cultiver de bons arguments écologistes, des promoteurs immobiliers qui convoitent ces espaces "inutiles",  des propriétaires de terrains squattés qui tentent de faire valoir leurs droits, etc.

Enfin, des conflits peuvent apparaître autour de la création ou de la destruction de ces jardins collectifs et on pourra s'intéresser aux discours des protagonistes en présence et, notamment aux revendications et argumentations qui peuvent être exprimées par les un(e)s ou les autres.

Notes

  • (1) - ALTER-PROP, "Alternatives de propriété pour l’habitat", est un programme de recherche financé par l’ANR, Espace et territoire 2010-2013, ANR n°10-ESVS-012-01/02/03.
  • (2) - Voir à ce propos : Christian Callenge, "Idéologie verte et rhétorique paysagère", in Communications, 74, 2003, pp. 33-47
  • (3) - Olga Paschenko cite l'exemple des jardins gérés par la division de l'Ecologie urbaine de la mairie de Paris et pour lesquels la charte Main verte (2003) précise que les sites doivent être ouverts au public "deux demi-journées par semaine et, lorsqu'un jardinier est présent, la porte du jardin doit rester ouverte" ("Le jardin partagé est-il un paysage", in Projet de Paysage, 2011-07-13, url : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/le_jardin_partage_est_il_un_paysage_)

Une bibliographie collective est en cours de constitution et consultable là :
https://www.zotero.org/groups/jardins/items

Contacts :

Programme de la journée :

9h00 à 12h30 - Une matinée d'interventions de chercheurs qui travaillent sur ces questions, suivie d'un long temps de discussion

Intervenants :

  • Chantal Dauchez, juriste, maître de conférence à l'Université François Rabelais, Tours : Origine et évolution des jardins collectifs, ouvriers, partagés.
  • Louis Lopez, sociologue, maître assistant à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Paris La Villette : Les jardins partagés et le renouveau de la question urbaine.
  • Pascal Garret, architecte et sociologue, ingénieur de recherche à la Maison des sciences de l'homme de Tours : Les jardins Saint-Lazare à Tours, discours et représentations autour d'une disparition annoncée puis annulée.
  • Olga Paschenko, géographe et sociologue, doctorante à l'EHESS, Paris : Gestion et appropriation de l’espace dans les jardins partagés de Lille et Marseille.

12h30 à 14h00 : Pause déjeuner

14h00 à 17h30 – Une visite de jardins collectifs de l'agglomération de Tours

  • 14h00 : Christian Callenge, professeur agrégé de géographie, présentation du positionnement des jardins dans la ville et les différents changements de sites au fil de l'histoire de l'urbanisation de l'agglomération (salle à préciser).
  • 14h45 : Départ de la visite de sites de jardins tourangeaux avec rencontres/discussions avec les jardiniers, des associatifs et des élus (sites à confirmer. Visite en bus, sur inscription et dans la limite des places disponibles).
  • 16h30 : Visite en centre-ville du "jardin partagé potentiel" de Sandrine Ettighoffer, auteure du Carnet d'une urbotaniste (2011, Editions Plume de carotte). Visite sur inscription dans la limite des places disponibles.

17h30 : fin de la journée

Lieux

  • 59 rue Néricault Destouche (Université François-Rabelais, site des Tanneurs)
    Tours, France

Dates

  • jeudi 26 avril 2012

Mots-clés

  • jardins partagés, jardins ouvriers, jardins familiaux

Contacts

  • Pascal Garret
    courriel : pascal [dot] garret [at] univ-tours [dot] fr

Source de l'information

  • Pascal Garret
    courriel : pascal [dot] garret [at] univ-tours [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Faire son jardin en ville : questions de (co)propriétés, de partages, d'usages et d'appropriations de l'espace urbain », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 07 mars 2012, http://calenda.org/207559