AccueilLes emblèmes culturels comme ressources politiques

Les emblèmes culturels comme ressources politiques

Cultural emblems as political resources

*  *  *

Publié le jeudi 15 mars 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le CERCE, Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie de l’université Paul-Valéry – Montpellier III, organise une journée d’études sur le thème « Les emblèmes culturels comme ressources politiques ». Dans le cadre de cette journée, il s’agira d’envisager à partir de contextes variés, tout autant la production des emblèmes que leurs usages politiques, en portant ainsi l’attention sur les processus de symbolisation, notamment du groupe et de l’appartenance au groupe, sur les rapports entre collectifs et institutions quant à l’utilisation et l’interprétation de ces symboles comme sur leurs effets en termes de redéfinition des relations de pouvoir.

Annonce

 Argumentaire :

Sans apparaître comme une thématique aisément identifiable au sein des sciences sociales (et plus spécifiquement de l’ethnologie), la question des processus d’emblématisation tient pourtant une place importante dans les débats qui les traversent. Le cas est clairement perceptible en France, si l’on songe aux perspectives ouvertes par la sociologie des religions durkheimienne et aux prolongements qui, à la suite au travail de Mauss, déboucheront sur un intérêt porté aux fonctions symboliques. Cette attention accordée aux emblématiques et aux logiques de symbolisation, notamment du groupe et de l’appartenance au groupe, est aujourd’hui perceptible dans de nombreux dossiers : travaux portant sur les phénomènes religieux contemporains, théories de l’ethnicité, analyse des « renaissances culturelles » de ces dernières décennies, des processus de patrimonialisation comme de « mise en tourisme » des références culturelles, la liste est loin d’être exhaustive.

Il nous semble aujourd’hui pertinent d’envisager cette question des emblèmes sous l’angle de leur utilisation comme ressources politiques. En effet, portées par les schèmes symboliques propres à une culture, les opérations d’emblématisation comportent nécessairement des dimensions politiques, en étant par exemple mobilisées dans le cadre d’interactions où elles servent de support de différenciation, voire d’instrument de pouvoir. Mais ces mêmes opérations se trouvent aussi engagées de nos jours dans des mouvements conduisant à des représentations de l’appartenance comme relevant précisément d’une « culture » ou d’un héritage culturel. Et ces mouvements, dont les aspects politiques (mais aussi économiques) sont aujourd’hui évidents, conduisent à un renforcement des productions d’emblématiques et à une évolution de leurs modalités d’élaboration.

Dans le cadre de cette journée, nous souhaitons donc envisager à partir de contextes variés, tout autant la production des emblèmes que leur manipulation politique. Il s’agira notamment de porter l’attention sur les rapports entre groupes locaux et institutions quant à l’usage et l’interprétation des symboles, sur leurs effets en termes de traitement accordé à ces symboles comme de redéfinition des relations de pouvoir. Au travers d’exemples divers, il s’agira aussi d’analyser les ressources, plurielles et y compris scientifiques, engagées dans le travail de représentation d’une appartenance, les positions spécifiques à partir desquelles ces opérations sont prises en charge, les enjeux qui les déterminent, permettant ainsi de cerner les configurations sociales structurées par ces usages politiques des emblèmes culturels.

Programme :

9h30 : Propos introductif des organisateurs

  • 9h45 : Bernard Moizo, IRD Montpellier /GRED
    « Sur les traces de l’éléphant blanc : marginalisation, frustrations, revendications identitaires et foncières chez les Karen de l’ouest de la Thaïlande »
  • 10h15 : Emmanuel de Vienne, Laboratoire d’Anthropologie Sociale
    « Les radins du rituel : la transmission contrôlée du Javari chez les Trumai du Haut Xingu »

10h45 : Discussion et pause

  • 11h15 : Sylvie Beaud, Université Paris ouest Nanterre / LESC / Waseda University
    « De l’instrument politique à l’emblème culturel : perspective diachronique sur le culte de Guan Suo dans le sud-ouest de la Chine »
  • 11h45 : Alain Babadzan, Université Montpellier 3 et Institut Universitaire de France / CERCE
    « De la politisation à l'esthétisation de la culture »

12h15 Discussion

  • 14h : Magali Demanget, Université Montpellier 3 / CERCE
    « Emblèmes ethniques hétérodoxes et construction de légitimité politique en terres mazatèques (Mexique) »
  • 14h30 : Anaïs Leblon, Université de Provence / Cémaf
    « Usages politiques des stéréotypes culturels dans un contexte de patrimonialisation au Mali »

 15h : Discussion et pause

  •  15h30 : Claire Cécile Mitatre, Université Montpellier 3 / CERCE
    « Tentes dressées, campements démantelés. Antagonismes autour d’un emblème culturel au Sahara Occidental »
  • 16h : Arnauld Chandivert, Université Montpellier 3 / CERCE
    « L'institution politique des emblèmes culturels : un exemple pyrénéen »

16h 30 : Discussion et conclusion

Informations pratiques :  

La journée se déroule à la salle de séminaire de la MSH de Montpellier, 17 rue de l’Abbé-de-l’Épée. Pour vous y rendre : http://www.msh-m.fr/presentation/informations-pratiques/Localisation-et-itineraires

Lieux

  • 17 rue de l’Abbé-de-l’Épée (MSH de Montpellier)
    Montpellier, France

Dates

  • mardi 03 avril 2012

Mots-clés

  • ethnologie, emblèmes culturels, symboles, usages politiques

Contacts

  • Arnauld Chandivert
    courriel : arnauld [dot] chandivert [at] univ-montp3 [dot] fr
  • Claire Cécile Mitatre
    courriel : shs [at] cjb [dot] ma

URLS de référence

Source de l'information

  • Arnauld Chandivert
    courriel : arnauld [dot] chandivert [at] univ-montp3 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les emblèmes culturels comme ressources politiques », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 15 mars 2012, http://calenda.org/207708