AccueilL’anthropologie et le politique

L’anthropologie et le politique

Anthropology and politics

Pratiques et enjeux de pouvoir à l’ère de la globalisation

Power practices and challenges in the era of globalisation

*  *  *

Publié le lundi 12 mars 2012 par Elsa Zotian

Résumé

L'actualité sociale et politique de l’année 2012 est marquée par des échéances électorales importantes dans de nombreux pays, parmi lesquels les Etats-Unis, l’Inde, le Mexique, le Mali, l’Angola, le Sénégal, plusieurs pays arabes tandis que la Chine va aussi changer de dirigeant. C’est l’occasion de faire le point sur la question de la conquête politique, des relations de pouvoir dans les sociétés contemporaines et sur l’état de la recherche en anthropologie politique avec Marc Abélès et plusieurs anthropologues spécialistes de ces questions.

Annonce

Programme :

11h : Introduction

  • Marc Abélès : L'anthropologue et les pouvoirs.
Quelle perspective spécifique l’anthropologie offre-t-elle sur le(s) pouvoir(s) ? En quoi ouvre-t-elle de nouvelles pistes ?

11h30-13h : Recomposition des lieux de pouvoir

  • Eric Wittersheim : Westminster au pays des big men ou l’échec d’une stratégie électorale par le bas au Vanuatu (Mélanésie).
  • Yazid Ben Hounet : Recomposition des pouvoirs et survie politique en afrique du nord : la force des « lieux ».
  • Débat
  • Pause Déjeuner

14h30-16h : Pouvoir, manipulation, gratifications

  • Boris Pétric : L’observation électorale internationale : un dispositif politique neutre ? Quelques réflexions à partir du cas kirghize.
  • Alessandro Monsutti : Les ruses transnationales du pouvoir : entre manipulation et intériorisation.
  • Giorgio Blundo : Du plaidoyer à l’engagement politique. Etat, ONGs et politiques de bonne gouvernance au Sénégal.
  • Débat

16h30-17h30 : Politique partisane, élections et société civile

  • Mukulika Banerjee : Why india Votes : lessons from an anthropological perspective.
  • Catherine Neveu : Saisir autrement les citoyennetés : recompositions gouvernementales et vernaculaires.
  • Hélène Combes : Prendre parti en période électorale au Mexique.
  • Débat

17h30 : Conclusion

Marc Abélès : Les nouveaux lieux de pouvoir, le global-politique.

Participants :

  • Marc Abélès est Directeur d'études à l'EHESS et directeur du Centre Franco-Argentin des hautes études de Buenos Aires. Il a consacré ses premiers travaux, sous la direction de Claude Lévi-Strauss, aux pratiques politiques d’une société d’Éthiopie méridionale (Ochollo). Plus récemment il a abordé la question de la globalisation dans deux perspectives différentes dans Politique de la survie (2006) où il traite du déplacement du politique et de l’émergence de nouveaux lieux de pouvoir, et dans Anthropologie de la globalisation (2008) où il analyse les conséquences épistémologiques des bouleversements produits par la globalisation et propose de nouvelles orientations pour l’anthropologie.
  • Mukulika Banerjee est enseignante en anthropologie sociale à la London School of Economics. Elle travaille sur l'étude ethnographique de la démocratie. Elle prépare une publication : Effervescent Democracy, une étude ethnographique comparative des élections nationales en Inde en 2009.
  • Yazid Ben Hounet est anthropologue, chercheur au CNRS. Ses travaux ont porté sur la tribu en Afrique du Nord (Algérie), puis sur les processus de réconciliation (Algérie et Soudan). Il a publié L’Algérie des tribus. Le fait tribal dans le Haut Sud-Ouest contemporain, Éditions L’Harmattan, 2009.
  • Giorgio Blundo est maître de conférences à l’EHESS, ses recherches en anthropologie politique portent sur la décentralisation et les pouvoirs locaux, la corruption politique et administrative, la délivrance des services publics en Afrique de l’Ouest, le développement local.
  • Hélène Combes est chargée de recherche au CNRS, spécialiste des partis et des mouvements sociaux en Amérique latine, elle a publié Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Karthala, 2011.
  • Alessandro Monsutti est anthropologue à l’Institut universitaire d’études internationales du développement, Genève. Ses recherches portent sur les migrations et le transnationalisme, et plus récemment sur la politique de la reconstruction en Afghanistan.
  • Boris Pétric est anthropologue, chercheur au Cnrs. il s’intéresse plus particulièrement aux questions politiques. il enseigne l’anthropologie politique à l’EHESS. spécialiste de l’Asie centrale, il a été responsable d’un programme de recherche sur la promotion de la démocratie qui donnera lieu à la prochaine publication de deux ouvrages : La Fabrique de la démocratie : ONG, fondations et organisations internationales en action, Paris, MsH, Mai 2012 et Nous avons mangé nos moutons, Paris, belin, septembre 2012.
  • Catherine Neveu est directrice de recherche au Cnrs et travaille sur l’ethnologie des processus de citoyenneté. Elle s’intéresse aussi bien aux conceptions gouvernementales que vernaculaires de la citoyenneté à partir d’analyses anthropologiques portant sur l’Afrique, Asie, Amérique latine, mais aussi États-Unis et Europe.
  • Eric Wittersheim est anthropologue, maître de conférences à l’Ehess, spécialiste de la vie politique mélanésienne, notamment sur la genèse et les transformations de l’État dans les sociétés du Pacifique sud.

Renseignements et réservation : salondelecture@quaibranly.fr

Lieux

  • Musée du quai Branly, 222 rue de l'Université (Salon de lecture Jacques Kerchache)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 29 mars 2012

Mots-clés

  • anthropologie, politique, pouvoir, élections, chef, globalisation, démocratie

Contacts

  • Muriel Lardeau
    courriel : mla [at] quaibranly [dot] fr

Source de l'information

  • Muriel Lardeau
    courriel : mla [at] quaibranly [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’anthropologie et le politique », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 12 mars 2012, http://calenda.org/207635