AccueilComprendre l’utopie : quelle(s) utopie(s) ?

Comprendre l’utopie : quelle(s) utopie(s) ?

Understanding Utopia: what utopia(s)?

*  *  *

Publié le mardi 27 mars 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

Comprendre l’utopie : quelle(s) utopie(s) ? L’Utopie, les utopies anciennes et actuelles et leurs utilisations / actualisations dans le social, l’économique et le politique.

Annonce

COMPRENDRE L’UTOPIE : QUELLE(S) UTOPIE(S) ?, Numéro monographique sous la direction de GEORGES BERTIN

  • M@GM@ (ISSN 1721-9809), Revue Internationale en Sciences Humaines et Sociales
  • www.magma.analisiqualitativa.com
  • Observatoire Processus Communications, Association Culturelle Scientifique

Georges Bertin :

Docteur en Sciences de l’Education; habilité à diriger les recherches en sciences sociales Directeur de Recherches au Conservatoire National des Arts et Métiers des Pays de la Loire; Membre du GRECo.Cri (Groupement de Recherches Européen Coordonné des Centres de Recherche sur l’Imaginaire), Président du CENA (Cercle d’Etudes Nouvelles d’Anthropologie); Directeur d’Esprit Critique, revue internationale francophone en sciences sociales.

« Les symboles qui règlent notre identité ne proviennent pas seulement de notre présent et de notre passé mais aussi de nos attentes à l’égard du futur. S’ouvrir aux imprévus, aux nouvelles rencontres, fait partie de notre identité. L’ « identité » d’une communauté, d’un individu est aussi une identité prospective. L’identité est en suspens. Par conséquent, l’élément utopique en est une composante fondamentale ».
Paul Ricoeur, L’idéologie et l’utopie. Le Seuil, 1997, p. 408.

PROBLEMATIQUE

« L’utopie est la vérité de demain » (Hugo), et l’épanouissement du genre utopique correspond à une période où l’on pense, justement, que, plutôt que d’attendre un monde meilleur dans un au-delà providentiel, les hommes devraient construire autrement leurs formes d’organisation politique et sociale pour venir à bout des vices, des guerres et des misères, quand d’autres modes de vie, d’autres mondes sont possibles. Le siècle qui vient de s’achever nous a appris qu’il n’y a pas de fatalité historique, que l’utopie peut se retourner en son contraire, et le rêve tourner au cauchemar.

L’utopie n’est–elle qu’un jeu intellectuel, puis une spéculation foncièrement littéraire, ou débouche-t-elle immanquablement sur une réalité qui peut s’avérer aussi positive que désastreuse (invitation au totalitarisme) ? Y aurait-il aujourd’hui une fin des utopies (vs. Uchronies) ou au contraire, assisterions-nous à un renouveau utopique généré par les mutations sociétales et civilisationnelles ? Entre Utopies fermées et utopies ouvertes ?

Y a-t-il une fin de l’histoire, nous plaçons nous dans un renouveau des perspectives cycliques?

Face à la montée des insignifiances, au consumérisme généralisé présenté comme seul horizon, l’émergence de l’Utopie coïncide-t-elle nécessairement avec un rétrécissement des libertés ?

Assistons nous aujourd’hui au triomphe de la dystopie comme confirmation de la fin de l’Utopie : totalitarismes, eschatologies, ou au triomphe du présentéisme (Hartog) de la Post Modernité ?

L’Utopie, production « princeps » de l’imaginaire, occupe de fait à nouveau le devant de la scène sociale si l’on veut bien considérer le nombre de mouvements qui, partout dans le monde s’en réclament et tentent de «penser ensemble un monde plus responsable, respectueux de l’environnement naturel, humain, barrant la route à la barbarie, à l’avidité, privilégiant la croissance personnelle à la matérielle » (blog internet) ou encore « s’emploient à déconstruire l’idéologie productiviste dominante et ses trois principaux dogmes : la croissance comme solution miracle à nos maux économiques, la consommation comme seul critère d’épanouissement personnel et la centralité de la valeur travail comme seule organisation de la vie sociale » (mouvement international Utopia).

L’Utopie est prospective, or, les schémas actuels participent-ils à une régression généralisée ou peuvent-ils contribuer à projeter vers l’avenir de nouveaux modèles alternatifs de société ou de contre-société (Nouvel Age, altermondialisme…) quand se réinvente et s’actualise le concept de Citoyen du Monde sur fond de numérisphère?

Le projet de la revue vise à mettre au jour, dans le bassin méditerranéen mais aussi en Amérique du Sud, nombre d’initiatives ou expériences utopiques ou utopiennes indiquant une autre voie possible pour l’être ensemble : utopies communautaires, sexuelles, urbanistiques, écologiques, monétaires, éco villages, utopies urbaines, groupements virtuels, etc.

Un colloque international pluridisciplinaire organisé par le CNAM et l’Université à Angers les 26 et 27 septembre 2012 donnera lui la parole aux spécialistes reconnus de l’Utopie qui mettront en évidence les Figures de l’Utopie. Un appel est donc lancé pour la reconnaissance de diverses formes émergeantes d’Utopies susceptibles d’ouvrir la voie à l’expression de significations imaginaires sociales désormais partagées.

POUR PARTICIPER A’ CE NUMERO

Titre et résumé de votre proposition d’article à faire parvenir à la rédaction: magma@analisiqualitativa.com;

jusqu’au 30 Mai 2012

  • La direction et le comité scientifique de la revue se prononceront au plus tard le 15 juin 2012;
  • Les auteurs des propositions d’articles retenus s’engagent à remettre un texte définitif pour publication, 30.000 signes maximum (espaces inclus), rédigé en langue française, espagnole ou italienne, au plus tard le 30 Septembre 2012.
  • Comité scientifique de la revue: http://www.analisiqualitativa.com/magma/redazione.htm

Matrice indicative de présentation de l’article (pour repérage):

  • 1) Présentation d’une forme d’utopie trouvant son expression concrète, fondation ;
  • 2) savoirs : finalités, références philosophiques, politiques et /ou spirituelles, figures fondatrices, manifestes… ;
  • 3) vécus : populations impliquées à divers titres, (permanents, bénévoles, adhérents, sympathisants), motivations énoncées, expressions de satisfaction recueillies, engagements, implication, systèmes d’échanges et de rencontres, formations et éducations liées ;
  • 4) codes en vigueur : logos, imagerie, couleurs, espaces, publications, etc. ;
  • 5) structures de l’organisation : forme juridique (ex : association, coopérative…) , statuts, modalités diverses … ;
  • 6) opinion du présentateur : son évaluation sur le rapport buts explicites et résultats observés, perspectives de durée et développement, influence sociale constatée.

Partenaires :

  • CNAM des Pays de la Loire ;
  • Mouvement Utopia ;
  • Université d’Angers ;
  • Osservatorio Processi Comunicativi (www.analisiqualitativa.com).

Dates

  • mercredi 30 mai 2012

Contacts

  • Orazio Maria Valastro
    courriel : valastro [at] analisiqualitativa [dot] com

Source de l'information

  • Orazio Maria Valastro
    courriel : valastro [at] analisiqualitativa [dot] com

Pour citer cette annonce

« Comprendre l’utopie : quelle(s) utopie(s) ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 27 mars 2012, http://calenda.org/207888