AccueilL’impératif participatif en procès ? Regards croisés sur les critiques de la participation

L’impératif participatif en procès ? Regards croisés sur les critiques de la participation

The Participatory Turn on Trial? A Panorama of Diverse Forms of Criticism on Public Participation

Colloque organisé par le GIS « Participation et démocratie », le Centre d'études des mouvements sociaux et le laboratoire Pacte

Colloquim organized by GIS "Participation and democracy", Centre d'études des mouvements sociaux and Pacte

*  *  *

Publié le mardi 13 mars 2012 par Elsa Zotian

Résumé

L'amorce d’institutionnalisation de la démocratie participative, désormais devenue un « impératif », n’est pas sans poser problèmes. Les ambivalences des formes participatives sont nombreuses et posent d'emblée la question de leur lien avec une véritable dynamique de démocratisation. Des approches critiques issues de domaines variés dont la sociologie politique critique, les études de l’action collective ou les études sociales et culturelles des sciences et des techniques ont contribué à éclairer ces ambivalences, les rapportant par exemple aux mécanismes rigides de préservation du système politique, administratif et d’expertise face aux nouvelles formes de conflictualité sociale. L’objectif de ce colloque est de questionner la portée des théories et approches critiques ayant pris pour objet les dispositifs contemporains de participation et de délibération, que ces approches disposent d’une forte assise académique ou qu’elles relèvent de pistes de réflexion plus exploratoires.

Annonce

Argumentaire du colloque

La question de la démocratie participative est au cœur des mutations qu’a connues l’action publique depuis quelques décennies dans les démocraties occidentales. Dans un contexte de crise du gouvernement représentatif, la participation citoyenne aux négociations et aux débats publics, ainsi qu’aux processus d’expertise et de décision, fait désormais figure de norme ou d’impératif. S’est ainsi intensifié le recours à des technologies ou à des dispositifs ayant pour objectif d’impliquer davantage les citoyens dans la conduite des affaires qui les concernent, ceci dans un nombre croissant de domaines.

Cette amorce d’institutionnalisation de la démocratie participative n’est cependant pas sans poser problèmes. À en particulier été questionnée son association avec une véritable dynamique de démocratisation. De fait, les ambivalences des formes participatives sont nombreuses. Des approches critiques issues de domaines variés dont la sociologie politique critique, les études de l’action collective ou les études sociales et culturelles des sciences et des techniques ont contribué à éclairer ces ambivalences, les rapportant par exemple aux mécanismes rigides de préservation du système politique, administratif et d’expertise face aux nouvelles formes de conflictualité sociale. Ces résultats de recherche, dont certains ont été particulièrement explorés et repris, ne constituent pourtant qu’une partie des réflexions menées à propos de la démocratie participative. L’objectif de ce colloque est de questionner la portée des théories et approches critiques ayant pris pour objet les dispositifs contemporains de participation et de délibération, que ces approches disposent d’une forte assise académique ou qu’elles relèvent de pistes de réflexion plus exploratoires.

Programme

Jeudi 22 mars 2011

  • 9h Accueil des participants
  • 9h30 Introduction : Guillaume Gourgues, Sezin Topçu, Sandrine Rui

10h00 -12h30 : Session 1 : Participation comme forme de gouvernement, hier et aujourd’hui

Discutante : Sandrine Rui
  • Frédéric Graber, Pour ou contre les enquêtes publiques ? Une réflexion historique
  • Pierre Sauvêtre, La gouvernementalité comme grille d’analyse du caractère démocratique de la participation. L’exemple de la critique de la participation dans les comités d’action dans la crise de 1968
  • Dominique Pestre et Sezin Topçu, La démocratie technique instrumentalisée ? De l’idéal participatif aux formes de gouvernement de l’espace public

14h00-17h00 : Session 2 : Management, technosciences, économie et néolibéralisme

Discutante : Sabine Saurugger

  • Julien Charles, Ce que l’étude de la participation au travail apporte à la critique de la participation
  • Christophe Bouillaud, Entre “Tina” et “It’s the economy, idiot!” quelle place pour l’impératif participatif citoyen dans la crise économique mondiale (2008-2012) ?
  • Emmanuel Bertrand, Commission européenne et participation de la société civile : l’impératif participatif à la croisée du régime néolibéral et du régime de la gouvernance
  • Arianna Lovera, « Metron ariston » : conflits autour du degré optimal de participation dans la finance solidaire

Vendredi 23 mars

9h30-12h30 : Session 3 : Les mobilisations sociales à l’épreuve de l’impératif participatif

Discutante : Catherine Neveu

  • Alicia Márquez Murrieta, Tensions et critiques de la participation d'une partie du mouvement féministe dans la santé publique de la ville de Mexico
  • Michaël Chambru, L'activisme délibératif de la mouvance anti-nucléaire. Entre résistance à l'impératif participatif et revendication d'une politique délibérative
  • Julie Le Mazier, Les assemblées générales étudiantes : un espace « ordinaire » de controverses sur la démocratie, la participation, la délibération et leurs limites
  • Doris Buu-Sao, Les dispositifs participatifs dans le gouvernement des contestataires : Grammaire participative et cogestion des conflits socio-environnementaux en Amazonie péruvienne

14h00-17h : Session 4 : Instruments et cadrage des processus participatifs

Discutant : Pierre Lascoumes

  • Joanna Guerin, La concertation est-elle possible malgré les instruments? Le cadrage des cartes dans un dispositif participatif
  • Alexandre Fauquette, Entre critiques de la démocratie participative et critiques de la démocratie sanitaire, l’exemple des projets de maisons de santé du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais
  • Benjamin Loveluck, La participation sur Internet. Ambiguïtés politiques d’un dispositif socio-technique
  • Elise Palomares et Aude Rabaud, Les « autres ethniques » dans les dispositifs participatifs : entre dépolitisation et logique du procès

17h15 –18h30 : Table ronde de synthèse

Avec : Loïc Blondiaux, Marion Paoletti et Dominique Pestre

Lieux

  • 190-198 Avenue de France, École des hautes études en sciences sociales (Salles 638-641)
    Paris, France

Dates

  • jeudi 22 mars 2012
  • vendredi 23 mars 2012

Mots-clés

  • impératif participatif, critique savante, critique ordinaire, formes de gouvernement, instruments, histoire, mouvements sociaux

Contacts

  • Sezin Topçu
    courriel : sezin [dot] topcu [at] damesme [dot] cnrs [dot] fr

Source de l'information

  • Sezin Topçu
    courriel : sezin [dot] topcu [at] damesme [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’impératif participatif en procès ? Regards croisés sur les critiques de la participation », Colloque, Calenda, Publié le mardi 13 mars 2012, http://calenda.org/207641